Presse - TV - Radios


Bruce Springsteen performs at the Sleep Train Pavilion in Concord Tuesday night. His appearance included a reunion with Joan Baez, who joined him on stage for a lively performance of Pay Me My Money Down.

BRUCE Springsteen looked like a character from one of the songs on his new album, "We Shall Overcome: The Seeger Sessions," in his old-timey stage outfit - slacks and suspenders, vest, gauzy shirt, string tie. He could have been a rock star, circa the 1800s.

Sweaty and full of adrenaline after his exuberant Tuesday night concert at the Concord Pavilion (officially, and drowsily, called the Sleep Train Pavilion), he was still too pumped to sit down.

As soon as he left the stage, slim-hipped and sweaty, he raced to his downstairs dressing room for a quick visit with a fellow icon of American popular music: the Bay Area's Joan Baez.

Only minutes before, she had joined him on-stage for a rousing rendition of "Pay Me My Money Down," an irresistible, if obscure, tune on the new CD that was originally a protest song by black stevedores in the South that Springsteen has transformed into a Zydeco-flavored, accordion-fueled rave-up.

On "The Seeger Sessions," Springsteen has unearthed and breathed new life into a baker's dozen of the kind of traditional folk songs that Baez, as much as Seeger, popularized in the '60s.

To put this scene in a larger context, the 57-year-old Springsteen represents the socially conscious wing of rock 'n' roll. Baez, 8 years older, symbolizes the anti-Vietnam War and civil rights movements.

The reunion of these two superstars was their first since the "Human Rights Now!" tour in 1988, a benefit for Amnesty International. A Boss/Baez duet on Bob Dylan's "Blowin' in the Wind" closed three of those shows 18 years ago.

And now, here they were, two of our most revered progressive voices, catching up with each other.

Because Joan and I have been friends for many years, and because she invited me to go to the Springsteen concert with her, it was my good fortune to be the only other person in the room.

She was there because she wanted to tell him how much she loves his Seeger-inspired CD, describing it as "a musical history lesson," a fresh, high-energy take on traditional folk music.

For his part, he modestly calls the project a happy "accident." In 1997, he told us, he recorded "We Shall Overcome" for a track on a Seeger tribute album. That experience sent him on a journey into the past, a quest into the trove of Americana music that, as he put it, reflects "the vitality that it took to build this country."

"What I bring to this music is a sense of urgency," he said, looking me in the eye. "It's like I'm saying to people, 'You've got to listen to this music right now, right in the moment.' That urgency is my service to these songs."

With some disappointment, he let us know that these all-American songs, culled from our history and heritage, have been more enthusiastically embraced when he performed them in Europe than in certain parts of the U.S., namely middle America.

As he has suggested, this attitude may stem from a disregard for the past that affects the way this country behaves in the world.

"In places like Paris and London, people were jumping out of their seats for American songs that are 100 years old," he said.

"But in the Midwest, we're having trouble selling tickets."

When I asked him why that is, he said it has to do with what he sees as American "rigidity," the reluctance to accept him doing anything other than the rock classics he's famous for with his E Street Band.

Nevertheless, that hasn't diminished his passion for music that is part of the blood and bone of this country.

"I'm going to do this again, maybe in the fall," he said. "There are hundreds of beautiful songs just sitting there waiting. I like singing them as much as my own."

For the "Seeger Sessions," a dual-disc with an audio CD on one side and a DVD of the recording sessions on the other, he assembled a group of New York City folk and acoustic musicians who had played at a party on his farm.

The band set up in the living room of his farm house ("no bigger than this," he said, indicating the modest confines of his dressing room).

With the horns in the hallway, they recorded the CD over three days without rehearsals. In the background, you can hear Springsteen calling out solos and key changes as the band plays.

That same wildly exuberant, 16-piece band - a zany four-man, Dixieland-style horn section, fiddles, accordion, acoustic guitars, piano, drums, washboard, banjo, stand-up bass, a bevy of backup singers - backed Springsteen Tuesday night as he lent his gritty voice and rock energy to many of the reels and hymns, campfire favorites and public domain gems on the new CD - among them "Erie Canal," "Old Dan Tucker," "John Henry," "Jacob's Ladder," "Eyes on the Prize," the ancient children's song "Froggie Went A Courtin,'" and the title track, "We Shall Overcome," given new resonance in Springsteen's churchy, uplifting rendition.

