Presse - TV - Radios


When Bruce Springsteen records or tours without the E Street Band, he's fond of pointing out that he was originally signed to his first record deal as a solo artist.

It's taken him a whole lot of years, but he's finally getting the hang of transforming most of the majesty, power and passion of his epic full band rock shows into settings as intimate as the one he played Friday during a spellbinding solo acoustic performance before a full house at the Orpheum Theatre.

For starters, this was much better than the somber and intense solo concert Springsteen staged at the same venue in December 1995, while he was touring on his own for the first time in years, promoting the equally solemn "The Ghost of Tom Joad."

This time, he's hit the road behind his new solo album "Devils & Dust." While it's hardly upbeat, it's a magnificent recording, full of richly cinematic tales, and Springsteen is relying heavily on it in concert, while also pulling out some intriguing, and mostly lesser-known tracks from various other points in his career.

He didn't receive the first standing ovation of the night. That was reserved for Sen. John Kerry, the unsuccessful presidential candidate who Springsteen broke personal precedent for while stumping on the campaign trail and leading the "Vote For Change" tour last fall. Kerry received a rousing reception - and a smattering of boos - when he moved toward his seat prior to the concert.

The crowd also included "Meet The Press" host Tim Russert, and maybe for those reasons this show had a few more stinging political references than have been reported at other stops during the singer's U.S. tour.

Tickets said the concert was to start at 7:30 p.m., but Springsteen didn't make it to the stage until approximately 8:35 p.m., when he took a seat behind a small pump organ and launched into a hymn-like rendition of "My Beautiful Reward."

A jarring, stomping, bluesy, distorted version of "Reason to Believe," followed, with Springsteen pounding his black boots on the stage, wailing a harmonica and growling his way through the cut like Tom Waits on a dark, rainy morning.

"Devils & Dust," one of the only recently written cuts on the new album, followed with Springsteen playing guitar and singing about a soldier's fear and confusion while fighting for his life in a war-torn land.

One very nice aspect of this evening was that Springsteen talked frequently between songs, resurrecting the style of eloquent monologues that helped turn him into a star 30 years ago. The 55-year-old father of three children was especially articulate prior to "Long Time Comin'," a classic about trying to not pass sins and failures from one generation to the next.

He sat at the grand piano for an angelic version of "The River," which he introduced by paying homage to the wonders of women and the wonders of doo-wop groups.

While he was frequently serious, the songwriter was also quite amusing, like when he prefaced "Part Man, Part Monkey," with some political shots about those politicians and others who question evolution.

"In New Jersey, we believe in evolution. It's our only hope," Springsteen quipped.

He rocked while banging on an acoustic 12-string guitar for "All The Way Home," and called the rarely played "Cautious Man," "one of my favorites."

His piano-based, post 9/11 tale about suicide bombers and lives left behind, "Paradise," was positively haunting and arguably the night's most unforgettable song. And he picked up the power considerably with "The Rising."

Among other latter set standouts was an aggressive "Further On (Up The Road)," as well as "Jesus Was an Only Son," and "Leah." Prior to the latter track he told a very amusing story about visiting the late great Roy Orbison, who at the time was writing a song about wind-surfing. Springsteen had doubts about the subject matter.

"As my friend John and I can tell you, the American people draw the line when it comes to wind-surfing," Springsteen said, drawing howls of laughter while referring to Kerry's penchant for the sport.

The rock hall-of-famer's stark tale about a boxer, "The Hitter," followed, prior to a magnificent version of his immigration saga "Matamoros Banks." He introduced the latter by saying "What we need instead of vigilantes1 across the border is a president who'd come across with a humane immigration policy."

If the night had any downside it's that after 19 amazing songs, Springsteen's encores were slightly disappointing. He did five selections, starting with a rockabilly run through "Ramrod;" a very weird "I'm on Fire," which was marred by his own way off-key whistling; "Land of Hope and Dreams," which was one of the few songs where he really missed having his bandmates with him; and a percussive but unnecessarily subdued take of his classic "The Promised Land."

Two hours and 10 minutes after it began, the concert ended with a real surprise, as Springsteen returned to the pump organ for a mystical and eerie, echo-filled cover of the incredibly obscure "Dream Baby Dream," by Suicide. As he left the stage, the keyboard chords kept playing, with Springsteen's last words echoing into the night, "C'mon baby, keep on dreaming."


Un Springsteen envoutant en solo

Quand Bruce Springsteen enregistre ou fait des tournées sans le E Street Band, il aime faire remarquer qu'à la base il a été signé en tant qu'artiste solo.

Cela lui a pris pas mal d'années, mais il a finalement pris le parti de transformer une grande partie de la majesté, de la puissance et de la passion de ses concerts épiques avec le groupe au complet en un décor aussi intime que celui dans lequel il a fait vendredi une prestation acoustique solo envoutante avant un concert à guichets fermés à l'Orpheum Theatre.

Pour les novices, c'est nettement mieux que le concert solo intense et sombre que Springsteen fit au même endroit en décembre 1995, alors qu'il tournait seul pour la première fois depuis des années, pour la promotion du tout aussi solennel « The Ghost of Tom Joad ».

