Presse - TV - Radios


Nils Lofgren has enjoyed just about any musical experience imaginable, from Bruce Springsteen and Neil Young's bands to his own solo work. We talk about his extraordinary career and gear.

Nils Lofgren


For many writers, myself included, the hardest part of writing a feature story is the opening sentence. It can be even harder when trying to describe the career of a distinctively talented guitarist, singer, keyboardist, and songwriter like Nils Lofgren. Just what can you say about a guy who played with Neil Young at age seventeen, had success with his own band, followed that with a fruitful solo career, plus a twenty-five-year stint as a member of Bruce Springsteen’s E Street Band, a composer for television and movies, and now, an online guitar teacher? What would be an appropriate phrase? How about “Truly remarkable.”



Nils Lofgren, as they say, is the real deal: a forty year rock ‘n’ roll survivor, who has experienced one of the most noteworthy musical careers anyone could possibly hope for. The consummate rocker, Lofgren easily juggles multiple roles as a bandleader, solo artist, sideman, session player and music teacher. Born of Swedish and Sicilian parentage, Lofgren will turn 58 in June, and despite a recent double hip replacement, shows absolutely no signs of slowing down. In fact, he’s raring to go, ready to resume his solo acoustic club gigs, and possibly an upcoming worldwide tour with Springsteen and company in 2009.



You seem to be most closely identified with Fender guitars. Why so?

When I first started playing guitar, I loved Jeff Beck, so I started with a Telecaster, and played that for two years. Then, I gravitated to Jimi Hendrix and the Strat. My favorite old Strats are the ones I’ve been playing for years, both ‘61s. I also have some reissue Strats. I’m a very physical, exuberant player, and Fenders really hold up to a beating. I’ve found that with a Fender, you can lose your finesse and not totally lose it on the instrument, if you can understand that. I like to lean into the guitar and use those five settings you can get out of a Strat. I like playing lots of different guitars, but I’ll always reach for a Strat. It’s the most beautiful electric guitar ever made.

Fender recently has supplied me with some Gretsches, including a couple of Black Falcons and Black Penguins that I use with Bruce. They’re working out well.

I also like playing Jazzmasters onstage with Bruce. When I mix the Jazzmaster with Bruce’s Telecasters or Broadcasters, and Steve Van Zandt’s Strats, it sounds very sympathetic with their guitars. With the Jazzmasters, I use D’Addario 13–56 gauge strings, which are very heavy. That gauge doesn’t “splat,” if you know what I mean. With all the adrenaline pumping onstage, the Jazzmaster, with those strings and the thumb pick, work great.

I noticed you used a thumb pick exclusively.

I’m left-handed, and when I started to play guitar, I found a thumb pick in the case of my dad’s guitar. After about eight or nine months, some of my guitar-playing friends told me I was doing it all wrong… I should use a flat pick, but it didn’t work for me.

Any Gibsons or other electrics?

I have a real nice ’52 Goldtop Les Paul that I played when I did the Trans Tour with Neil Young years ago. It was a nice combination with his “Old Black” Les Paul. I also have an Epiphone Les Paul I used when I did the tours with Ringo Starr & The All-Starr Band. Now, I just use those guitars in the studio.

How about amps?

Back in the old days, I used blackface Fender Super Reverbs with four 10" speakers. I eventually moved on to Hot Rod DeVilles for my electric gigs, then to Fender Vibro Kings with three 10" speakers. Lately with Bruce, I’ve been using two Twin Reverbs onstage to hold my low-end effects, and they’re working out real well.

Why do you like Fenders amps?

When you turn a Fender up to about 7 or 8, you get a very comforting, warm saturation that I really like, without the fuzziness. It’s very natural and doesn’t take away the metal from the strings. With the thumb picks I use, they give me a very percussive sound that enhances the warmth. There’s no harshness. I don’t like amps that sound brittle or harsh.

Do you endorse any products?

My endorsements are limited. I have deals with Fender, D’Addario for strings, and Takamine acoustic guitars. All of those companies are very helpful, and none of them insist on exclusivity, which I appreciate.

