Presse - TV - Radios


HE'S OUR BLUE-COLLAR CONSCIENCE, OUR ROCK 'N' ROLL SAGE. WHY AMERICA NEEDS BRUCE SPRINGSTEEN NOW MORE THAN EVER.

couverture aarp springsteenThe laptop video is shalry, and I've seen the song performed a dozen times-so my tears catch me by surprise. When Bruce Springsteen wrote "Badlands" more than 30 years ago, he said he was inspired by the "everyday kind of heroism" of family and friends he saw struggling to eke out a living in the decaying, blue-collar, northcentral New Jersey neighborhoods where his father worked as a bus driver. Today, in the wake of the frnanc ial meltdown, Springste en's badlands have a longer reach. The middle -of-the-night fears the lyrics describe mftror the experiences of many of us now


But "Badlands" is an anthem, not a dirge. Its bitter observations are buoyed by ringing guitars. Sitting in my Los Angeles apartment, I watch the vast, multigenerational crowd on the computer screen shout the chorus as Springsteen performs in April in San José. Their excitement grabs me and pulls me in. My tears are happy ones. Hope, the song insists, is possible. Change can come. This September, Springsteen will turn 60. In 'the months before his birthday, he will have traveled across America and Europe, putting on more than 50 concerts. At every one he will play several roles—hero, leader, preacher, rebel—the performances unfolding like a novel. His audiences will hold up homemade signs naming rare B sides and rock classics, and he and the band will play them from memory. He will ask fans to "remember your neighbors," and food bank reps will traverse the crowds in search of donations.
By writing about his roots, he moved from seedy shore town gigs to the steps of the Lincoln Memorial. His first hero was Elvis, yet the songs—such as "It's Hard to Be a Saint in the City"—that won him a recording contract were full of religious imagery. The first time I heard one of those songs, the pounding drains and urgent voice thrilled me. "For You," released in 1973, was about a girl who threatened suicide. I was in my mid20s, and what struck me was the singer's understanding of the dangerous glamour of self-destructive behavior. Jimi and Janis were dead, but there was Springsteen, holding out the possibility that rock 'n' roll and I could grow up together. "Thunder Road," released in '75, suggested "maybe we ain't that young anymore." Springsteen had just turned 26, but he was already reaching beyond rock's traditional trust no one over 30 audience. Over the years the guitars would still ring and the live shows rock, but Springsteen's audiences were pushed to think, too—and later, to act.
When Springsteen read Vietnam Veteran Ron Kovic's memoir Born on the Fourth of July, it inspired an L.A. benefit concert as well as the 1984 hit

"Born in the U.S.A." Its verses are an angry commentary on the treatment of returning vets, but many listeners— including Ronald Reagan—mistook the title for an upbeat slogan. Springsteen later expressed resentment for people who attributed to their own party "anything and everything that seemed fundamentally American, and if you were on the other side, you were somehow unpatriotic." His own "American music," he said, was written "about the place I live and who I am in my lifetime."
But who is he? Songs from his current tour have him adopting the voice of a carpenter, a murderer, a laid off steelworker. He finds in his own experiences enough parallels to sing with conviction. In inviting audiences to connect with his characters, he's inviting them to connect with themselves. My friend Steve saw Springsteen perform in Los Angeles in April. He and his wife arrived early to get a number for the general seating lottery. Because they're grownups and getting loaded in a parking lot no longer appeals, they visited a nearby museum. Their lottery number yielded seats in the third row—a Bucket List moment, Steve said. They were close enough to Springsteen to see streams of sweat "pour off his hands." We feed off his energy, he said, and in turn become energized. Suddenly we can dance all night—or even change the world.

Ariel Swartley wrote “The Wild, the Innocent and the E Street Shuffle” for the essay collection Stranded: Rock and Roll for a Desert Island (Da Capo Press, 2007).

FRIENDS OF THE BOSS SHARE THEIR MOST INTIMATE INSIGHTS

JON LANDAU
MUSICAL PARTNER

A music critic, Landau became Springsteen's producer in 75 and manager in 77.
"I had written a favorable review for Rolling Stone of Bruce's second album, but l had never seen him perform. I went to a club where he was playing in Cambridge [Massachusetts]. They'd put the article in the window. Bruce was outside the club, hopping up and down, trying to stay warm while he read the article. I strolled up to him and asked how the article was.
‘Pretty good,' he said. ‘This guy is usually pretty good’. There were 15 or 20 people in the club. Afterwards we had a chance to talk about the performance, which was fantastic. He called me the next day, and we talked for several hours. That was the beginning of a conversation that we are still having about how to relate to the world around us and how to nurture who you are and what you want to do in the context of a universe that may or may not be sympathetic or interested. "A few months later I saw him perform at the Harvard Square Theater. He had this incredibly innate connection to the innermost parts of rock music experience. Although I came to know how much effort went into it, he had the humility to make it look effortless. You feel like you're in the presence of this unique and incredibly honest and authentic voice."

