Presse - TV - Radios


springsteen

It's a cool, crisp November evening in Nashville, Tenn., and Bruce Springsteen knows where the hell he is.

A few days ago, Springsteen committed what he called "every frontman's nightmare" by confusing Michigan during an onstage callout with neighbor and rival Ohio. But if Springsteen gets mixed up occasionally as to which city or state he might currently be about to rock mightily, it's understandable.

Springsteen and his titan E Street Band have been on a seemingly endless global touring run since 2007, through two albums cycles, appearances at both the Super Bowl and presidential inauguration, first-time appearances at major festivals, and a full slate of other milestones. Even for an artist who has largely built his career on epic shows, Springsteen and the E Streeters have managed to find yet another gear at this stage in their legendary career.

Similarly, Springsteen has been unusually prolific in the studio, releasing albums of new material in 2007 ("Magic") and this year ("Working on a Dream"), while at the same time acknowledging his beloved albums of the past by playing full sets of classic recordings in concert. On this night in Nashville, his 1975 breakthrough album "Born To Run" will get the live treatment, to stunning effect.

In his dressing room at the Sommet Center -- four nights before this marathon trek ended in Buffalo, N.Y. -- Springsteen seems anything but fatigued, but rather remains enthusiastic about his own future and that of his E Street Band. What the Boss is most concerned about is his pending show, blowing the roof off yet another house as he rolls on in front of this speeding train. And this Bruce will do, repeatedly assuring the ecstatic crowd that he knows he's in Nashville and is thrilled to be there.

Billboard: The last couple of years for you have been pretty exceptional in terms of productivity, both live and in the studio.

Springsteen: We were talking about it the other day and we said, "I don't know if we've been this busy since 1985, or ever." It's just the way things worked out. Some of those things we planned, and some of them just happened. I've been prolific with my songwriting, so I've been able to just get more music out there, which is something I always wanted to do. I found my 50s to be very, very fruitful. The songs came -- I don't want to say easily, but they came in a continuous flow. I had a lot of things I wanted to write about, so it allowed us to record quite a bit, and then back it up with the touring.

With the end of these shows, we're coming to the end of a decade-long project that really was a tremendous renewal of the power, the strength and the service that our band hopefully provides. A decade ago, I wasn't quite sure if I wrote in a style that was suited to the band anymore. I wasn't quite sure how we functioned as a unit, and to sort of see the whole thing just have so much vitality and power, it's just one of the sweetest chapters in our entire time together.

The productivity has been remarkable; before "Working on a Dream" (2009) and "Magic" (2007), there were "The Rising" (2002), "Devils & Dust" (2005) and "We Shall Overcome: The Seeger Sessions" (2006), plus a Greatest Hits album. As a kid, I remember waiting three years for "Darkness on the Edge of Town" (1978). Why so prolific?  

Looking back, I was very interested in shaping what I was about and who what I wanted to be. For every record we released, there was a record I didn't release. I was very cautious and wanted my records to have very strong identities and be about a very particular thing. The nice thing about where we are now is that the rules are much fewer and further between. I had this huge folk band that I toured and recorded with, and that was a wonderful experience. I toured solo and I loved that, and I have the E Street band at full power. I can do all these things now and really record whatever kind of music comes into my mind. Who you are and what you do is already established, so you don't have those identity concerns that you had back in the day.

So you were less cautious about it and just turned it loose?  

Yeah, and your craft improves. You become better at discerning your good songs from your not-as-good songs. The writing process is shorter because you refine what you leave in and what you leave out to a higher degree. You're able to do more work in a compressed amount of time without the quality suffering in any way.

But touring is still touring. Since October of 2007 you've done 171 headlining shows, with more than 4 million people in attendance. Close to 10 million fans saw you on headlining dates this decade. Why work the road so hard for so long?  

I can't say I experience it as a grind. Of course you're flying in, you're flying out and you're driving, but I really like the people that I do this with. I like being with them on stage and off, I enjoy the time we spend traveling together, and I enjoy the work that we do. And I feel privileged to have the audience I have and to be able to do what we're doing at the level we're doing it right now. If you're a sports figure, you're prime passes at such a young age. There's no ceiling here. I believe if you come and see us now you're seeing the best E Street Band that's ever played.