How about effects?

On tour, I use a large rack of effects that’s run by my tech, Roy Witte, who’s been with me for about eight years. We have a POG, a Poly Octave Generator built by Electro- Harmonix; two Barber Burn Unit Overdrives; a Line 6 Delay, the green one with the backwards sounds; a couple of Boss Octave pedals and a Boss Delay. I really like having my effects at my feet, but it’s been getting more and more complicated since the last tour with this big rack unit. Roy has programmed three or four rack pedals to kick in with one stage pedal setting.

Nils Lofgren

Years ago, when I worked for the Guild Guitar Company in Elizabeth, NJ, you called one day looking for an old, extinct Guild effects box that we no longer made. What was that?

It was called the Rotoverb. It was a Leslie simulator that Guild used to sell back in the late sixties. I always liked them and was trying to find a couple more that I thought you guys might have lying around.

How do you integrate yourself into the sound of the E Street Band with both Bruce and Steven playing electric?

I’ve become the “swingman” in the band, by playing lap steel, pedal steel, Dobro and bottleneck guitar. With Bruce and Steven playing electric, and Patti (Scialfa, Bruce’s wife) and Soozie (Tyrell, violin and acoustic guitar) playing acoustic, we don’t always need five guitar players, so I started playing everything else. I have some beautiful Carter pedal steel guitars, and some terrific resonator guitars. A friend of mine sent me a couple of great old lap steels. He has a huge collection of them.

How did you get the Springsteen gig?

I followed Bruce on the same circuit of clubs, concert halls and recording studios over the years and we established a friendship. It was a great honor for me to join that band. I think that Bruce is the greatest bandleader in rock ‘n’ roll history. He’s a pleasure to work with. He knows how to prepare you so you can go out and play with passion and commitment. The E Street gig is a highly improvisational thing, and Bruce lets you create freely in that environment.

What made you pick up a guitar in the first place? Was it seeing The Beatles on The Ed Sullivan Show?

Yes, it was.

I knew it. How did you progress from there?

I had ten years of classical piano and accordion training from the age of six, so I had a musical background, and never would have become a rock guitarist if it weren’t for that training. I picked up an old acoustic guitar we had around the house, and my brother Tom, who was a member of Grin, taught me my first chords. It was The Beatles’ songs, their arrangements, and the way they put their songs across that opened Pandora’s box for me. I discovered blues, Tamla/ Motown, Stax/Volt R&B, British Invasion, folk, country, and so much more, listening to The Stones and Beatles.

Who were your guitar influences?

Well, Jeff Beck and Jimi Hendrix, of course. I followed the Jeff Beck Group throughout their US tour for the Truth album. I still think Jeff’s the greatest living guitarist. I liked Roy Buchanan early on and got to know him. I also liked Eric Clapton, Keith Richards, Pete Townshend, Muddy Waters, and B.B. and Albert King. Grin did a gig once with Moby Grape, and their lead guitarist, Jerry Miller, was a monster player. He was using Marshall amps and a big, old Gibson hollowbody jazz guitar. I liked Stevie Ray Vaughan too. All those guitarists were the “soup” that helped me form my style.

Grin recorded several albums and had some success, and then you embarked on a solo career in the seventies. You’ve always managed to balance your solo career with that of a sideman. How do you do it?

When the E Street Band plays, I’m there, and when they’re not, I do my solo thing. It’s not hard. I have a great website that’s managed for me, and complete freedom to do what I want, musically speaking. When I’m with Bruce, I’m not the leader, like I am with my own band. I like not being the leader for a change.

Your list of credits as a sideman is impressive. You seem like a classic overachiever.

I’m not an overachiever; I just love making music, love the live musical environment and putting out a passionate, emotional, positive, and spiritual performance for the audience. I think I’m a great team player. I love the experience of being in a band. I’m happy banging on a tambourine and singing harmonies if that’s what’s needed.

