Presse - TV - Radios


New album, tour features covers of songs made popular by legendary singer

ASBURY PARK, N.J. — Bruce Springsteen, rock 'n' roll icon, stands on a cramped Jersey shore stage surrounded by 16 musicians. There's a fiddle, a banjo, a tuba, an accordion — and not a single electric guitar.

The music swells, a glorious noise, as Springsteen leans into the microphone and sings a familiar song: "He floats through the air with the greatest of ease, the daring young man on the flying trapeze."

The vintage tale of a high-flying, womanizing circus star is followed by "Poor Man," a reworking of a Blind Alfred Reed song from the 1920s. This is the music of the moment for Springsteen: folk songs from decades past as he releases an album of songs culled from the Pete Seeger catalogue.

Bob Dylan once went electric. This is Springsteen going eclectic.

"The songs have lasted 100 years, or hundreds of years, for a reason," Springsteen explains in a spartan dressing room after rehearsing with his new big band. "They were really, really well-written pieces of music.

"They have worlds in them. You just kind of go in — it's a playground. You go in, and you get to play around."

"We Shall Overcome: The Seeger Sessions" arrives Tuesday, with a tour to follow (including a trip to New Orleans for the Jazz and Heritage Festival). Springsteen, still damp with perspiration from his rehearsal, sat backstage for a 40-minute interview with The Associated Press that covered his musical past, present and future.

The new album is Springsteen's most sonically surprising since the spare "Nebraska" in 1982. Springsteen compares its variety with his second album, "The Wild, The Innocent and the E Street Shuffle," where the music veered from straight rock ("Rosalita") to jazz ("New York City Serenade") to oompah ("Wild Billy's Circus Story").

Leaning back on a couch, Springsteen said he was intent on getting out more music, including a group of songs already written for the E Street Band and a follow-up to "Tracks," his collection of unreleased studio cuts. He was working on the latter before deciding to do the new record.

"After a long time, you get a lot more secure about what you're doing," Springsteen said between sips from a bottle of water. "I spend much less time making decisions. Incredibly less.

"It used to be, like, there's a line in a song that I sang a certain way. I might mull it over for three days. Maybe longer, right? Now, you know, it's very different. I realize it's not necessary. You know your craft better."

"The Seeger Sessions" featured Springsteen making an album in record time. The rock hall of famer, who in the past went years between releases, did the new album in three days. The 13 songs, plus two bonus tracks, were recorded inside the living room of a farm house at Springsteen's New Jersey home — with the horn section playing in the hall.

There were no rehearsals, no arrangements, no overdubs. Springsteen wasn't even sure if the results would become an album.

"It was just playing music," Springsteen said of the sessions. "I didn't have any intention for it. I knew that I enjoyed making this kind of music. ... It was really just purely for the joy of doing it. It was a lot of fun."

Springsteen, 56, is coming off a busy year when he toured extensively behind his Grammy-winning solo album "Devils & Dust." Last year also marked the 30th anniversary of "Born To Run," the classic album that turned him into a star.

Springsteen first connected with the Seeger songbook in 1997, when he recorded "We Shall Overcome" for a tribute album. His interest grew as he delved into the material — sturdy songs like "John Henry," "Erie Canal" and "Oh Mary, Don't You Weep."

"I wasn't aware of the vast library of music that Pete helped create and also collected," said Springsteen, who was more familiar with the work of Woody Guthrie. "Just this whole wonderful world of songwriting with all these lost voices. Great stories. Great characters."

Like Seeger, Springsteen is well-known for his role as a social activist. In 2004, Springsteen campaigned for John Kerry and criticized the Bush administration for bringing the country to war in Iraq. He's been a longtime advocate for local food banks, and played benefits for union workers, flood victims and other causes.

Seeger paid a heavy price for his beliefs. During the McCarthy era, he was summoned by the House Committee on Un-American Activities as it investigated supposed subversive influences in entertainment. He refused to cooperate and was blacklisted for the next decade.

So was releasing an album of Seeger's songs during President Bush's second term a political statement?

"I'll let somebody else sort that part of it, I guess," Springsteen said. "But a lot of 'em seem pretty applicable, you know? `Mrs. McGrath' is basically an Irish anti-war song, but it's ripped right out of the headlines everyday today."

The songs once sung by Seeger "shine a continuing light on a whole set of not just wonderful stories, but obviously a lot of social issues, the direction the country is going down," he continued. "There's still a place for a lot of that music."