We stopped playing in 1988 and didn't play again until 1998, so if I'm looking at a 20-year-old kid in the audience, they were not born when we stopped playing. There's a tremendous thrill in coming out and seeing those people who you know would never have been able to experience the band if you hadn't picked up the sword again. To see those people get involved in all your music, new music and old music, is fascinating. Not that you don't get tired or fatigued, but there's always a night, no matter how tired you are, when you're on stage during the night that you go, "Oh my God, this is just wonderful."

You also get the chance to turn on a lot of new fans at festivals like Bonnaroo. I think you won over a lot of people this year with "Santa Claus Is Coming to Town."

[Laughs] It was hot, like 95 degrees, but why not?  We played festivals for the very first time on this tour, and that was one of the greatest experiences of all of them. That was an eye-opener. When we played Glastonbury it was the same thing: you come out and there's like 100,000 kids in their 20s and under. It was fun playing on bills with other bands, and it's something I'd do again in the future.

It all started when I met some 20-something kids outside a pizza parlor back in the late '90s and they said, "We're big fans but we've never seen the E Street Band." It was in Freehold, my hometown. Two guys, big fans, never saw the band. I said, "Wow." The past two years have been off the Richter scale, but the whole decade has been just a great time for us.

When did you start taking the requests from the audience?  

People would always bring a sign with requests and we'd say, "Let's do that one, let's do that one." But then somewhere along the way -- I believe it was at the very end of the "Magic" tour -- we just started to do more of it, and people started to bring more signs. Then we started to take unusual requests and do songs that we'd never played before, just depending on the common memory that the band would have from everyone's individual playing experience as teenagers. We ended up with a system where we can jump on a lot pretty quick.

How many songs are in your arsenal?  

Since the "Magic" tour, I think we've done upwards of 150-160 songs -- maybe more, because we do a lot of things just once.

I was told that you played 43 different songs at the Spectrum in Philadelphia over the four nights.  

Yeah, we did a different show every night; a third to a half of it was different. If you see us two or three nights in a row, you may hear 35-50 different songs. We follow the end and beginning of the setlist, and then there's a little section in there where it just slips and slides, depending on what's going on with the audience and what I think the band can pull off. It allows the fans to have input into the show in a way that just pumps the blood into everything and enlivens the evening. We've done stuff by the Ramones, the Clash, Tommy James: all kinds of music that we enjoyed over the course of my generation.

From your early days with Steel Mill and going forward, was it always a focus to make the live shows special?  

Yeah, because you have to understand that you lived and died by your ability to perform. You had no records. To draw 1,000-2,000 people with no album, which is what we did in the late '60s, you had to have a thrilling live show. Back then it was a four piece band -- me, Danny [Federici], Mad Dog [Lopez], Steve [Van Zandt] -- and we had to be able to grab people instantaneously with music they hadn't heard. That's what led us into "Rosalita," "Kitty's Back," "Thundercrack." Those kinds of songs were actually the final products of long, almost prog-rock things that I did coming out of Steel Mill, where there were time changes and arrangement changes. They were sort of me bringing what I did with Steel Mill into the soul and R&B influences of my early recordings.  If you heard "Rosalita" or "Kitty's Back" live and had never heard the record, they still worked. You had to have live performance to survive.

When and why did you decide to perform full album sets?  

We had done so many shows and were going to come back around one more time, so we were like, "OK, what can we do that we haven't done? Let's try to play some of the albums." There were some people who were starting to do it, it sounded like a good idea, and my audience fundamentally experienced all my music in album form. People took "Born To Run" home and played it start to finish 100 times; they didn't slip on a cut in the middle. And we made albums -- we took a long time, and we built them to last. The idea is, "There's no stinkers on this thing," and we spent months or years or whatever it took to try to make sure that was so.