Nils Lofgren How did you get the gig with Ringo, and what was it like playing with an ex-Beatle?

I was invited to one of Ringo’s birthday parties. He had a room set up as a studio and a place to jam. I didn’t get to play until late at night, but afterwards, Ringo and I talked things over and remained friendly. He and his wife Barbara used to come to my gigs. In 1989, he asked me to become part of his All- Starr Band, and we did two tours together. Joe Walsh was in that band, too. It was one of the greatest band experiences I ever had.

Your new CD, The Loner: Nils Sings Neil, is a tribute to your friend, Neil Young. Can you tell us how you managed to hook up with him to record After The Gold Rush at age seventeen?

I went to see Neil and Crazy Horse four times at the Cellar Door club in Washington, DC, and they were incredible. I used to sneak into clubs and concerts, seek musicians out and ask their advice. Neil was very kind to me. He bought me a hamburger and a Coke, and we talked and started a friendship. Grin had decided to move to Los Angeles, and Neil gave me his number and told me to look him up when I got out there, so I did. One thing led to another, and I wound up recording with him and touring as part of his band.

And you used Neil’s old Martin D-18 to record that CD, didn’t you?

Yes. When After The Gold Rush was finished, Neil gave me the guitar as a gift for helping him out on the album, and also because I didn’t own an acoustic guitar. It’s my most treasured guitar.

How did your new CD come together and why did you list the late David Briggs as co-producer?

It was my manager, Anson Smith’s idea. I sat at home and played and sang about thirty of Neil’s songs for two weeks. About a dozen or so of them started to feel special, so they wound up on the CD. It was my manager’s idea to use David’s name. David was a brother and a mentor, and Neil’s producer for years. David’s way of recording Neil’s vocals was to capture the real emotion in a live take. It didn’t matter if it wasn’t perfect, as long as it had the right feel. I felt like David’s spirit was sitting on my shoulder when I recorded this disc. There was no overdubbing, no tricks.

Nils LofgrenYou also played on the first Crazy Horse album. Tell us about that gig.

That was also a great experience and an honor for me. Danny Whitten (Crazy Horse’s guitarist and songwriter) was going to join Grin, but he was too sick and not up to the job. (Writer’s Note: Whitten died of a heroin overdose in November 1972. His song, “I Don’t Want To Talk About It” was a hit for Rod Stewart).

Over the years, you’ve established yourself as an acoustic guitarist. Is that something you consciously developed?

My brother Tom and I decided to go out and do acoustic gigs in the early eighties, and it was very uncomfortable for us both at first, but we got better at it and it’s grown from there. It’s much more intimate, and I really enjoy playing solo acoustic.

What do you think about the state of the music industry at this moment?

I left the music industry fifteen years ago, Bob. I recorded what I think was one of my best albums, Wonderland in 1983, but I was dropped from the label before it was released. I couldn’t get a record deal because the major labels thought I was a dinosaur. I went with Rykodisc, but started butting heads with them. For years, I tried to get control of my older recordings, but the labels either refused to rerelease them or sell them back to me, so most of my older stuff is out of print. I could have bootlegged them all and released them myself, but that would have been breaking the law. For the last fifteen years or so, I have been releasing my own CDs. I have complete freedom to do what I want. I’m content. I don’t pay much attention to the music industry anymore.

You’ve started offering online guitar lessons. What was your motivation for that?

For many years, fans and people in general would tell me they tried to learn guitar and gave it up in frustration. I love to teach, so I decided to put together a beginner’s guitar course that would offer things a novice could do that were fun and easy. It’s developed from there. Guitarists can actually play along with me online.

What’s coming up for you in 2009?

A few months ago in New York City, I had a bi-lateral hip replacement, the result of years of doing back flips off trampolines and jumping off drum risers. My hips were destroyed! I have a lot of physical therapy to go yet, and then I’ll get back to some acoustic gigs in the spring. The E Street Band is playing the Super Bowl halftime show, and we have a new CD coming out January 27 called Working On A Dream. Hopefully, we’ll tour after that.