LUKE RUSSERT
NBC NEWS CORRESPONDENT

Russert's dad, the late TV journalist Tim Russert, became an avid Springsteen fan after booking him to play at John Carroli University, Tim’s alma mater, in 1975. Springsteen played "Thunder Road" via satellite at Russert's memorial in 2008.
"My father deeply identified with the blue-collar, working-class stories Springsteen tells in his music. They were all part of his life growing up in South Buffalo. The other attachment was the authenticity of the music. My dad always valued substance over style, and in a world of rock 'n roll where you had Jimi Hendrix lighting guitars on fire and God knows what during disco and the '80s, you could identify with Springsteen: he never forgot where he came from. I find comfort in Bruce's music and, specifically, in Thunder Road.'"

RON KOVIC
AUTHOR AND VIETNAM VET

Kovic's 1976 book Born on the Fourth of July inspired Springsteen to write the 1984 hit song "Born in the U.S.A”
"In the late 1970s I was living in Hollywood at the Sunset Marquis Hotel, l had sleep in and then write every day. I had take a break in the afternoon and sit at the pool to clear my head. One afternoon I was watching this young man in the pool, swimming up a storm. He looked familiar, like Bruce Springsteen. I went over to him in my wheelchair. “Excuse me, you probably don't know me, but my name is Ron Kovic. l'm a Vietnam veteran, and I wrote a book called Born on the Fourth of July.”
"He looked surprised. You're that guy? I just read your book. I couldn't put it down.” Two or three days later I opened up the front door of my hotel room. An album and a bunch of tapes fell down. He had picked up Darkness on the Edge of Town and some of his earlier albums. He had written: 'If my music can touch you and move you as much as your book moved me, that will mean a lot to me. Bruce Springsteen.'
"He invited me to see him at Winterland in San Francisco. All of a sudden he told the story to the audience about how he picked up Born on the Fourth of July and how much it had meant to him. He went on to talk about how he met a guy named Ron Kovic. Then he sang 'Darkness on the Edge of Town’. He said, “This one's for you, Ron.' I sat there in my wheelchair with tears in my eyes."

BONNY RAITT
SINGERSONGWRITER

Raitt shared the stage with Springsteen for the No Nukes concert in 1979 and the 2004 Vote for Change tour.
"It was an incredible boost when Bruce committed to joining the No Nukes concerts. From the groundbreaking Amnesty International tour, to helping stop Contra aid in the '80s, to a steady stream of benefits, I don't know if any other American artist has made as profound a difference. I think he taps into the promise of who we want to be. In a world where persona is so carefully calculated, Bruce is the real deal. And people love him for it."

DONNA SUMMER
DISCOGODDESS

Springsteen wrote "Protection" for Summer's 1982 LP Donna Summer.
‘My producer, Quincy Jones, called and said. “I got a song for you called "Protection." Bruce is going to come over.' My husband, Bruce Sudano, just loved Bruce's music, so I had gotten very into it as well. When Bruce came into my house, he played the song. We sang it. He told me to make it my own.
"Bruce was humble. I think he always sees himself as a kid from Jersey. Then, when he's onstage, once he flips that switch, boy, it's like a tornado roars through there. You can tell by his words, you can tell by the rasp in his voice, that he's been through something, and behind that quiet there's a storm brewing.
"When Bruce Springsteen performs, you're getting a working man. That grit tells you you don’t get that way from nothing. You get that way from abuse, use, work, getting through things. When people see him onstage, they relate and align themselves with him, no matter where he goes in life, because he started in a place they all understand

NILS LOFGREN
GUITARIST

Lofgren has played with the E Street Band since 1984 (and offers online lessons through the Nils Lofgren Guitar School),
"When I joined the E Street Band, I moved into Bruce's house in New Jersey to get ready for the Born in the U.S.A. tour. He suggested we wake up and go for a leisurely five mile jog every morning. We'd eat breakfast by 9:30, then get our tennis shoes on and run down near the Jersey Shore. Then I had shower up and get on with my studies of the songs because we had these massive rehearsals headed our way. Early on in the rehearsals Bruce approached me. He knew I had been doing a back flip while I played the guitar in my own show. He asked me: “If you did it 100 nights, how many times are you going to fall?” «Probably in 100 nights I might fall once on my ass and get embarrassed but not hurt”. I said.
‘Okay, let's put it in the show,' he said.
"During a lot of the Born in the U.S.A. tour, I also did dive rolls across the stage. It takes quite a bit of sprint velocity to do them without your hands while you're playing the guitar so you don't crush your neck. One night he stopped me before I was going to do it. He gets down on all fours and dares me to dive over him. Like a fool I ran and did it. Over the next dozen shows it became a nightly bit. Then the voice of reason, Phil Dunphy, our trainer on the tour, pulled me and Bruce aside and informed us that we were out of our minds. If we kept this up there was going to be a paralyzed guitar player soon, and we'd better knock it off.
"Bruce is pretty consistent about working out daily and maintaining a high level of physical health. He's living proof it's not some voodoo. It's just a good work ethic and a reality check. If you're going to be 60 and do shows like this, it requires some work and energy."

