Presse - TV - Radios


Bruce Springsteen recently returned to the Bottom Line Club in New York and Greg Mitchell talked to Springsteen and also explains why he is going to be the Next Big Thing.

FOR THE casual media and fashionable rock and roll camp followers, a star was born in New York August 1947 when Bruce Springsteen played before 10 SRO audiences at the Bottom Line, the most prestigious rock venue in the East.
springsteen But to longtime fans and true believers, the Bottom Line performances and the Springsteenmania they produced merely climaxed a curious three year struggle during which Bruce broke all the rules but still managed to come out on top.
The reason for all this hysteria (the fastest sellout in club history; hundreds waiting in line each night for a handful of standing room tickets) was multifold. Springsteen hadn't played the City for almost 10 months; his new album was completed but still unreleased; radio stations and the public at large had finally discovered his first two Columbia LPs ('Greetings From Asbury Park' and 'The Wild, The Innocent And The E Street Shuffle'), sending them both into the charts for the first time. But most of all, it was the desperate desire to see some real rock and roll after a desultory Summer which had followed the Stones' concerts in early June.

Supreme

In fact, as it developed, there were many comparisons to be drawn between Springsteen and the Stones. An unprecedented "appraisal" in the stodgy New York Times described "Mr Springsteen" as the next "Mr Jagger" and decided that with Bruce and band performing "it was as if the Stones were playing a 500 seat club".
A harried publicist for the Bottom Line was turning away press people looking for tickets with the explanation: "When this was booked, I had no idea the demand would be greater than for the Stones." And, increasingly, influential music men (such as Clive Davis, president of Arista Records) were claiming that Springsteen's E Street Band was a legitimate threat to the Stones' title as precision funk band supreme.
And, when WNEW, by far the most important FM radio station in New York, decided to take the again-unheard of step of broadcasting one of Springsteen's shows live to its one million listeners, it was all but assured that with the release of the new album, 'Born To Run', Bruce Springsteen would become the Next Big Thing in rock.
All of this was immensely gratifying for Bruce, the three original ,members of the band (Clarence Clemmons1, sax, Garry Tallent, bass, and Danny Federici, organ), and Bruce's legion of fans from home base New Jersey. Springsteen had been signed as a solo act to Columbia by John Hammond (the man who "discovered Dylan") back in Summer '72, then recorded his debut album with kids he'd gigged around Jersey with.
With Peter Knobler I agreed that Bruce was the Great White Hope for the '70s after we witnessed his first gigs at a club called Kenny's and at Sing Sing prison. But the rest of the media, and public reaction in general, lagged far behind. His first album didn't sell well. When the second record came out a year later, critical recognition started to happen but Bruce still wasn't making it Big.
Much of that had to do with his own integrity: he refused to hook up as a second act with a big national tour because he wouldn't be allowed to play his customary two hour set; he wouldn't put out a single because he couldn't write a song under five minutes long ("I can't leave out any of those words," he told me once); when band members quit, he'd replace them with equally unknown Jersey kids; he recorded his first two albums in a cheap studio with a novice producer (manager Mike Appel); he wouldn't go out of his way to cater to the usual hype and publicity (perhaps because his early experiences with the media had led him to being called a "new Dylan").
So, as 1975 dawned, his career hung by a thread, albeit a very strong thread — his own boundless talent and resourcefulness. Two new band members were still being worked in (Max Wineberg1 , drums, Roy Bitton1, piano); his third album was not coming easily and was long overdue; the burgeoning Springsteen cult had made himself conscious about his writing. Finally, in desperation, another opinion was brought into the studio (veteran rock writer John Landau) and the do-it-now-or-else pressure got Brucie going again. The album finally came together (six months late) in July and it was time for Springsteen to kick off a big tour in New York, at the Bottom Line.
Springsteen on stage is Another Matter. Decked out in black sneakers that don't match ("I bought one in a Thom McAn, found the other in the street"); tight straight legged blue jeans, black sleeveless T shirt and slightly studded black leather jacket, he prowls the hardboards like a good natured Harley in heat.