So the albums play real well, and I think when you hear them you go, "Wow, I can't believe all those songs were on one record," whether it's "Darkness on the Edge of Town" or "The Wild, the Innocent and the E Street Shuffle." Those records are packed with songs that have lasted 30-35 years. It simply was a way to revitalize the show and do something appealing and fun for the fans, but it ended up being a much bigger emotional experience than I thought it would be.

It must have been a marathon to tackle your 1980 double album, "The River."   

That was a trip. It's basically a rock band record, but it went on for 20 songs. I sequenced it to feel like a live show, so you have four fast songs and a couple of ballads. It played real well when we went to play it. We learned "Cadillac Ranch" and "I'm a Rocker," which I remember always worked well on the record, and bang, they just whiplashed us on stage. So we were kind of having a first-time experience the same way the audience was.

Any thoughts on what you might do with some of these shows, like release a DVD or album set?  

We didn't have any plans. They've been filmed, but I don't know if they've been filmed to put out. It's about going in and listening to what we have. But it's something that we really just started to make the tour exciting at this point.

This tour has felt really celebratory. Does it feel like this might be the last run for the E Street Band?  

No. We don't even really think of it. We're playing to an audience now that will outlive us. But at the same time the band is very, very powerful right now. And part of the reason it's powerful is that it's carrying a lot of very strong cumulative history. You come and you see 35 years of a speeding train going down the track, and you're gonna get to be on the front end of it. We look forward to many, many more years of touring and playing and enjoying it.

It has to be very instinctive after all these years.

There's no two shows that are alike, which is what people are paying for. They're paying for us to be present in full, right at this moment. We always go out there with that in mind, and I think having that massive weight behind us pushes the band to another level. And whether you're, 15, 19, 24 or 60, you come and you say, "There's Clarence Clemons," and I get to stand next to him like I did 35 years ago. For us and for the audience, that continuity is a powerful thing. It threads your life together, and that's what we wanted to do. We wanted to make music that threaded through your life as well as ours, and you spend some common experience with us. 

Some bands crumble under that sort of weight.  

Some of it is just DNA, your personality and how you were built. This was just something that we were built to do. Every band's had ups and downs -- maybe we haven't had as many as some other bands, but we've had our share. We spent a decade apart, and so all of those things are a part of our experience, too. But I think, particularly when we got back together in the late '90s, that everyone realized, "This has been a special part of my life and I want it to continue to  be so." And all of the incidental baggage completely sort of got left behind. There's not many other groups you could look at and see the same situation.

What haven't you done that you'd still like to do?

Well, I'm about to do it in about an hour from now. I'm looking forward to that. It's all in the doing right now. What I want to do is what I'm doing, except I want to do it a little better tonight than I did last night. I want to write some better songs to mine and my audience's life today. We've made records over the past 10 years that have found as integral a place in my fans' lives as any the records from my past days. They talk about who you are, who I am, where we are, where we live, and what we're about. I'm just looking forward to going out there in an hour and looking into those faces like I've done over the past 35 years.


Né pour tourner

springsteen

Il y a quelques jours, Springsteen a commis ce qu'il a appelé "le cauchemar de tous les chanteur " en confondant sur scène le Michigan avec l'Ohio voisin et rival. Mais si Springsteen s'enmêle parfois sur la ville ou l'Etat où il se trouve, il pourrait être actuellement sur le point de rock puissamment, c'est compréhensible.

Bruce Springsteen et son E Street Band ont été en tournée mondiale depuis 2007, un périple qui comprends deux cycles d’albums, des performances au Super Bowl et à l’inauguration de la nouvelle présidence et pour la première fois une apparition dans plusieurs festivals de première importance. Même pour un artiste qui a largement construit sa carrière sur des concerts épiques, au cours de l’année dernière, Springsteen et les E Streeters ont trouvé un nouveau souffle.
De même Springsteen a été inhabituellement prolifique en studio, sortant des albums de nouvelles chansons en 2007 (« Magic ») et cette année (« Working on a Dream »), alors que dans le même temps, il revendique ses chers disques du passé en jouant sur scène des classiques en entier. - En novembre 2009, Nashville a pu entendre « Born To Run », son album de 1975 dans son intégralité, c’était renversant.