JONATHAN DEMME
FILMMAKER

The self-proclaimed "number one Bruce Springsteen fan" directed Philadelphia, for which Springsteen composed the Academy Award winning theme song "The Streets of Philadelphia" in 1993. "When I was doing Philadelphia, I called Neil Young to get him to write a real kick ass, American dude anthem that would put all the homophobic white males who had come to the movie in a reassured mode. A week later I got this hauntingly beautiful, delicate song called 'Philadelphia’ that was at the end of that movie, it was extraordinary. But we still needed that reassuring, hard driving song. So I got in touch with Springsteen, I leveled with him. You know you've got to level with the Boss. I sent him the movie with Neil's music. He said. ‘Okay, I’ll send you something back in a week or so.'
"The tape arrived. My wife and I got in the car and put the cassette in. We started driving. Here comes ‘The Streets of Philadelphia’. I had to pull over because we were both so overwhelmed. I thought, 'Bruce Springsteen trusts this movie and the audience more than I do. Enough with the anthem already.'
"Bruce is the greatest American f filmmaker who has yet to make his first film."

KADIATOU DIALLO
MOTHER

In 1999, Diallo's 23yearold son, Amadou, a Guinean immigrant, was shot and killed by four New York City plainclothes officers, who mistook him for a rape suspect and fired 4 7 rounds. Springsteen wrote a song about it, "American Skin (41Shots)."
"The f first time I heard the whole song was at Madison Square Garden. One of my friends contacted Bruce's management, and he invited us to meet him backstage. He hugged me in a very warm, affectionate way. He also introduced his wife and members of his band. I was stunned because I thought, 'He's going to come and be like this big celebrity singer.' He escorted us to sit in the VIP section. We listened to the music. It really got into my heart and soul.
"I never expected to hear from him after that. But he did something that I have never shared with the public. He sent us pictures that he took with us, and he donated money in Amadou's honor for scholarships at four colleges in New York City."

KRISTEN BREITWEISER
9/11 ACTIVIST

Breitweiser lost her husband, Ronald, in the attacks on the World Trade Center. She and fellow activists known as the Jersey Girls fought for the creation of the government's 9/11 Commission.
"I got introduced to Bruce the last night before the 2004 election. He said. ‘I followed everything that you and [the Jersey Girls] did. Every time you had a setback, I was rooting you on, praying for you.'
"When The Rising came out [in 2002] I was just so busy with so many other things. When I finally listened to it, it was overwhelming. It truly captures what it was like to have lost someone on 9/11.1 felt like an older brother was giving me a comforting hug and saying. ‘It’s going to be okay.' "

FRANK STEFANKO
LONGTIME FRIEND AND PHOTOGRAPHER

Stefanko's work with the Boss includes two album covers in addition to a 2003 book, Days of Hopes and Dreams: An Intimate Portrait of Bruce Springsteen (Billboard Books).
"Bruce is a great photographer. When we started working together in 1978, [we were] in the darkroom and I had finished shooting a session for Nebraska. He saw me project the light onto the photography paper and put the paper into the developer, and he saw the image come up. He slapped me on the shoulder and said, 'Frank, this is magic.' And I said, 'No, this is photography; this is darkroom chemistry.' And he says, 'No, it's darkroom magic.'
"He was fascinated by the medium and soon got his camera. Riding in my car he'll notice unusual things—weird Jersey billboards, funny signs on the sides of diners—and it's all registering. A [nonphotographer] will just walk by and never see it. Bruce travels all over the world, taking pictures—it's quite a collection of work. Will he ever show it? I don't know. He doesn't make a fuss over it. But I know he has that artist's eye—his eyes, his brain, they're always working."

SENATOR JOHN KERRY
2004 PRESIDENTIAL CANDIDATE

Springsteen supported Kerry's campaign with 2004's Vote for Change tour.
"For the first time in his career, Bruce shed his public political neutrality and put his good name on the line campaigning with me in 2004. We stood together in front of crowds that stretched as far as the eye can see in Wisconsin, Ohio, and Florida, and his guitar pumped out our anthem, 'No Surrender,' with heart and grit and belief. But what you might not know is that in the aftermath of that bruising race, when I was pretty bruised myself, long after the crowds had gone away, Bruce was one of the first to visit me, and he brought that guitar I had listened to on the campaign trail. That's the real deal—being there when it's hard and when the sun isn't shining. And you know that guitar he gave me remains my proudest possession of the whole campaign. In good times and bad, he had my back, and that's all the honor in your life you can ever hope for."