Any parting advice for our readers?

If you find yourself challenged, frustrated and pushing yourself to learn to play, don’t forget to enjoy the gift of music. It has to be fun, too. I find myself consciously separating myself from all the hard work simply to enjoy playing music, and I do it on a regular basis.

Guitars:
Two ’61 Fenders Strats, various reissue Strats in wood finish
’56 Fender Jazzmaster, various reissue Jazzmasters
Two Gretsch Black Falcons
Two Gretsch Black Penguins
Six and twelve string Takamine acoustics
Carter Pedal steel guitars
Owens/Zeta Resonator Guitars & five vintage Lap Steel Guitars

Picks:
Herco or Golden Gate thumb picks
Amps:
Two Fender Twin Reverbs (with Bruce Springsteen)
Fender Hot Rod DeVille (solo gigs)

Effects:
Electro-Harmonix Poly Octave Generator (POG)
Two Barber Burn Unit Overdrives
Line 6 DL-4 Digital Delay
Boss DD-3 Delay Pedal
Two Boss OC-3 Octave Pedals

Strings:
D’Addario: 11–52 on Stratocasters; 13–56 on Jazzzmasters; Medium gauge on acoustics




Interview Nils Lofgren

Nils Lofgren a à peu près touché à toutes les expériences musicales imaginables. Des groupes de Bruce Springsteen et de Neil Young à sa propre carrière solo. Nous avons parlé de son extraordinaire carrière et de son matériel.

Nils Lofgren


Pour de nombreux écrivains, moi-même compris, le plus difficile dans l'écriture d'un article de fond, c'est la phrase d'introduction. C'est même encore plus difficile quand il s'agit d'essayer de décrire la carrière d'un guitariste, chanteur, claviériste et compositeur ayant un talent original tel que Nils Lofgren. Que dire d'un gars qui a joué avec Neil Young à 17 ans, connu le succès avec son propre groupe, suivi par une carrière solo féconde, ajouté à cela 25 ans de boulot en tant que membre du E Street Band de Bruce Springsteen, compositeur pour la télévision et le cinéma, et maintenant, un professeur de guitare sur le web? Quelle serait la formule adéquate? Pourquoi pas “vraiment remarquable.”



Nils Lofgren, comme on dit, c'est toute une affaire: un survivant ayant passé 40 ans dans le rock'n'roll, qui a connu une des carrières les plus notables que l'on puisse espérer avoir. Tout rocker accompli qu'il est, Lofgren se partage facilement entre ses multiples rôles en tant que leader, artiste solo, sideman, musicien de studio et professeur de guitare. De parents suédois et siciliens, Lofgren, 58 ans en juin et malgré une récente double opération à la hanche, ne semble pas du tout donner des signes de fatigue. En réalité, il est impatient de commencer, prêt à reprendre ses concerts acoustiques en solo dans les clubs, et peut-être une tournée mondiale imminente avec Springsteen and Co en 2009.



Vous paraissez être étroitement associé aux Fender. Pourquoi?

Quand j'ai commencé pour la toute première fois à jouer de la guitare, j'adorais Jeff Beck, alors j'ai débuté avec une Telecaster, et j'ai joué avec pendant 2 ans. Puis, j'ai été attiré par Jimi Hendrix et sa Strat. Mes Strats préférées sont celles avec lesquelles j'ai joué pendant des années, les deux modèles '61s. J'ai aussi quelques rééditions de Strats. Je suis un guitariste très physique et exubérant, et les Fender s'adaptent vraiment bien au rythme. Je l'ai trouvé avec une Fender; on peut bien perdre sa finesse mais pas totallement avec cet instrument, si on peut le comprendre. J'aime bien m'appuyer sur cette guitare et utiliser ces 5 arrangements qu'on peut obtenir d'une Strat. J'aime jouer sur pleins de guitares différentes, mais je serais toujours attaché aux Strats. C'est la plus belle guitare électrique jamais fabriquée.