« Cette dernière année de mon point de vue a été la plus grande année que nous ayons eue » déclare dans la coulisse du Nashville's Summit Center Jon Landau le manager de longue date de Springsteen. C’est juste de dire que je n’ai jamais passé une année au cours de laquelle il a été si constamment enthousiaste et dynamique. Et Bruce est l’un de ces gars qui entraîne les autres par l’exemple. Quand vous travaillez avec lui, si vous êtes un collaborateur, un manager ou un groupe, vous ne pouvez faire moins de 1000%, vous ne nous regarderiez pas en face si vous n’alliez pas aussi à fond que lui. Bien sûr Springsteen va tout au fond des choses, mais avant le spectacle dans sa loge il en plaisante. « On en parlait l’autre jour dit il, on se demandait si nous avions été aussi pris depuis 1985, ou peut être même jamais autant » dit-il, « C’est simplement la manière dont les choses se présentent. Il y a des choses qu’on prévoit et d’autres qui s’imposent à nous »
Quatre soirées avant que le calendrier de ce parcours marathon ne s’achève Buffalo, N.Y., Springsteen n’est pas fatigué, mais au contraire excité à propos de son propre futur et celui de son E Street Band. Ce qui préoccupe le Boss, c'est son prochain show et mettre à nouveau le feu à une autre salle aux commandes de ce train à grande vitesse.

Ces deux dernières années ont été assez exceptionnelles pour vous en terme de production autant en live qu’en studio.
J’ai été prolifique avec mon écriture, aussi j’ai pu simplement proposer plus de musique à partir de celle-ci, ce qui est toujours ce que je recherche. J’ai trouvé ma cinquantaine très très prolifique. Les chansons venaient, je ne dirais pas facilement mais d’une manière fluide. Il y avait plein de choses au sujet desquelles je voulais écrire et cela nous a permis d’enregistrer pas mal et d’y revenir en tournée.
En fait, avec la fin de ces shows, nous arrivons à la fin d’un long projet d’une décennie avec le groupe qui a été un formidable regain de puissance, la force et la prestation que par chance délivre notre groupe. Ca a été juste 10 super années, pas seulement les 2 dernières. Il y a dix ans, je n’étais plus trop sur d’écrire encore dans un style qui convenait au groupe. Je n’étais plus certain de la manière dont nous fonctionnions en tant que formation. Et pour ainsi dire de voir tout ce truc avoir autant de force et de vitalité, c’est tout simplement le chapitre le plus délicieux de tout notre temps passé ensemble.

En 1978, je me souviens gamin avoir attendu trois ans la sortie de "Darkness on the Edge of Town". Pourquoi tant d’abondance à présent ?
Si vous revenez en arrière sur « Tracks » (coffret d’inédits sorti en 1999), je crois que je les ai toujours écrites. Pour chaque disque que nous avons sorti, il y avait un disque que je ne sortais pas. Je crois qu’à l’époque, que j’étais très intéressé par façonner ce qui était en moi, ce que je voulais être. J’étais très attentif à mes publications et je voulais que mes disques aient une forte identité et parlent d’un sujet très précis. Ce qui est agréable c’est que les règles sont moins présentes. Vous pouvez vraiment enregistrer tout ce qui vous plait. Cette dernière décennie, j’avais ce formidable groupe folk avec lequel j’ai tourné et enregistré et cela fut une expérience merveilleuse. J’ai tourné seul et j’ai aimé cela et ensuite j’ai eu le E Street Band au meilleur de sa forme. Je peux faire toutes ces choses maintenant et je peux réellement enregistrer tous les genres de musique qui me passent par la tête. Qui vous êtes et ce que vous faites est déjà établi, aussi vous n’avez plus ces préoccupations d’identité que vous aviez au début.