DAREN ARONOFSKY
DIRECTOR OF THE WRESTLER

Mickey Rourke asked Springsteen to write the theme song for his 2008 comeback film, The Wrestler, which led to a meeting with Aronofsky.
"Mickey and Bruce met about 20 years ago—over beers at the Stone Pony in Asbury Park—but they hadn't been in touch for a long time. Mickey's had quite a hard trip since then. [In a letter] to Bruce, his brutal honesty resounded with the Boss.
"Next thing I know, we were in the front row at a Springsteen concert at Giants Stadium, surrounded by 80,000 people rocking out. After the show, Mickey introduced us and said, ‘I’ll leave you two guys alone. I know you have some business to talk.' I kinda lost my tongue, overwhelmed by stage fright. Pretty quick, Bruce pulled out an acoustic guitar and sang the tune. I remember thinking, I’m getting serenaded by the Boss in the Giants locker room—and he's singing an amazing song.' He had only read the script, but he completely captured the spirit. When Mickey first got a copy of the song, he listened to it about 80 times in a row. He loved it.
"The Boss did [the theme] for nothing because he wanted to help Mickey. He knew we couldn't afford him. But he felt Mickey was trying to redeem himself, so he made it work for us."
—Reported by Meg Guroff, Jim Jérôme, and Lyndon Stambler

WIN TWO TICKETS - ENTER NOW ! That's right, Bruce Springsteen is providing two free tickets to his October 3 concert at Giants Stadium in East Rutherford, New Jersey, plus VIP passes to the E Street Lounge, where the band's friends and family gather before the show. Visit aarpmagazine.org/entertainment/springsteen_sweepstakes to enter. Airfare and lodging are included. Want to help one of Bruce's favorite charities? Contribute to Feeding America, a network of more than 200 food banks, at feedingamerica.org.


Le Boss passe la soixantaine

IL EST NOTRE CONSCIENCE OUVRIERE, NOTRE SAGE DU ROCK'N'ROLL. POURQUOI L'AMERIQUE A PLUS QUE JAMAIS BESOIN DE BRUCE SPRINGSTEEN.

couverture aarp springsteenLa vidéo sur le PC portable est instable et j'ai vu la chanson sur scène une douzaine de fois – aussi mes larmes me prennent par surprise. Quand Bruce Springsteen a écrit « Badlands » il y a plus de 30 ans, il a dit qu'il avait été inspiré par « un espèce de quotidien de l’héroïsme » de famille et d'amis qu'il a vu lutter pour essayer de joindre les deux bouts dans une vie en décrépitude, ouvriers, quartiers du centre nord New Jersey où son père a travaillé comme chauffeur de bus. Aujourd'hui dans les remous du krach financier, les Badlands de Springsteen ont une tout autre portée. Le cœur de la nuit redoute que les paroles ne décrivent le reflet des expériences de bon nombre d'entre nous actuellement.

Mais « Badlands » est un hymne, pas un chant funèbre. Ses constats amers sont ponctués de guitares sonantes. Assis dans mon appartement de Los Angeles, je regarde sur l’écran d'ordinateur l’immense foule multi-générationnelle qui entonne le refrain quand Springsteen joue en avril à San José. Leur émotion me saisit et m’envahit. Mes larmes sont des larmes de joies. L’Espoir, insiste la chanson, est possible. Le changement peut venir.
En septembre prochain, Springsteen va fêter ses 60 ans. Au cours des mois qui précèdent son anniversaire, il aura voyagé à travers l'Amérique et l'Europe, enflammant plus de 50 concerts. À chacun d’entre eux il jouera plusieurs rôles -héros, meneur, prédicateur, rebelle – les spectacles se déroulant comme un roman. Ses publics brandiront des panneaux faits maison réclamant les faces B et de rares standards du rock et lui et son groupe les joueront au pied levé. Il demandera à ses fans « pensez à vos voisins, » et les bénévoles des banques alimentaires traverseront les foules pour collecter des dons.
En écrivant sur ses racines, il est passé des concerts de bleds minables de bord de mer aux marches du Lincoln Memorial. Son premier héros était Elvis, pourtant les chansons- comme « It's Hard to Be a Saint in the City» - qui lui permirent de décrocher un contrat d'enregistrement étaient remplies de connotations religieuses. La première fois que j'ai entendue l’une de ces chansons, le déferlement puissant et l’urgence dans la voix m'ont captivé. « For You », sortie en 1973, parlait d'une fille qui menaçait de se suicider. J'étais dans ma vingtaine, et ce qui m'a frappé était la conscience du chanteur pour le charme dangereux du comportement suicidaire. Jimi et Janis étaient décédés mais il y avait Springsteen, ouvrant la possibilité que le rock et moi puissions grandir ensemble. « Thunder Road », sortie en 75, suggérait « peut-être ne sommes-nous plus si jeunes. » Springsteen venait juste d’avoir 26 ans, mais il débordait déjà du public traditionnel rock « au-delà de 30 ans ne te fies à personne ». Au cours des années les guitares sonneraient toujours et les concerts live feraient danser, mais le public de Springsteen a été incité à penser, également - et plus tard, à agir.
Quand Springsteen lut les mémoires du vétéran du Vietnam Ron Kovic Born on the Fourth of July, il lui a inspiré un concert de soutien à L.A. tout comme le tube de 1984