Fender m'a récemment m'a fourni plusieurs Gretsches, notamment deux Black Falcons et Black Penguins que j'utilise avec Bruce. Elles marchent plutôt bien.

J'aime bien aussi utiliser des Jazzmasters sur scène avec Bruce. Quand nous avons mixé en studio la Jazzmaster avec les Telecaster ou Broadcaster de Bruce et les Strat de Steve Van Zandt, elle s'accordait très bien avec les leurs. Pour les Jazzmaster, j'utilise des cordes D'Addario de calibre 13-56, qui sont très grosses. Ce calibre-là ne fait pas « flac » si tu vois ce que je veux dire. Avec toute cette adrénaline accumulée sur scène, la Jazzmaster accompagnée de ces cordes et un thumb pick1, ça marche super bien.

J'ai remarqué que vous utilisiez exclusivement un thumb pick.

Je suis gaucher et quand j'ai commencé à jouer de la guitare, j'ai trouvé un thumb pick dans l'étui de la guitare de mon père. Après environ 8-9 mois, quelques uns de mes amis guitaristes m'ont dit que j'avais tout faux...Je devrais utiliser un médiator plat, mais ça ne marchait pas avec moi.

Des Gibsons ou d'autres guitares électriques?

J'ai une Les Paul modèle '52 Goldtop vraiment belle avec laquelle je jouais pendant le Trans Tour de Neil Young il y a des années, ça rendait bien avec sa Les Paul « Old Black ». J'ai aussi une Les Paul Epiphone que j'utilisais pendant les tournées de Ringo Starr & The All-Star Band. Maintenant, je ne les utilise qu'en studio.

Et les amplis?

Avant, je prenais un blackface Fender Super Reverbs avec quatre haut-parleurs de 10 pouces. Parfois, je changeais pour un Hot Rod DeVilles pour mes concerts électriques, puis un Fender Vibro Kings avec trois haut-parleurs de 10 pouces. Plus tard avec Bruce, j'ai utilisé sur scène deux Twin Reverbs pour soutenir mes effets low-end, et ça marchait vraiment très bien.

Pourquoi aimez-vous les amplis Fender?

Quand on met une Fender sur environ 7ou 8, on obtient une saturation chaude et très apaisante qui me plait vraiment bien, sans confusion. C'est vraiment parfait et ça n'enlève pas le métal des cordes. Avec les médiators que j'utilise, ça me donne un son très percutant qui accentue la chaleur. Il n'y a aucune discordance. Je n'aime pas les amplis qui ont un son sec ou dur.

Êtes-vous sous contrat pour d'autres produits?

J'ai peu de contrats. Notamment avec Fender, D'Addario pour les cordes et les guitares acoustiques Takamine. Toutes ces entreprises sont très aimables, et aucunes n'insistent pour avoir l'exclusivité de mon image, ce que j'apprécie.

Et les effets?

En tournée, j'utilise un grand rack d'effets qui est arrangé par mon technicien, Roy Witte, qui me suit depuis à peu près huit ans. Nous avons un POG, un Poly Octave Generator conçu par Electro-Harmonix, deux Barber Burn Unit Overdrives, un Line 6 Delay, le vert avec les sons à rebours, deux pédales Boss Octave et une Boss Delay, mais ça devient de plus en plus compliqué avec cette grande unité de casier depuis la dernière tournée. Roy avait programmé trois ou quatre pédales dans le casier pour qu'elles s'enclenchent seulement avec une seule pédale placée sur scène.

Nils Lofgren

Il y a quelques années, alors que je travaillais pour la Guild Guitar Company à Elizabeth, N.J., vous avez ,un jour, appelé car vous cherchiez des vieux effets Guild extinct que nous ne fabriquions plus. Qu'était-ce?

Ça s'appelait le Rotoverb. C'était un simulateur Leslie que la Guild vendait à la fin des années soixante. Je les ai toujours aimés et j'essayais d'en trouver deux de plus parce que je pensais qu'ils vous en restaient.