Vous êtes moins attentif à cela ou bien vous avez simplement lâché sur ce point ?
Vous devenez meilleur à discerner vos bonnes chansons de celles qui ne sont pas aussi bonnes. Le processus d’écriture est plus court parce que vous épurez ce que vous incluez ou excluez. Vous êtes capable de faire plus de boulot dans un temps plus restreint sans que la qualité en souffre en aucune façon.

Pourquoi travailler de manière si âpre en tournées et si longtemps ? N’est ce pas comme un boulot ? Je ne peux pas dire que je le vis comme un boulot. Bien sur vous vous envolez, vous vous posez, vous roulez, mais j’aime vraiment les personnes avec qui je le fais. J’aime être avec eux sur scène et en dehors. J’apprécie le temps que nous passons à voyager ensemble, et j’apprécie ce que nous faisons.
Si vous êtes une figure sportive, votre apogée arrive si jeune. Il n’y a pas de limite ici. Je crois que si vous venez nous voir, vous voyez le meilleur E Street Band qui n’a jamais joué : Il continue à se bonifier. Non pas que vous n’êtes pas lassé ou fatigué, mais peu importe à quel point vous l’êtes quand vous êtes sur scène il y a toujours un moment où vous vous dites « Oh mon Dieu, c’est juste merveilleux ».

Quand avez-vous commencé à ramasser les dédicaces du public ?
Les gens apportent toujours des pancartes et on s’est dit « faisons celle là, faisons celle-là » puis un jour, je crois que c’était à la toute fin de la tournée Magic, nous avons simplement commencé à en jouer plus et les gens ont apporté plus de pancartes. Puis nous avons commencé à prendre des dédicaces qui sortaient de l’ordinaire et on a commencé à faire des trucs que nous n’avions même jamais joués avant. Ca dépendait juste du souvenir commun que le groupe avait de ses expériences de jeunesse individuelles. Et nous avons fini par avoir une méthode qui nous permet de se lancer assez vite dedans.

Combien de titres avez-vous à votre arsenal ?
Depuis la tournée Magic, je pense que nous avons dépassé les 150 -160, peut être plus, parce que nous faisons beaucoup de trucs une seule fois

On m’a dit que vous avez joué plus de 43 chansons différentes en quatre soirées au Spectrum de Philadelphie
Ouais, on a fait un show différent tous les soirs et entre un tiers et la moitié de ceux-ci était différent. Si vous nous voyez deux ou trois soirs d’affilée dans l’un de ces lieux que nous faisons vous pourrez entendre 30 à 50 titres différents. C’est juste quelque chose que nous savons faire. C’est un amalgame de l’expérience des anciens orchestres de bar et quelque chose que je ne fais que demander aux gars. On a un bout de la setlist et je parcours sa fin et je parcours sont début. Ensuite il y a des petites parties à l’intérieur dans laquelle ce ne sont que des parties de glissades
Ca dépend de la manière dont ça se passe avec le public au cours d’une soirée quelconque et de ce que je pense que le groupe peut sortir. Ca permet aux fans d’avoir de l’influence sur le show d’une manière qui met littéralement de l’énergie partout et galvanise nos soirées. On a fait des trucs des Ramones, des Clash et de Tommy James.

Cela a-t-il toujours été un point d’attention particulier depuis le début de votre carrière – même au cours de votre période avec Steel Mill – de faire des shows live spéciaux ?
Ouais parce que vous devez comprendre que vous viviez ou mouriez par votre capacité à jouer en public. Vous n’aviez pas de disque, alors soit vous étiez voués à jouer dans un orchestre de bar ou alors votre niveau scénique allait être suffisamment prometteur au point que vous pouviez légèrement dépasser vos racines de groupe de bar et réussir à faire des concerts locaux.
Mais pour faire cela, pour attirer 1000 – 2000 personnes sans album, c’est ce que nous avons fait à la fin des années 60 – vous deviez avoir un jeu de scène saisissant. C’était un groupe de quatre membres Danny (Federici), Mad Dog (Lopez), Steve (Van Zandt), mais vous deviez être une locomotive, vous deviez être capable de captiver immédiatement avec une musique qu’ils n’avaient jamais entendu. C’était une musique qui devait être arrangée (pour être) très entraînante et c’est ce qui nous a amené à « Rosalita », « Kitty’s Back » et « Thundercrack ».
Ce genre de chansons étaient en fait l’aboutissement de trucs longs, presque rock progressif que je sortais de Steel Mill dans lesquels il y a avait des passages différents et des changements dans les arrangements. Alors c’était comme un peu de moi amenant ce que j’avais fait avec Steel Mill dans ma vie discographique, avec des influences R&B que j’ai utilisées lorsque j’ai commencé à enregistrer. Si vous écoutez « Rosalita » et n’avez jamais entendu le disque, ça marche toujours, si vous écoutez « Kitty’s Back » et n’avez jamais entendu le disque, ça marche toujours. C’est juste qu’elles swing, bougent et emballent en quelque sorte.