« Born In The USA. » Ses vers sont un constat courroucé sur le traitement du retour des vétérans mais beaucoup d'auditeurs - dont Ronald Reagan-ont confondu le titre avec un slogan positif. Springsteen plus tard a exprimé un ressentiment pour les personnes qui ont attribué à leur propre partie « tout et n’importe quoi qui semblait fondamentalement américain et si vous étiez de l'autre côté, vous étiez d’une manière ou d'une autre antipatriotique. » Sa propre « musique américaine, » dit-il, a été écrite « sur le lieu où je vis et où je passe ma vie. »
Mais qui est-il ? Les chansons de son actuelle tournée lui ont fait emprunter la voix d'un charpentier, un meurtrier, un ouvrier sidérurgiste viré. Il trouve dans ses propres expériences assez de parallèles pour chanter avec conviction. En invitant le public à s’affilier avec ses personnages, il les invite à s’affilier avec eux même.
Mon ami Steve a vu Springsteen sur scène à Los Angeles en avril. Lui et son épouse sont arrivés tôt pour obtenir un numéro au grand tirage au sort des places. Comme ce sont des gens avertis et que ça ne leur disait rien de se barber dans un parking, ils ont visité un musée du coin. Le tirage au sort leur a attribué des sièges au troisième rang – mortel a dit Steve. Ils étaient assez proches de Springsteen pour voir les filets de sueur « dégouliner de ses mains. » Nous nous sommes nourris de son énergie, dit-il et à notre tour sommes devenus pleins d’énergie. Tout à coup nous devenons capables de danser toute la nuit-ou même de changer le monde.

Ariel Swartley a écrit « The Wild, the Innocent and the E Street Shuffle» pour la collection d'essais Stranded : Rock and Roll for a Desert Island (Da Capo Press, 2007).

LES AMIS DU BOSS PARATAGE LEURS PLUS INTIMES VISIONS

JON LANDAU
COLLABORATEUR MUSICAL

Un critique musical, Landau est devenu le producteur de Springsteen en 75 et manager en 77.
« J’avais écrit une critique positive sur le second album de Bruce pour Rolling Stones, mais je ne l'avais jamais vu sur scène. Je suis allé dans un club où il jouait à Cambridge [Massachusetts]. Ils avaient mis l'article à la fenêtre. Bruce était à l’extérieur du club, sautillant à cloche pieds, essayant de rester chaud tandis qu'il lisait l'article. J'ai marché jusqu'à lui et lui ai demandé comment était l'article.
« Assez bon, » dit-il. « Ce type est habituellement assez bon ». Il y avait 15 ou 20 personnes dans le club. Après nous avons eu l’occasion de parler de la représentation qui était fantastique. Il m'a appelé le lendemain, et nous avons parlé pendant plusieurs heures. C'était le début d'une conversation que nous avons toujours au sujet de la façon d’être en lien avec le monde qui nous entoure et de la façon de faire s’épanouir ce que vous êtes et ce que vous voulez faire dans le cadre d’un univers qui pourrait ou non être sympathique ou intéressant.
« Quelques mois plus tard je l'ai vu jouer au Harvard Square Theater. Il avait cette incroyable rapport inné avec les aspects les plus profonds de l'expérience musicale rock. Bien que j’aie su combien d'efforts avaient dû y être consacrés, il avait l'humilité de faire comme si c’était naturel. Vous êtes conscient que vous êtes en présence de cette voix unique, incroyablement honnête et authentique. »

LUKE RUSSERT
CORRESPONDANT A NBC NEWS

Le père de Russert, le journaliste TV Tim Russert aujourd’hui décédé, est devenu un fan absolu de Springsteen après avoir acheté une place pour le voir jouer à la John Carroli University, L’université de Tim, en 1975. Springsteen a joué « Thunder Road » par satellite à la cérémonie commémorative pour Russert en 2008.
« Mon père s’identifiait profondément aux ouvriers, les histoires sur la classe ouvrière dont parle Springsteen dans sa musique. Elles lui rappelaient toute la période de sa vie à South Buffalo où il avait grandit. L'autre attachement était l'authenticité de la musique. Mon père goûtait toujours plus le contenu que le style et dans un univers de rock où vous aviez Jimi Hendrix qui mettait le feu à ses guitares et Dieu sait quoi pendant les années 80 du disco, vous pouviez le trouver avec Springsteen : il n'a jamais oublié d'où il est sorti. Je trouve du réconfort dans la musique de Bruce et plus spécialement, dans Thunder Road»