Comment vous fondez-vous dans le son du E Street Band avec les deux guitaristes que sont Bruce et Steven?

Je suis devenu le « swingman »2 dans le groupe en jouant de la lap steel, de la pedal steel, du Dobro et aussi avec un bottleneck. Etant donné que Bruce et Steven jouent de la guitare électrique, et que Patti (Scialfa, la femme de Bruce) et Soozie (Tyrell, jouant aussi du violon) jouent de la guitare acoustique, nous n'avons pas toujours besoin de cinq guitaristes, alors j'ai commencé à jouer d'autre chose. J'ai des superbes pedal steel guitars Carter, et de géniales guitares resonator. Un de mes amis m'a envoyé deux vieilles lap steels. Il en a une vraie collection.

Comment vous êtes vous adapté aux concerts de Springsteen?

J'ai suivi Bruce sur les clubs, les salles de concert et les studios d'enregistrement du même circuit pendant pas mal d'années et ainsi nous sommes devenus amis. C'est un grand honneur pour moi d'avoir rejoint ce groupe. Je pense que Bruce est le meilleur leader de toute l'histoire du rock'n'roll. C'est un vrai plaisir de travailler avec lui. Il sait comment nous y préparer alors nous pouvons aller jouer passionnément et avec engagement. Les concerts de l'E Street sont hautement improvisés, et Bruce nous laisse créer librement dans cette atmosphère.

Qu'est-ce qui vous a poussé à jouer d'abord de la guitare? Est-ce en voyant les Beatles ou le Ed Sullivan Show?

Oui, c'est exactement ça.

Je le savais bien. Comment y êtes-vous venu?

J'ai suivi dix ans de cours de piano classique et d'accordéon dès l'âge de six ans, ce qui m'a donné une vraie base musicale, et je ne serais jamais devenu un guitariste de rock si je n'avais eu ces cours. J'ai récupéré une vieille guitare acoustique qui trainaît à la maison, et mon frère, Tom, qui faisait partie de Grin, m'a montré mes premiers accords. C'était des chansons des Beatles, leurs arrangements et la manière dont ils communiquaient leurs chansons ce qui pour moi à ouvert la boîte de Pandore. J'ai découvert le Blues, Tamla/Motown, le R'n'B de Stax/Volt, l'invasion britannique, la folk, la country et tant d'autres, en écoutant les Stones et les Beatles.

Qui faisait partie de vos influences en matière de guitare?

Hé bien, Jeff Beck et Jimi Hendrix bien sûr. J'ai suivi le Jeff Beck Group dans leur tournée américaine pour l'album Truth. Je pense toujours que Jeff Beck est le plus grand guitariste en vie. J'aime bien Roy Buchanan avant et j'ai fait sa connaissance. J'aime bien aussi Eric Clapton, Keith Richards, Pete Townshend, Muddy Waters, B.B. et Albert King. Une fois, Grin a fait un concert avec Moby Grape et leur lead guitarist, Jerry Miller, était un joueur exceptionnel. Il utilisait des amplis Marshall et une vieille grosse Gibson hollowbody jazz. J'aimais bien aussi Stevie Ray Vaughan. Tout ces guitaristes ont été la base qui m'a aidé à créer mon propre style.

Grin a enregistré quelques albums et ont connu un certain succès, et après vous vous êtes embarqué dans une carrière solo dans les années soixante-dix. Vous vous êtes toujours arrangé pour équilibrer votre carrière solo avec celle en tant que sideman. Comment faites-vous?

Quand le E Street Band joue, je suis présent, sinon, je m'occupe de ma carrière solo. C'est pas compliqué. J'ai un super site web qui s'en occupe pour moi, et je suis libre de faire ce que je veux, musicalement parlant. Avec Bruce, c'est pas moi le leader, comme je le suis avec mon propre groupe.

Le nombre de participations comme sideman est impressionante. Vous semblez être un bourreau de travail classique?