Quand et pourquoi avez vus décidé de jouer des albums en entier ?
C’était comme « OK que pouvons nous faire que nous n’ayons pas encore fait ?». Il y avait des gens qui commençaient à le faire et mon public a fondamentalement découvert toute ma musique en version album. Les gens ont ramené chez eux « Born to Run » et l’ont passé du début à la fin plus d’une centaine de fois. Ils n’ont pas sauté une plage au milieu. C’était une autre époque où les gens écoutaient et découvraient la musique d’une autre manière. Et quand nous faisions un album, nous prenions beaucoup de temps et nous les avons conçus pour durer. L’idée est « il n’y a rien à jeter là dedans » et nous avons passé des mois et des années et tout ce que cela nécessitait à essayer de faire que ce soit ainsi. Aussi les albums passent bien et je pense que quand vous les entendez (en live) vous vous dites « ouah, je ne peux pas imaginer que toutes ces chansons figurent sur un seul disque », que ce soit « Darkness » ou « The Wild the Innocent & the E Street Shuffle », ces albums sont bourrés de trucs qui ont duré 30 ou 35 ans. C’était simplement une idée pour revitaliser les concerts et en faire quelque chose qui soit attractif et sympa pour les fans mais ça c’est avéré être une expérience émotionnelle bien plus forte que je ne l’imaginais.

« The Wild the Innocent & the E Street Shuffle » peut paraitre difficile à monter et à faire sur scène.
Nous connaissions la plupart des trucs sur « Wild & Innocent ». Je crois que nous nous sommes lancés dans « Wild Billy’s Circus Story» je me suis assuré que les gars colleraient au plus près de ce qui était sur le disque. Nous avons ajouté une section cuivre et une section cordes. Nous l’avons joué à New York City aussi ça a donné cette énorme soirée de musique si éclectique, colorée, et il n’y a que sept titres dessus.

Le double album de 80 « The River » c’est un gros morceau à attaquer.
Ca a été un cheminement. Nous avons du apprendre deux ou trois choses pour cela. A la base c’était un disque de groupe rock, mais il s’étendait sur 20 chansons. Avant de le faire vous ne savez pas ce que ça va donner. Mais ça marchait sur le disque et j’avais découpé le disque pour donner la sensation d’un concert, vous aviez quatre chansons rapides et deux ballades.
Ca rendait vraiment bien quand on l’a joué. C’est marrant d’être surpris, d’apprendre « Cadillac Ranch » et « I’m a Rocker » dont je me souviens que ça passait toujours bien sur le disque et bang il vous colle un coup de fouet sur scène. C’était « Oh ouais ça marche super »aussi nous étions heureux de vivre une première de la même manière que le public. Cela a été de super, inoubliables moments.

Une idée de ce que vous pourriez faire de ces concerts, un DVD ou un album ?
Nous n’avons aucun projet. Nous avions juste eu l’intention de le faire au cours d’un concert. Ils ont été filmés. Je ne sais pas s’ils ont été filmés pour les publier.