RON KOVIC
ECRIVAIN ET VÉTÉRAN DU VIETNAM

Le livre de Kovic Born on the Fourth of July paru en 1976 a inspiré Springsteen pour écrire son tube de 1984 « Born in the USA ». « A la fin des années 70, j'habitais à Hollywood au Sunset Marquis Hotel. J’y dormais puis écrivais tous les jours. J’avais fait une pause dans l'après-midi et m’étais assis à la piscine pour me changer les idées. Un après-midi j'observais ce jeune homme dans la piscine, qui faisait un tabac en nageant. Il semblait familier, comme Bruce Springsteen. J'ai fait un saut chez lui dans mon fauteuil roulant. « Excusez moi, vous ne me connaissez probablement pas, mais mon nom est Ron Kovic. Je suis un vétéran du Vietnam, et j’ai écrit un livre qui s’appelle Born on the Fourth of July»
« Il a semblé étonné. Vous êtes ce type ? Je viens juste de lire votre bouquin. Je ne pouvais pas décrocher. » Deux ou trois jours plus tard j’ouvrais la porte d’entrée de ma chambre d'hôtel. Un album et un paquet de bandes est tombé. Il avait choisi Darkness on the Edge of Town et certains de ses précédents albums. Il avait écrit : « Si ma musique peut vous toucher et vous émouvoir autant que votre livre m'a ému, cela sera très important pour moi. Bruce Springsteen. »
« Il m'a invité à le voir au Winterland de San Francisco. Tout à coup il s’est mis à raconter au public l'histoire sur la manière dont il avait découvert Born on the Fourth of July et combien ce livre avait représenté pour lui. Il a continué à dire comment il avait rencontré un type nommé Ron Kovic. Alors il a chanté “'Darkness on the Edge of Town”. Il a dit, « Celle-ci est pour vous, Ron. » J’étais là assis dans mon fauteuil roulant, les yeux pleins de larmes »

BONNY RAITT
CHANTEUR COMPOSITEUR

Raitt a partagé la scène avec Springsteen pour le NO NUKES concert en 1979 et lors du Vote for Change en 2004
« Ca a été un incroyable coup de fouet quand Bruce s’est engagé à se joindre aux No Nukes concerts. De la tournée avant-gardiste d'Amnesty International, à l'arrêt de l’aide aux Contra dans les années 80, en passant par une participation régulière à des concerts caritatifs, je ne sais pas si aucun autre artiste américain a marqué autant sa différence. Je pense qu'il relève la promesse de qui nous voulons être. Dans un monde où l’on calcule si soigneusement son personnage, Bruce est la vraie affaire. Et les gens l'aiment pour ça. »

DONNA SUMMER
DESSE DU DISCO

Springsteen a écrit « Protection » pour l’album de 1982 de Summer Donna Summer.
« Mon producteur, Quincy Jones, m’appelée et a dit. « J'ai une chanson pour toi qui s’appelle « Protection. » Bruce va venir». Mon mari, Bruce Sudano, était simplement un adorateur de la musique de Bruce, alors j’étais entrée dedans aussi. Quand Bruce est venu chez moi, il a joué la chanson. Nous l'avons chantée. Il m'a dit de me l’approprier.
« Bruce était humble. Je pense qu'il se voit toujours comme un gamin du Jersey. Puis, quand il est sur scène, une fois qu'il appuie sur le bouton, mec, c’est comme des hurlements de tornade partout. On peut le décrire par sa voix, on peut le décrire par sa voix râpeuse, par le fait qu’il a traversé des choses, et derrière cette tranquillité il y a un orage qui se prépare.
« Quand Bruce Springsteen est sur scène, vous avez affaire à un ouvrier. Cette détermination vous montre que cette façon d’être ne vient pas comme ça. Vous y parvenez à force de rudoiement, pratique, travail, d’aller au fond des choses. Quand les gens le voient sur scène, ils se mettent en connexion et s'alignent sur lui, quoiqu’il fasse de sa vie, parce qu'il a commencé dans un point qu’ils comprennent tous.

NILS LOFGREN
GUITARISTE

Lofgren joue avec le E Street Band depuis 1984 (et propose des leçons en ligne au travers de la Nils Lofgren Guitar School),
« Quand j'ai rejoint le E Street Band, je me suis installé chez Bruce dans le New Jersey pour être prêt pour la tournée Born in the USA. Il a proposé que nous nous réveillions et partions faire un jogging tranquille de cinq miles tous les matins. Nous prenions notre petit déjeuner à 9h30, mettions nos tennis et courrions le long du rivage du Jersey. Ensuite je prenais une douche et reprenais mes études de chansons car nous avions cet énorme répétition qui approchait. Dès le début des répétitions Bruce est venu vers moi. Il savait que dans mon propre spectacle je faisais une pirouette arrière tandis que je jouais de la guitare. Il m'a demandé : « Sur une centaine de soirées, si tu le faisais combien de fois est-ce que tu te ramasserais? »
«Sur 100 soirées je tomberais probablement une fois sur le cul et aurais l’air con mais je ne me ferais pas mal». Ai-je dit.
« OK, mettons-la dans le show, » a-t’il dit.
« Pendant une bonne partie de la tournée Born in the USA, j'ai également fait des roulades à travers la scène. Il faut piquer un bon sprint pour les faire sans les mains tandis que tu joues de la guitare sans te casser le cou. Une nuit il m'a arrêté avant que je ne le fasse. Il s’est mis à quatre pattes et m'a mis au défi de passer par-dessus de lui. Comme un imbécile j’ai couru et l’ai fait. Au-cours des shows suivants c’est devenu le clou de la soirée. Puis la voix de la raison, Phil Dunphy, notre entraîneur sur la tournée, nous a pris à part Bruce et moi et nous a balancé que nous étions complètement malades. Si nous continuions ça il y aurait un guitariste paralysé très prochainement et que nous ferions mieux d’arrêter.
« Bruce est assez discipliné pour travailler quotidiennement tout en maintenant un bon niveau de forme physique. Il est la preuve vivante que ce n'est pas du vaudou. C'est juste une question de bonne éthique de travail et de regarder la réalité en face. Si vous allez avoir 60 ans et faites des shows comme ça, cela exige une certaine dose de travail et d’énergie. »