Non, je ne suis pas un bourreau de travail à proprement parler; j'adore simplement faire de la musique, l'atmosphère qui règne pendant les concerts et donner au public une véritable performance passionnée, émotionnelle, positive et spirituelle. Je crois que je suis un bon équipier. J'adore l'expérience qui consiste à faire partie d'un groupe. Taper dans un tambourin et faire les harmonies si c'est ce qui manquent, ça me plait.

Nils Lofgren Comment vous êtes vous retrouver à jouer avec Ringo, et c'était comment de jouer avec un ex-Beatles?

J'avais été invité à une des fêtes d'anniversaire de Ringo. Il avait une pièce conçue comme un studio et un lieu où l'on peut jammer. Je n'ai pas joué avant une heure avancée de la nuit, mais après, Ringo et moi, on a parlé de pas mal de choses et on est devenu amis. Sa femme, Barbara et lui venaient à mes concerts. En 1989, il m'a demandé de participer à son All-Starr Band et nous avons fait deux tournées ensemble. Joe Walsh aussi en faisait partie. C'est l'une de mes meilleures expériences dans un groupe que j'ai jamais eu.

Votre dernier CD, The Loner: Nils Sings Neil, est un hommage à votre ami, Neil Young. Pouvez-vous nous dire comment vous êtes vous retrouvé à enregistrer avec lui, After the Gold Rush, à seulement dix sept ans?

J'ai vu Neil et le Crazy Horse quatre fois au Cellar Door Club à Washington, D.C., et ils étaient incroyables. Je me faufilais dans les clubs et les concerts à la recherche de musiciens et de conseils. Neil était vraiment sympa. Il m'a acheté un hamburger et un coca, alors nous avons commencé à discuter et nous sommes devenus amis. Quand Grin a décidé de partir s'installer à Los Angeles, Neil m'a filé son numéro et m'a dit de lui faire signe dès que j'y étais, d'ailleurs c'est ce que j'ai fait. Une chose en amenant une autre, il m'a demandé d'enregistrer et de partir en tournée avec lui et son groupe.

N'avez-vous pas utilisé la vieille Martin D-18 de Neil pour enregistrer ce CD?

Oui. Quand nous avons fini l'enregistrement d'After the Gold Rush, Neil m'a donné cette guitare en cadeau pour m'aider sur cet album, et aussi parce que je n'avais pas de guitare acoustique. C'est celle à laquelle je tiens le plus.

Comment avez-vous conçu ce nouveau CD et pourquoi David Briggs est-il mentionné comme co-producteur?

C'est une idée de mon manager, Anson Smith. Ça faisait deux semaines que j'étais assis chez moi à jouer et chanter environ trente chansons de Neil. A peu près une dizaine ou plus commençaient à bien marcher, alors on les a mises sur le CD. C'était une idée de mon manager d'utiliser le nom de David. Il était comme un frère et un mentor pour Neil et il a été son manager pendant des années. David enregistrait la voix de Neil de manière à capturer la véritable émotion qui se dégage d'une prise en live. Du moment où il y avait la bonne sensation, la perfection importait peu. Il me semblait que l'esprit de David était perché sur mon épaule pendant que j'enregistrais ce disque. Il n'y a eu aucun overdub ni trick.

Nils LofgrenVous avez aussi joué sur le premier album du Crazy Horse. Parlez-nous de ce concert.

Ça aussi, ça été une grande expérience et un grand honneur pour moi. David Whitten (le compositeur et guitariste du Crazy Horse) était sur le point de rejoindre Grin, mais il était trop malade et pas vraiment fait pour ce boulot (ndlr: Whitten est mort d'une overdose d'héroïne en novembre 1972. Sa chanson « I Don't Want To Talk About It » fut un hit pour Rod Stewart).

A travers les années, vous vous êtes établi comme guitariste acoustique. Est-ce que vous avez développé cela consciemment?

Mon frère Tom et moi avons décidé de nous produire et de faire des bœufs en acoustique au début des années quatre-vingt, et c'était très difficile au début pour nous deux, mais on s'est amélioré et les concerts aussi. C'est beaucoup plus intimiste, et maintenant j'aime vraiment jouer seul en acoustique.