Sex Symbol

Under the beret cap, his is longer, curlier now, undermining the greaser persona, and other contradictory images abound as poetic verses pour out of his vernacular mouth and uproarious raps flow in the breaks between no-nonsense songs. Like Jagger, he is not conventionally handsome but is transformed onstage into a potent sex symbol.
At his right hand stands sax man Clarence Clemmons1, an enormous black man in a white suit playing mean notes and flashing friendly grins. Miami Steve van Zandt, the most recent addition to the band on rhythm guitar (Bruce himself plays lead) is decked out in a red suit he might have worn on his last job with the Dovells ("Bristol Stomp" etc.). These are boardwalk kids re-living their childhood fantasies; the set is sprinkled with early'60s favorites that will give you an idea of the influences: Phil Spector's 'Then She Missed Me', Gary US Bonds' 'Quarter To Three', the Drifters' 'Up On The Roof, and the Searchers' 'Walk In The Room'. When, in the middle of a show, a crazed fanatic shouted out a request for 'Route 66', Bruce and band went down that road without hesitation.
And why not: this is the essence of Bruce's appeal and importance. He is doing exactly what the Stones and Beatles did 10 years ago; recycling early rock and roll for a new generation who've forgotten, or perhaps never known, what that real rockin' pneumonia means in this era of slick strings, steel guitars and synthesizers. It wasn't for nothing that, back in '64, the Beatles resurrected 'Twist And Shout', and it was no mistake that Brucie did 'Twist And Shout' at the Bottom Line (Lennon reportedly was in the audience).
Through and around it all is Brucie, playing, with a sore throat, two 2 hour sets a night without complaint; putting out every second, dancing, duck walking, high-kicking, wading into the audience, jumping off piano tops onto a cluttered stage, collapsing deliriously back in the dressing room ("It's a 15 rounder", he said, "every night").

Rollicking

springsteen I've seen perhaps 100 Springsteen gigs over the past three years and he's played his rollicking 10 minute saga 'Rosalita' at every one of them, partly because he still somehow enjoys it (at the Bottom Line he put more into it than ever) and maybe, mostly, because the kids, the hitters from Jersey and the Manhattan alley cats, demand it of him, knowing that while he is not afraid to share the spotlight, he is still a stone junkie for that stage; that he'll look out into a crowd of Paul Simons and Bette Midlers and Faye Dunaways and still play for "those kids from the shore".
Clearly his strongest effort to date, the new album, which will be released by CBS in London in October, is a full throttled, massively produced rocker, reminiscent of the earlier Springsteen albums but this time on a more level elevated plain.
Side one opens with 'Thunder Road', a lovely soft rocker Bruce did solo at the piano at the Bottom Line ("Now l'm no hero it's understood and all the redemption I can offer is beneath this dirty hood"), then swings into the deadly set opener 'Tenth Avenue Freeze Out', another scorcher, 'Night', and closes with the unrelievedly intense 'Back Streets'.
Side two revs up with the motorcycle rhythm of the probable single, 'Born To Run' ("We've got to get out while we're young, cause tramps like us, baby, we were born to run..."), flows into the live showstopper, 'She's The One', 'then pauses for a moment with 'Meeting Across The River', perhaps the most uncharacteristic song Springsteen has ever recorded (a soft mood pièce with lonely jazz trumpet the dominant accompaniment). Then, the album closes with the new flesh and fantasy epic, 'Jungleland'.
"We approached the record the way that some of the early '60s producers like Phil Spector or Brian Wilson would approach their records," Bruce said, "which is to create this sound. It's sort of an extreme record. The only concept that was around was that I wanted to make a big record, you know, just like a car, zoom, straight ahead; that when that sucker comes on it's like wide open. No holds barred!"
Those who sat on the sidelines while Springsteen was playing two-bit gigs struggling to reach this peak have now jumped on the bandwagon; this combined with the legion who will latch onto the Next Big Thing should make Springsteen a veritable superstar by year's end. It will be interesting to see how the cloak of inevitability settles on his shoulders; and how he will wear it.


The Wild, Innocent and the E street Shuffle

Bruce Springsteen est retourné récemment au club le Bottom Line à New York et Greg Mitchell a parlé à Springsteen et il explique également pourquoi il va être le Prochain Truc Enorme.

POUR les médias occasionnels et ceux qui suivent les cabotins du rock à la mode, une étoile est née dans New York l'août 1947 1 quand Bruce Springsteen a joué devant 10 salles pleines à craquer au Bottom Line, L’endroit rock le plus prestigieux de l'Est.
springsteen Mais pour les fans de longue date et ceux qui y croient vraiment, les représentations du Bottom Line et la Springsteenmania qu'elles ont produit ont simplement couronné une étonnante lutte de trois ans au cours de laquelle Bruce a brisé toutes les règles mais a toujours réussi à se hisser au sommet.
Les raisons de toute cette hystérie (la vente la plus rapide dans l'histoire du club ; des centaines de personnes faisant la queue chaque soir pour une poignée de places debout) étaient multiples. Springsteen n'avait pas joué en ville depuis presque 10 mois ; son nouvel album était terminé mais pas encore sorti; les radios et le public dans son ensemble avaient enfin découvert ses deux premiers 33t Columbia ('Greetings From Asbury Park' and 'The Wild, The Innocent And The E Street Shuffle'), les faisant entrer tous les deux dans les charts pour la première fois. Mais surtout, c'était l’envie désespérée de voir du vrai rock après un été morose qui avait suivi les concerts des Stones au début de juin.