JONATHAN DEMME
RÉALISATEUR

« Autoproclamé « fan numéro un de Bruce Springsteen» a réalisé Philadelphia, pour lequel Springsteen a composé la chanson thème du film « "The Streets of Philadelphia" qui lui a valu le prix de l'Académie Award en 1993.
« Quand je faisais Philadelphia, j'ai appelé Neil Young pour lui faire écrire un hymne au type américain, un vrai truc qui déchire, qui mettrait en mode sécurisé tous les mâles blancs homophobes qui seraient venus voir le film. Une semaine plus tard j'avais cette chanson belle à se damner, sensible qui s’appelle 'Philadelphia' et qui était à la fin de ce film, c’était extraordinaire. Mais nous avions toujours besoin de cette chanson sécurisante qui pèse fortement. Ainsi j'ai contacté Springsteen, j'ai été honnête avec lui. Tu sais tu dois être honnête avec le Boss. Je lui ai envoyé le film avec la musique de Neil. Il a dit. « OK, je t’enverrai quelque chose dans une semaine environ. »
« La bande est arrivée. Mon épouse et moi étions dans la voiture et j’ai mis la cassette. Nous avons commencé à rouler. Puis commence ‘The Streets of Philadelphia’. J'ai dû m’arrêter tant nous étions retournés tous les deux. J'ai pensé, « Bruce Springsteen croit davantage en ce film et le public que je ne le crois moi même. Tout au moins avec l’hymne. »
« Bruce est le plus grand réalisateur Américain à ne pas encore avoir fait son premier film. »


KADIATOU DIALLO
MÈRE

En 1999, Amadou, le fils de Kadiatou Diallo agé de 23 ans, un immigré guinéen, a été abattu par quatre officiers en civil de la ville de New York qui l'ont confondu avec le suspect d’un viol et ont fait feu à 47 reprises. Springsteen a écrit une chanson sur ce sujet, « American Skin (41Shots). »
« La première fois de j'ai entendu la chanson dans sa totalité, c’était au Madison Square Garden. Un de mes amis était entré en contact avec le management de Bruce et il nous a invités à le rencontrer en coulisses. Il m'a serré dans ses bras d'une manière très chaleureuse et affectueuse. Il m’a également présenté son épouse et les membres de son groupe. J'étais confuse parce que j'avais pensé, « il va venir et se comporter comme ces grands chanteurs connus. » Il nous a accompagnés pour nous asseoir dans la section VIP. Nous avons écouté la musique. Elle a vraiment pénétré dans mon cœur et dans mon âme.
« Je n'ai jamais compté recevoir de ses nouvelles par la suite. Mais il a fait quelque chose dont je n'ai jamais parlé. Il nous a envoyé les photos qu'il a prises avec nous et il a fait un don en l'honneur d’Amadou pour des bourses d’étude dans quatre universités de New York City. »


KRISTEN BREITWEISER
MILITANTE AU 9/11

Breitweiser a perdu son mari, Ronald, dans les attaques sur le World Trade Center. Elle et d’autres membres militantes connus sous le nom des Jersey Girls ont lutté pour la création de la Commission gouvernementale 9/11.
« J'ai été présentée à Bruce le dernier soir avant l’élection de 2004. Il a dit. « J'ai suivi tout que vous et [les Jersey Girls] avez fait. Chaque fois que vous avez eu un revers, je vous encourageais, priant pour vous. »
« Quand The Rising est sorti [en 2002] j'étais vraiment si occupée avec tant d'autres choses. Quand je l'ai finalement écouté, j’étais submergée. Elle transcrit vraiment ce que c’était d’avoir perdu quelqu'un le 11 septembre. J’ai ressenti comme si un frère ainé me donnait une étreinte réconfortante en disant. « Ca va aller» ».