Once Springsteen decided to forge ahead with the project, he called Seeger with the news. Seeger asked which songs would be on the record.

"He'd start giving me the history of each song," Springsteen said. "He actually knows about all those things. So it was an enjoyable conversation, and I hope he likes the record."

Seeger, through his manager, declined to comment on the Springsteen project.

Springsteen had no concerns about audience reaction to his foray into a new musical landscape. He expects "the adventurous part of my fans" will enjoy the album. And he considers change a requirement for any successful musician.

"Your job as an artist is to build a box, and then let people watch you escape from it," Springsteen explained. "And then they follow you to the next box, and they watch you escape from that one. ... Escape artistry is part of the survival mechanism of the job.

"If you want to do the job well, you have got to be able to escape from what you've previously built."

There's one other major difference between "Seeger Sessions" and all of Springsteen's previous work: He didn't write a single song for this project.

"A real pleasure," he said of the break from writing. "Once we put it together, it was like, `Wow. I can make records and I don't have to write anything.' There are thousands of great songs sitting out there waiting to be heard, and I know a way to act as an interpreter on these things."


Springsteen devient folk pour The Seeger Sessions


Nouvel album, une tournée comportant des reprises de chansons popularisées par un chanteur légendaire :

Asbury Park, N.J. - Bruce Springsteen, icône du rock'n'roll, se trouve sur une petite scène de la Côte du New Jersey, entouré de 16 musiciens. Il y a un violon, un banjo, un tuba, un accordéon - et pas une seule guitare électrique.

La musique ondule, un bruit intense, quand Springsteen se dirige vers le micro et chante une chanson familière : "He floats through the air with the greatest of ease, the daring young man on the flying trapeze (il flotte dans l'air très à l'aise, l'audacieux jeune homme sur le trapèze volant.)"

Le vieux conte d'une star du cirque volante et coureur de jupons est suivi par Poor Man, une version retravaillée d'une chanson de Blind Alfred Reed datant des années 1920. Telle est la musique du moment pour Springsteen : des chansons folk vieilles de plusieurs dizaines d'années au moment où il sort un album de chanson piochées dans le répertoire de Pete Seeger.

Bob Dylan un jour s'est mis à l'électrique. Voici un Springsteen éclectique.

"Les chansons ont duré 100 ans ou plusieurs centaines d'années pour une raison", explique Springsteen dans une loge austère après avoir répété avec son nouveau big band. "Il s'agit de chansons vraiment vraiment bien écrites."

"Elles décrivent un monde. Vous n'avez qu'à y pénétrer - c'est un terrain de jeu. Vous y entrez et vous y jouez."

We Shall Overcome : The Seeger Sessions sort mardi avec une tournée dans la foulée (comprenant une étape à la Nouvelle Orléans pour le Jazz And Heritage Festival). Springsteen, encore transpirant suite à la répétition, s'est assis en coulisses pour une interview de 40 minutes avec l'Associated Press qui a couvert son passé, son présent et son futur musical.

Le nouvel album de Springsteen est le plus surprenant du point de vue sonore depuis le maigre Nebraska en 1982. Springsteen compare sa variété avec son deuxième album, The Wild, The Innocent And The E Street Shuffle dans lequel la musique allait du rock direct (Rosalita) au jazz (New York City Serenade) en passant par le oompah (Wild Billy's Circus Story).

Couché sur un canapé, Springsteen dit qu'il voulait sortir plus de musique comme, par exemple, une série de chansons déjà écrites pour le E Street Band et une suite à Tracks, sa compilation de chutes de studios non publiées. Il travaillait sur cette suite avant de décider de faire ce nouvel album.

"Après un long moment, vous vous sentez plus sûrs par rapport à ce que vous faites", dit Springsteen en buvant quelques gorgées d'eau. "Je passe beaucoup moins de temps à prendre des décisions, incroyablement moins."

"Ça se passait comme ça, par exemple, il y avait un vers dans une chanson que je chantais d'une certaine façon. Je pouvais y réfléchir pendant trois jours. Peut-être plus, vous voyez ? Maintenant, vous savez, c'est très différent. Je réalise que ce n'est pas nécessaire. Vous connaissez mieux votre métier."

The Seeger Sessions ont montré Springsteen enregistrant un album en un temps record. Celui qui fut distingué par le Rock'n'Roll Hall Of Fame et qui, par le passé, mettait des années entre deux albums, a enregistré l'album en trois jours. Les treize chansons ainsi que deux chanson bonus ont été enregistrées à l'intérieur du salon d'une ferme de la propriété de Springsteen dans le New Jersey - avec la section de cuivres qui jouait dans le corridor.