Suprême

En fait, alors qu’il avançait, il y eut beaucoup de comparaisons faites entre Springsteen et les Stones. Une « expertise » sans précédent dans l’ennuyeux New York Times décrivit « M. Springsteen » comme le prochain « M. Jagger » et décida qu’avec Bruce et le groupe sur scène «c’était comme si les Stones jouaient dans un club de 500 places ».
Un attaché de presse du Bottom Line embarrassé renvoyait les gens de la presse people qui cherchaient des billets en expliquant : « Quand ça a été réservé, je n'avais jamais imaginé que la demande serait plus forte que pour les Stones. » Et, petit à petit, des hommes influents du monde de la musique (tels que Clive Davis, président de Arista) clamaient que le E Street Band, le groupe de Springsteen était une menace légitime pour les Stones au titre de groupe suprême de la precision funk
Et, quand WNEW, de loin la station de radio FM la plus importante à New York, décida de prendre l’initiative encore-jamais faite à l’époque de radiodiffuser en direct un des shows de Springsteen à son million d'auditeurs, il était presque assuré qu'avec le la sortie du nouvel album, « Born to Run », Bruce Springsteen deviendrait le Prochain Truc Enorme du rock.
Toute cela était immensément gratifiant pour Bruce, les trois premiers membres du groupe (Clarence Clemmons1, saxo, Garry Tallent, basse et Danny Federici, orgue) et la légion de fans du New Jersey natal de Bruce. Springsteen avait été signé chez Columbia par décision personnelle de John Hammond (l'homme qui « a découvert Dylan ») en 72 puis a enregistré son premier album avec des gosses du Jersey avec qui il avait joué
Avec Peter Knobler, nous étions d'accord que Bruce était le Grand Espoir Blanc des années 70 après que nous ayons été témoins de ses premiers concerts dans un club appelé le Kenny’s et à la prison de Sing Sing. Mais le reste des médias, et la réaction du public étaient généralement loin à la traine. Son premier album ne s'était pas bien vendu. Quand le deuxième disque est sorti un an après, la reconnaissance des critiques a commencé à se produire mais Bruce ne faisait pas encore le Truc Enorme.
Beaucoup de cela avait à voir avec sa propre intégrité : il refusait de se joindre en tant que numéro deux à une grande tournée nationale parce qu'on ne lui permettrait pas de jouer ses deux heures habituelles; il ne ferait pas un single parce qu'il ne pouvait écrire une chanson de moins de cinq minutes (« je ne peux omettre aucun de ces mots, » m’a-t’il dit une fois) ; quand les membres du groupe s’en allait, il les remplaçait par des gosses tout aussi inconnus du Jersey ; il a enregistré ses deux premiers albums dans un studio à pas cher avec un producteur débutant (manager Mike Appel) ; il ne s’écarterait pas de son chemin pour satisfaire au traditionnel battage et publicité (peut-être parce que ses de premières expériences avec les médias l'avait conduit à se faire appeler un « nouveau Dylan »).
Ainsi, à l’aube de 1975, sa carrière tenait à un fil, un fil très solide toutefois - son infini talent et sa ressource sans limite. Deux nouveaux membres du groupe y travaillaient toujours (Max Wineberg 1, batterie, Roy Bitton1, piano) ; son troisième album ne venait pas facilement et était très retard ; le culte naissant de Springsteen l’avait lui-même rendu conscient de son écriture. Finalement, en désespoir de cause, un autre point de vue fut introduit dans le studio (l’écrivain vétéran du rock John Landau) et la pression du tu-le-fais-maintenant-ou-quoi avait remis Brucie en route. L'album a finalement été bouclé (avec six mois de retard) en juillet et il était temps pour Springsteen de faire le lancement d’une grande tournée à New York, au Bottom Line.
Springsteen sur scène c’est une Autre Histoire. Affublé de baskets noires dépareillées (« j'ai acheté une dans un Thom McAn, trouvé l'autre dans la rue ») ; les jambes moulées dans des jeans droits, un T-shirt noir sans manches et une veste en cuir noir parsemée de clous, il rôde sur les planches comme une bonne vieille Harley qui rugit.