Personne de votre entourage n’a rien dit à ce sujet, mais cette tournée a pris une tournure festive avec tant d’étapes. Je ne voudrais pas vous embarrasser, mais il semble qu’il pourrait bien s’agir de la dernière ligne droite pour le E Street Band.
Non on n’y pense pas vraiment. La seule chose qui me soit venue à l’esprit c’était il y a dix ans, j’allais prendre 50 ans, j’étais sur scène à Philadelphie, et vous vous dites « OK c’est exactement là que je veux être à cet instant précis, je ne voudrais être nulle part ailleurs ». Vous réalisez qu’il y a une limite à cela. Nous jouons face à un public qui nous survivra, il y aura un ensemencement de public ce soir qui va survivre au groupe. Mais en même temps, le groupe est très très fort. Et la raison pour laquelle il est très fort est qu’il véhicule une énorme histoire accumulée. Vous venez et voyez défiler 35 années d’un train lancé à grande vitesse sur les rails et vous n’avez pas envie de vous trouver en face. Nous nous réjouissons de beaucoup beaucoup d’années encore à faire l’abattage, à jouer et à avoir du plaisir.

Ca doit être très instinctif après toutes ces années.
Vous payez pour que vous soyez vivant, présent pleinement, là ce soir exactement, je pense qu’il y a toujours ce sentiment, que vous ayez 15, 19, 24 ou 60 ans, vous venez et vous vous dites. Il y a Clarence Clemons et je suis venu pour être à ses côtés comme je le faisais il y a 35 ans. C’est la constance d’être juste présent ici et pour nous et pour le public c’est une chose de fort. Cela tisse nos vies ensemble et c’est ce que nous voulions. Nous voulions faire de la musique qui entrelace vos vies avec les nôtres

Certains groupes s’effritent en quelque sorte sous le poids de cette expérience commune.
Ca dépend de qui vous êtes et de la manière dont vous le voyez. Une partie n’est que de l’ADN, votre personnalité et comment vous avez été construit. Il s’agit de quelque chose pour lequel nous avons été construits afin de le faire d’une manière spécifique. Le côté difficile de cela a une emprise différente d’une personne à l’autre. Chaque groupe a ses propres difficultés, ses hauts et ses bas, des gens qui tombent dans des mauvais trucs, se sortent de mauvais trucs, peut être pas autant que d’autres groupes, mais nous en avons eu notre part. Nous avons passé une décennie séparés et donc toutes ces choses font également partie de notre expérience.
Mais je pense que particulièrement à la fin des années 90 quand nous nous sommes reformés, chacun a réalisé « Ceci a été un moment particulier de ma vie et je veux qu’il continue Ainsi » et tout ce qui est poids accessoire mis de côté et laissé derrière.
Je pense que le groupe a une forme de code tacite dans lequel chacun a une attention pour l’autre. Nous avons perdu un ami emporté par la maladie (Danny Federici est décédé en 2008 du cancer de la peau) mais hé c’est quelque chose qui vous rode autour à un certain âge. Ce dont j’étais le plus fier était que mes gars soient toujours vivants et en forme après 35 ans sur la route. Clarence se débat avec des problèmes physiques a force de trimballer ce « Big Man » durant toutes ces années. Mais il a été super sur cette tournée, j’étais très très fier, le groupe était indemne.

Qu’est ce que vous n’avez pas fait que vous voudriez encore faire ?
Ce que je veux c’est faire ce que je fais. A ceci près que je veux le faire un peu mieux ce soir que je l’ai fait hier soir. Je veux écrire de meilleures chansons, d’autres bonnes chansons. Des chansons que je ressens comme essentielles pour ma vie et celle de mon public aujourd’hui. Nous avons fait des disques au cours des dix dernières années qui ont trouvé leur place dans la vie de mes fans tout autant que mes anciens albums. Vous vous pointez et la plupart de ces jeunes gamins ne commencent à chanter avec nous qu’avec « The Rising ». Je n’aspire qu’à faire ce que je fais, n’aspire qu’à sortir d’ici dans une heure et regarder ces visages comme je l’ai fait au cours de ces 35 dernières années.

Note: la version française est une traduction de la version papier, plus complète que la version web qui proposée en anglais ci-dessus.

Merci à Philippe35!