Il n'y a eu ni répétitions, ni arrangements, ni overdubs. Springsteen n'était même pas sûr de vouloir en faire un album.

"C'était juste le fait de jouer de la musique", dit Springsteen en parlant des sessions. "Je n'avais aucun plan prémédité. Je savais que j'avais du plaisir à jouer cette musique... Il n'y avait vraiment que la joie de jouer cette musique. Nous nous sommes beaucoup amusés."

Springsteen, 56 ans, sort d'une année harassante après sa grande tournée en soutien de son album Devils & Dust distingué aux Grammy. L'année passée a aussi marqué le trentième anniversaire de Born To Run, l'album classique qui a fait de lui une star.

Le premier rapport de Springsteen avec le catalogue de Seeger remonte à 1997 quand il a enregistré We Shall Overcome pour un album hommage. Son intérêt a grandi à mesure qu'il s'est plongé dans le répertoire - des chansons robustes comme John Henry, Erie Canal et O Mary Don't You Weep.

"Je n'avais pas conscience de la vaste collection de musique que Pete avait aidé à créer et rassembler", dit Springsteen qui connaissait plus le travail de Woody Guthrie. "Juste un univers de composition magnifique avec toutes ces voix perdues. De belles histoires. De grands personnages."

Comme Seeger, Springsteen est très connu pour être actif dans le domaine du social. En 2004, il a mené campagne pour John Kerry et a critiqué l'administration Bush pour avoir déclenché la guerre en Irak. Depuis longtemps, il défend les banques alimentaires locales et il a fait des concerts de soutien pour les travailleurs syndiqués, pour les victimes d'inondations et pour d'autres causes.

Seeger a payé un lourd tribut pour ses opinions. Pendant le maccarthysme, Le Comité National des Activités Anti-américaines le convoqua parce qu'il le soupçonnait d'avoir une influence subversive dans le monde du spectacle. Il a refusé de collaborer et il se retrouva blacklisté pendant dix ans.

Alors sortir un album de chansons de Seeger pendant le deuxième mandat présidentiel de Bush pourrait-il être considéré comme un acte politique ?

"Je vais laisser quelqu'un d'autre l'analyser comme tel, je crois", dit Springsteen. "Mais plusieurs d'entre elles pourraient servir, vous savez ? Mrs. McGrath est en fait une chanson irlandaise pacifiste mais elle se retrouve dans les actualités d'aujourd'hui."

Les chansons une fois interprétées par Seeger brillent d'une lumière continue sur un paquet non pas seulement de magnifiques histoires mais surtout de problèmes sociaux, la pente sur laquelle glisse le pays", continue-t-il. "Il y a encore beaucoup de place pour cette musique."

Une fois que Springsteen avait décidé d'avancer avec ce projet, il a appelé Seeger avec les nouvelles. Seeger lui demande quelles chansons figureraient sur l'album.

"Il a commencé à me raconter l'histoire de chaque chanson", dit Springsteen. "En fait, il connaît tout ça. Ce fut dont une conversation très agréable et j'espère qu'il appréciera l'album."

Springsteen ne s'inquiète pas de la réaction du public face à son incursion dans un nouveau paysage musical. Il s'attend à ce que "la partie la plus audacieuse de mes fans" apprécie l'album. Et il considère que le changement est un devoir pour chaque musicien à succès.

"Votre job en tant que musicien est de construire une boîte et de laisser ensuite les gens vous regarder tandis que vous tentez de vous en échapper", explique Springsteen. "Et ils vous suivent ensuite jusqu'à la boîte suivante et ils vous regardent ensuite en sortir… l'échappatoire artistique est une partie du mécanisme de survie du job."

"Si vous voulez bien faire votre boulot, vous devez être capable de vous échapper de ce que vous avez construit."

Il y a une autre grande différence entre The Seeger Sessions et tout le travail précédent de Springsteen : il n'a pas écrit une seule chanson pour ce projet.

"Un vrai plaisir", dit-il en parlant de la pause dans le processus d'écriture. "Après avoir concrétisé le projet, j'ai pensé : Wow ! je peux faire des albums et je n'ai rien à écrire. Il y a des milliers de bonnes chansons qui existent et qui attendent d'être jouées et je connais une façon de les interpréter."

Merci à Léonard!