Presse - TV - Radios


Evènement... Le mot est souvent utilisé à tort et à travers. Mais tant pis: on ose l'écrire pour qualifier le concert que donnera Bruce Springsteen jeudi, au festival des Vieilles Charrues de Carhaix. Ce soir-là, les 43 000 spectateurs auront face à eux une légende du rock: plus de 36 ans de carrière, de tubes à la pelle, des chansons plus exigeantes, des spectacles marathons, des prises de position politiques... Et en plus, ce sera sa seule apparition en France cet été.

springsteen superbowl

"Sur scène, je me sens comme à 25 ans"

Avril 2009, Bruce Springsteen donne une série de concerts dans un stade de Philadelphie, aux Etats-Unis. Antoine de Caunes, qui le connait depuis plus de vingt ans, l'a rencontré à cette occasion. Canal + diffuse ce soir l'entretien, ponctué d'images de concerts et de répétitions, ce samedi, à 22h15 (rediffusion le 14 juillet à 23h55). Le rocker parle musique, amour, amitié, politique... et du temps qui passe.

59 ans... "Sur scène, je me sens comme à 25 ans ou 35 ans. Toutes les douleurs s'effacent. Il y a de l'adrénaline, l'exaltation, la joie d'être au contact des gens, la fièvre qu'on lit sur les visages [...] C'est après qu'on trinque. Quand on sort de scène."

Mon job... "J'aime jouer de la musique pour donner du bonheur, pour aider les autres. C'est ça, mon job: faire vibrer les gens, adoucir leur vie. Je guette le signal qui me dit "tu allumes une étincelle en moi"."

Générations... "Le groupe touche plusieurs générations, aux Etats-Unis et en Europe. A chaque concert, je vois des ados devant, des mamies dans les tribunes et entre les deux d'autres générations. Ca me plait beaucoup."

Le terminus... "Aujourd'hui, je n'écris plus que sur des sujets auxquels je suis attaché. J'arrive à un âge où le terminus n'est plus très loin. Ca éclaircit drôlement les idées..."

L'homme du président... "Je suis sûr qu'il (Barack Obama pour qui il a fait campagne) va faire avancer les choses sur des questions fondamentales qui minent mon pays. C'est notre meilleur espoir. Alors, j'espère."

Impact... "Avec l'âge, on réalise qu'elle (la musique) a un certain impact. Elle inspire les gens, elle les fait réfléchir. Je crois même qu'on peut changer la façon de penser des gens si le texte est bien écrit."

Vingt et un ans... "Patti (sa femme) et moi, on a eu de la chance. Quand on s'est connu, on s'est dit "bon... on est ni l'un ni l'autre l'affaire du siècle". On est tous les deux musiciens. C'était pas gagné [...] On était pas mal cabossé par la vie [...] Et vingt et un an plus tard, on a construit plein de belles choses [...] Nos vies sont totalement entrelacées."

Sur scène... "Ca n'a jamais été plus doux, plus riche, plus merveilleux d'être sur scène avec mes amis, ma femme, ma famille. Si vous venez voir le E Street Band (le groupe avec lequel il joue depuis les années 70) aujourd'hui, vous verrez les groupe au meilleur de sa forme, mieux qu'il n'a jamais été".

Le stakhanoviste et le militant...

Un vétéran du Vitenam, rejeté par sa communauté, se retrouve au chômage et finit en taule... Voilà l'histoire racontée dans Born In The USA. Bizarrement quand la chanson sort en 1984, beaucoup ne retiennent que le refrain conquérant. En Amérique, la chanson devient l'hymne des flag wavers (les "agitateurs de drapeaux", les patriotes). En Europe, elle conforte l'image d'un Springsteen porte-parole d'une Amériqe porlétaire à la sueur généreuse, mais aux idéeaux conformistes. Un stakhanoviste des stades depuis ses débuts du coté des perdants du rêve américain. Mais il ne mettait pas en cause les fondamentaux du rêve

Il faudra dix ans pour qu'il affirme plus clairement une fibre militante. The Ghost Of Tom Joad (1995), inspiré par Les raisins de la colère de Steinbeck critique, l'air de rien, le libéralisme. On est encore dans l'allusion.

Tout change avec le nouveau siècle: la chanson American Skin (41 shots) dénonce une récente bavure policière. Polémique. L'album qui suit, The Rising (2002) s'attaque directement à la guerre en Irak, dans une Amérique en pleine flambée patriotiqe post-11-septembre. Springsteen gagne ses galons de militant comme Woody Guthrie, Pete Seeger et Bob Dylan. Il ne se ménagera pas pour soutenir les démocrates lors des élections de 2004 et 2008.

Pourtant, malgré son titre (Working On A Dream), son dernier album parle d'amour et non de politique. La partie serait-elle donc gagnée?