Symbole de sexe

Sous la large casquette, ses cheveux longs, bouclés maintenant, terminent le personnage de motard et d'autres images contradictoires abondent pendant que les couplets poétiques sortent de sa bouche en argot et ses diatribes tonitruantes se déversent lors des pauses entre les chansons non dénuées de sens. Comme Jagger, il n'est pas ce qu’on appellerait un beau mec mais sur scène il est transformé en un véritable sex symbol.
À sa droite se tient le saxo Clarence Clemmons 1, un énorme black dans un costume blanc jouant de méchantes notes et décochant d’amicales grimaces. Miami Steve van Zandt, l’apport le plus récent du groupe à la guitare rythmique (Bruce joue lui-même la lead guitare) est paré d’un costume rouge qu'il aurait bien pu porter lors de son dernier boulot avec le Dovells (« Bristol Stomp » etc.). Ce sont des petits gars des planches revivant leurs rêves d'enfants ; l'ensemble est saupoudré de tubes du début des années soixante qui vous donneront une idée des influences : Phil Spector's 'Then She Missed Me', Gary US Bonds' 'Quarter To Three', the Drifters' 'Up On The Roof, and the Searchers' 'Walk In The Room'. Quand, au beau milieu du show, un fan hystérique a crié pour entendre « Route 66 », Bruce et son groupe ont descendu cette route sans hésitation.
Et pourquoi pas : c'est ce qui fait l’attrait et l'importance de Bruce. Il fait exactement ce que les Stones et le Beatles ont fait il y a 10 ans ; recycler le rock primitif pour une nouvelle génération qui l’a oublié et peut-être jamais connu, que signifie cette véritable pneumonie de rock dans cette époque de cordes slick, steel guitars et de synthétiseurs. Ce n'était pas pour rien que, en 64, les Beatles ont ressuscité « Twist and Shout » et ce n'était pas par erreur que Brucie a fait « Twist and Shout » au Bottom Line (Lennon était dans le public dit on).
De long en large tout est Brucie, jouant, avec une gorge endolorie, un concert de deux heures le soir sans se plaindre ; arrêtant chaque seconde, dansant, marchant en canard, dansant le high-kicking, se jetant dans le public, sautant depuis le dessus du piano sur une scène encombrée, s'effondrant ivre de fatigue dans la loge (« C’est un match en 15 rounds » dit-il « chaque nuit »).

Délirant

springsteen J’ai peut-être vu 100 concerts de Springsteen au-cours des trois dernières années et il a joué son exubérante saga de 10 minutes « Rosalita » lors de chacun d’eux, en partie parce qu'il l'aime toujours d’une certaine manière (Au Bottom Line il s’y est donné comme jamais) et peut-être, surtout, parce que les gosses, les petits durs du Jersey et les gars des ruelles de Manhattan, l'attendent de lui, sachant que tandis qu’il n'a pas peur de partager la vedette, il est toujours accro à cette scène ; qu'il repèrera dans une foule des Paul Simons et Bette Midlers et Faye Dunaways et jouera toujours pour « ces gamins de la côte ».
Clairement son effort le plus important jusqu'alors, le nouvel album, qui sera lancé par CBS à Londres en octobre, est un rock massivement produit, pied au plancher, réminiscence des premiers albums de Springsteen mais cette fois d’un plus haut niveau tout simplement.
La première face s'ouvre avec « Thunder Road », un rock délicieusement beau Bruce l’a fait en piano solo au Bottom Line ("Now l'm no hero it's understood and all the redemption I can offer is beneath this dirty hood"), puis bascule dans le mortel morceau d’ouverture de concert 'Tenth Avenue Freeze Out',une autre fournaise « Night » et se conclut avec l’intense et insoutenable 'Back Streets'.
La deuxième face monte en régime à l’allure de moto du probable single, « Born to Run » ("We've got to get out while we're young, cause tramps like us, baby, we were born to run... "), qui ouvre sur le clou des concerts live, « She’s The One », fait une pause un instant avec 'Meeting Across The River', peut-être la chanson la plus inhabituelle que Springsteen ait jamais enregistré (un morceau d’ambiance douce avec comme accompagnement dominant une seule trompette de jazz ). Puis, l'album se termine avec la nouvelle épopée de flesh and fantasy (film de 1943 ndtr), « Jungleland ».
« Nous avons abordé le disque de la manière dont certains des producteurs du début des années soixante comme Phil Spector ou Brian Wilson abordaient leurs disques, » a déclaré Bruce, « qui est de créer ce son. C’est ce genre de disque extrême. Le seul concept qui l’a entouré a été que j’ai voulu faire un grand disque, vous savez, exactement comme une voiture, zoom, droit devant ; et que quand ce truc est là c’est comme totalement inédit. Tous les coups sont permis ! »
Ceux qui étaient restés à la remorque tandis que Springsteen jouait des concerts à deux sous luttant pour atteindre ce sommet, prennent maintenant le train en marche; ceci allié à la légion qui s’accrochera au Prochain Truc Enorme devrait faire de Springsteen une véritable superstar à la fin de l'année. Il sera intéressant de voir comment il endossera le voile d’inéluctabilité sur ses épaules ; et comment il le portera.

1: Ecrit ainsi dans le texte (ndtr)

merci à Philippe!