Cette fois-ci, il s'est mis en route derrière son dernier album solo « Devils&Dusts ». Même s'il est à peine plus optimiste, c'est un album magnifique, rempli de pleins de récits à caractère profondément filmique, et Springsteen s'appuie beaucoup dessus sur scène, tout en y apportant quelques chansons fascinantes et pour la plupart moins connues issues de différentes périodes de sa carrière.

La première ovation de la soirée était destinée non pas à lui mais au sénateur John Kerry, le malheureux candidat des présidentielles pour qui Springsteen s'est imposé, contre toute attente, dans sa tournée électorale et devenant ainsi la figure de proue de la tournée « Vote for Change » en automne dernier. Kerry a reçu un accueil enthousiaste, et quelques huées, au moment où il s'est dirigé vers sa place, avant le concert.

Se trouvait aussi dans la foule Tim Russet, présentateur de « Meet the Press », et c'est peut-être pour ces raisons que ce concert eut quelques allusions politiques plus cinglantes que dans les autres étapes de la tournée américaine du chanteur.

Sur les tickets, il était écrit que le concert devait commencer à 19h30, mais Springsteen n'est apparu sur scène que vers 20h35, lorsqu'il prit place derrière un petit pump-organ et qu'il s'est lancé dans une interprétation de « My Beautiful Reward » à la manière d'un hymne.

Ensuite, une version bouleversante, bluesy et distordue de « Reason to Believe » que Springsteen martèle du pied en bottes noires sur la scène, tout en faisant gémir son harmonica et grommelant pendant tout le morceau comme Tom Waits par un sombre matin pluvieux.

Puis s'ensuit « Devils & Dusts », une des chansons récemment écrites issue du nouvel album, où Springsteen y joue de la guitare et y chante la peur et la confusion d'un soldat qui se bat pour sa vie dans un pays déchiré par la guerre.

Un des aspects très sympa de cette soirée, c'est que Springsteen parle souvent entre les chansons, rappelant le style des éloquents monologues qui lui ont permis de devenir une star il y a 30 ans. Le chanteur âgé de 55 ans et père de trois enfants était très clair avant « Long Time Comin' », un classique sur les tentatives de ne pas transmettre péchés et échecs d'une génération à une autre.

Assis à un piano à queue, il entame une version angélique de « The River », qu'il présente en rendant hommage aux prodiges réalisés par les femmes et à ceux des groupes de doo-woop.

Bien qu'il soit souvent sérieux, le songwriter a aussi été assez drôle, comme lorsqu'il préface « Part Man, Part Monkey », avec quelques piques politiques sur certains politiciens et autres qui remettent en cause l'évolution.

« Dans le New Jersey, on croit en l'évolution. C'est notre seul espoir », dit Springsteen en les raillant. Il se balance tout en grattant furieusement une guitare acoustique à 12 cordes pour « All the Way Home », et désigne la rarement jouée « Cautious Man », « une de mes préférées ».

« Paradise », son récit post-11 septembre sur les kamikazes et les vies gâchées interprété au piano, restait sans doute la chanson la plus mémorable de la soirée. Puis il reprend de manière considérable de la puissance avec « The Rising ».

Parmi d'autres derniers sets exceptionnels, se trouvait un « Further On (Up The Road) » agressif, aussi bien que « Jesus was an Only Son », et « Leah ». Avant la dernière chanson, il raconte une anecdote sur le fait de reprendre le grand Roy Orbison, qui écrivait alors une chanson sur la planche à voile. Springsteen avait quelques doutes sur le sujet.

« Comme mon ami John, je peux vous dire que les Américains savent où s'arrêter lorsqu'il faut faire de la planche à voile », dit Springsteen, provoquant des hurlements de rires en faisant allusion au penchant pour le sport de Kerry.

Le membre du Rock Hall of Fame poursuit avec l'histoire douloureuse d'un boxeur, « The Hitter », précédant une magnifique version de sa saga sur l'immigration « Matamoros Banks ». Il introduit cette dernière en disant « Ce dont nous avons besoin à la place de membres de milices d'autodéfense aux frontières1, c'est d'un président qui se fendrait d'une politique humaine sur l'immigration. »

Si la soirée a eu quelques moments moins intéressants, ce n'est qu'après 19 stupéfiantes chansons que les rappels de Springsteen furent un peu décevants. Il en a sélectionné 5, en commençant avec le rockabilly « Ramrod », un très étrange « I'm on Fire », qui fut gâché par son sifflement peu harmonieux, « Land of Hope and Dreams » qui est l'une des rares chansons où la présence du E Street Band manque à Springsteen et une version percutante mais inutilement modérée de son classique « The Promised Land ».

Deux heures et 10 minutes après le début, le concert se termine sur une vraie surprise, alors que Springsteen retourne au pump-organ pour une reprise mystique et sinistre, pleine d'écho de l'incroyablement obscure « Dream Baby Dream » de Suicide. En quittant la scène, les accords des claviers continuent de jouer les derniers mots de Springsteen, qui résonnent dans la nuit:« C'mon baby, keep on dreaming ».

Notes de la traduction:
1 vigilantes: le terme fait référence à des gardes organisés en milices destinées à repousser les émigrants à la frontière commune aux USA et au Mexique.

Pour voir le concert, cliquez ici.

Merci à Laure, Petrarchs girlfriend!