FRANK STEFANKO
VIEIL AMI ET PHOTOGRAPHE

Le travail de Stefanko avec le Boss porte sur deux couvertures d'album en plus d’un livre sorti en 2003, Days of Hopes and Dreams: An Intimate Portrait of Bruce Springsteen (Billboard Books).
« Bruce est un grand photographe. Quand nous avons commencé à travailler ensemble en 1978, [nous étions] dans la chambre noire et je terminais de tirer une prise pour Nebraska. Il me vit projeter la lumière sur le papier photo et mettre le papier dans le révélateur et il vit l’image apparaître. Il m'a tapé sur l'épaule et a dit, « Frank, c’est magique. » Et j'ai dit, « non, c’est de la photo, c'est de la chimie de chambre noire. » Et il a dit, « non, c'est de la magie de chambre noire. »
« Il a été fasciné par la technique et a bientôt eu son appareil-photo. Roulant dans ma voiture il relèvera des choses inhabituelles – des panneaux publicitaires bizarres du Jersey, des enseignes marrantes sur le côté des restaus et il enregistre tout. Un [non photographe] marchera simplement et ne le remarquera jamais. Bruce voyage dans le monde entier, en prenant des photos – c’est presque un recueil d’œuvres. Le montrera-t-il jamais? Je ne sais pas. Il ne fait pas de tapage avec ça. Mais je sais qu'il a cet œil de l’artiste – ses yeux, son cerveau, fonctionnent toujours.


SÉNATEUR JOHN KERRY
CANDIDAT 2004 PRÉSIDENTIEL

Springsteen a soutenu la campagne de Kerry avec la tournée Vote For Change en 2004.
« Pour la première fois au cours de sa carrière, Bruce s’est défait de sa neutralité politique publique et a mis son nom vertueux en avant en faisant campagne avec moi en 2004. Nous nous sommes présentés ensemble devant des foules qui s’étendaient à perte de vue dans le Wisconsin, l'Ohio, et la Floride, et sa guitare déversait notre hymne, « No Surrender, » avec cœur détermination et croyance. Mais ce que vous savez peut être pas c’est que au lendemain de cette course violente, alors que j’étais meurtri moi-même, longtemps après que les foules soient parties, Bruce était l’un des premiers à me rendre visite et il a apporté cette guitare que j'avais écoutée pendant la campagne électorale. C'est ce qui est vraiment fort - être là quand c’est difficile et quand le soleil ne brille pas. Et vous savez cette guitare qu'il m'a donnée demeure le bien dont je suis le plus fier de toute la campagne. Dans les bonnes et les mauvaises périodes, il m’a soutenu et c'est tout l'honneur que vous ne pouvez jamais espérer dans votre vie. »


DAREN ARONOFSKY
REALISATEUR DE THE WRESTLER

Mickey Rourke a demandé à Springsteen d'écrire la chanson thème pour le film qui marque son retour en 2008, The Wrestler, ce qui a conduit à une réunion avec Aronofsky.
« Mickey et Bruce se sont rencontrés il y a environ 20 ans – autour d’une bière au Stone Pony à Asbury Park - mais ils n'avaient pas été en contact depuis un moment. Mickey a eu de mauvaises passes depuis lors. [Dans une lettre] adressée à Bruce, sa franchise brutale a fait tilt dans la tête du Boss.
« L’autre chose que je sais, nous étions au premier rang à un concert de Springsteen au Giants Stadium, entourés de 80.000 personnes en train de danser. Après le show, Mickey nous a présentés l’un à l’autre et dit, « je vous laisse entre vous. Je sais que vous avez à parler affaires ». J'en ai presque perdu ma langue, submergé par le trac. Assez vite, Bruce a sorti une guitare acoustique et a chanté le refrain. Je me rappelle avoir pensé, « Je me fais donner la sérénade par le Boss dans le vestiaire des Giants - et il me chante une chanson incroyable ». Il avait seulement lu le script, mais il s’en était complètement approprié l'esprit. Quand Mickey reçut pour la première fois une copie de la chanson, il l’a écoutée environ 80 fois d’affilée. Il l'a adorée.
« Le Boss a fait [le thème] pour rien parce qu'il voulait aider Mickey. Il a su que nous ne pourrions pas nous le payer. Mais il a senti que Mickey essayait de se racheter, alors il l’a fait pour nous. »

- Propos rapportés par Meg Guroff, Jim Jerome, et Lyndon Stambler

GAGNEZ 2 TICKETS – ENTREZ MAINTENANT !
C'est vrai, Bruce Springsteen fournit deux billets gratuits pour son concert du 3 octobre au stade des Giants à East Rutherford , New Jersey, plus des accès VIP au salon E street, où les amis et la famille du groupe se réunissent avant le concert. Visitez aarpmagazine.org/entertainment/springsteen_sweepstakes pour entrer. Le transport aériens et le logement sont inclus. Vous voulez aider une des associations caritatives préférées de Bruce ? Participez à Feeding America, un réseau de plus de 200 banques alimentaires, sur feedingamerica.org.

Merci à fanduBoss et Philippe35!