Que pensez-vous de la situation de l'industrie du disque en ce moment?

J'ai laissé tomber l'industrie de la musique il y a quinze ans, Bob. J'ai enregistré ce que je pense être un de mes meilleurs albums, Wonderland in 1983, mais j'ai été lâché par mon label avant qu'il ne sorte. Je ne pouvais plus signer de contrat parce que les labels des majors pensaient que j'étais un dinosaure. Alors j'ai signé pour Rykodisc, mais j'ai commencé à ne plus m'entendre avec eux. Pendant des années, J'ai tenté de garder le contrôle de mes plus vieux disques, mais les labels refusaient de les ressortir ou de me les revendre, ainsi la majorité de ce que j'avais enregistré est indisponible. Je pourrais tous les sortir sous forme de bootlegs ou les sortir moi même, mais ça serait contraire à la loi. Pendant les quinze dernières années voire plus, j'ai sorti et produit mes propres CD. Je bénéficie d'une liberté totale de faire ce que je veux. J'en suis satisfait. Je ne fais plus attention à l'industrie de la musique.

Vous avez commencé à proposer des leçons de guitare en ligne. Qu'est-ce qui vous a poussé à le faire?

Pendant pas mal d'années, des fans et des gens en général me disaient qu'ils avaient essayé en vain de la guitare; ce qui les frustraient. J'adore enseigner, alors j'ai décidé de mettre au point un cours de guitare pour débutants qui offrirait à un novice des choses qu'il pourrait faire facilement et en s'amusant. C'est simplement parti de là. Des guitaristes peuvent actuellement jouer en ligne avec moi.

Qu'avez-vous prévu de faire en 2009?

Il y a quelques mois à New York, j'ai subi une opération pour remplacer mes hanches, le résultat d'années à faire des back-flips sur des trampolines et à sauter au-dessus des batteries. Mes hanches étaient complètement mortes! J'ai encore pas mal de rééducation à faire, et ensuite je serai de retour au printemps pour quelques concerts acoustiques. Le E Street Band jouera à la mi-temps du Super Bowl, et nous sortons le 27 janvier un nouveau CD qui s'appelle Working on a Dream. Heureusement, nous ferons une tournée après ça.

Quelques conseils à donner à nos lecteurs?

Si jamais vous vous sentez frustré et obligé de vous pousser à apprendre à jouer, n'oubliez pas ce que vous apporte la musique. Ça doit aussi être amusant. Je me suis retrouvé consciemment séparer de tout ce dur travail simplement encore en aimant jouer de la musique, et je fais cela sur une base régulière.


Notes de la traduction:
1 thumb pick: un thumb pick est un mediator qui se fixe au pouce. Contrairement à un médiator normal, qui lui est tenu entre le pouce et l'index.
2 swingman: indécis ou celui n'ayant aucun rôle bien défini. Il n'y a pas de notion musical ici.

les guitare:
deux Fender Stratocaster '61 (diverses rééditions de Strats avec finition en bois)
une Fender Jazzmaster '56 (diverses rééditions de Jazzmaster)
deux Gretsch Black Falcons
deux Gretsch Black Penguins
deux Gretsch Black Penguins
des Pedal steel guitares Carter
des guitares Owens/Zeta Resonator
cinq vintage lap steel guitares

les médiators:
thumb pick Herco ou Golden Gate
les amplis:
deux Fender Twin Reverbs (avec Bruce Springsteen)
Fender Hot Rod De Ville (pour les concerts solo)

les effects:
un Electro-harmonix Poly Octave Generator (POG)
deux Barber Burn Unit Overdrives
une Line 6 DL-4 Digital Delay
une pédale Boss DD-3 Delay
deux pédales Boss OC-3 Octave

les cordes:
des D'Addario: 11-52 sur les Stratocaters; 13-56 sur les Jazzmasters calibre moyen sur les acoustiques

Merci à Laure, Petrarchs girlfriend!