For an encore, he sang "When the Saints Go Marchin' In" as a kind of homage to New Orleans, and told the crowd about the devastation from Hurricane Katrina that he witnessed in New Orleans in April, when he performed at the Jazz and Heritage Festival there.

He added another Seeger song that isn't on the CD, "Send Them Home," originally an anti-Vietnam War lament, updated with new verses that Springsteen wrote about the bloodshed in Iraq. Sadly, history is repeating itself.

Springsteen filled the 12,500-capacity Concord Pavilion. When he does this again, as he said he would, maybe more Americans in other parts of the country will be as eager to celebrate their past as he is.


L'énergie du Boss aide les classiques du folk à revivre

Bruce Springsteen s'est produit au Sleep Train Pavilion à Concord mardi soir. Son show contenait un duao avec Joan Baez, qui l'a rejoint sur scène pour une interprétation vivante de Pay Me My Money Down.

Bruce Springsteen ressemblait à un personnage de l'une des chansons de son nouvel album, "We Shall Overcome: The Seeger Sessions", dans son costume de scène à l'ancienne - pantalon et bretelles, gilet, chemise de gaze, une cravate chaîne. Il aurait pu être une rock star, vers les années 1800.

En sueur et plein d'adrénaline après son exubérant concert nocturne mardi au Concord Pavilion (officiellement, et mollement, appelé le Sleep Train Pavilion), il était encore trop vidé pour s'asseoir.

Dès qu'il a quitté la scène, mince des hanches et en sueur, il a couru en bas vers sa loge pour une visite rapide avec une icône de la musique populaire américaine: Joan Baez de la Bay Area (NDLT: baie de San Fancisco).

Quelques minutes auparavant, elle l'avait rejoint sur scène pour une interprétation mémorable de "Pay Me My Money Down», une mélodie irrésistible, obscure de si, sur le nouveau CD qui était à l'origine une chanson de protestation par des dockers noirs dans le Sud et que Springsteen a transformé en façon zydeco (NDLT: en français zarico, genre musical de Louisiane), empli d'accordéon de bringue.

Sur "The Seeger Sessions," Springsteen a remis au jour et donné un nouveau souffle à une douzaine de chansons du genre folk traditionnel que Baez, autant que Seeger, avaient popularisées dans les années 60.

Pour placer la scène dans un plus large contexte, Springsteen, 57 ans, représente l'aile socialement consciente du rock'n'roll. Baez, 8 ans de plus, symbolise l'anti-guerre du Vietnam et de mouvements des droits civils.

Cette réunion de ces deux superstars était la première depuis le "Human Rights Now!" tournée en 1988, au profit d'Amnesty International. Le duo Boss/Baez sur le "Blowin 'in the Wind" de Bob Dylan avait cloturé trois de ces concerts, il ya 18 ans.

Et maintenant, les revoilà, deux de nos voix progressistes les plus vénérées, en train de se rattraper l'une l'autre.

Parce que Joan et moi sommes amis depuis de nombreuses années, et parce qu'elle m'a invité à aller au concert de Springsteen avec elle, c'était mon chance d'être la seule autre personne dans la pièce.

Elle était là parce qu'elle voulait lui dire ô combien elle aime son CD inspiré par Seeger, le décrivant comme "une leçon d'histoire musicale", une rafraichissante captation hautement énergétique de musique folklorique traditionnelle.

Pour sa part, il qualifie modestement le projet "d'heureux accident". En 1997, nous explique-t-il, il a enregistré "We Shall Overcome" un titre sur un album hommage à Seeger. Cette expérience l'a envoyé voyager dans le passé, pour une quête vers le trésor de la musique Americana qui, comme il le dit, reflète "la vitalité qu'il a fallu pour construire ce pays".

"Ce que j'apporte à cette musique est un sentiment d'urgence", dit-il, en me regardant dans les yeux. "C'est comme ce que je dis aux gens: "Vous devez écouter cette musique en ce moment, dans le moment". "l'urgence est mon service rendu à ces chansons".

Avec une certaine déception, il nous a laissé savoir que ces chansons toutes américaines, éliminés de notre histoire et du patrimoine, ont reçu un accueil plus enthousiaste quand il les a effectués en Europe que dans certaines parties des États-Unis, à savoir l'Amérique moyenne.

Comme il l'a suggéré, cette attitude peut s'expliquer par un manque de respect pour le passé ce qui affecte la façon dont ce pays se comporte dans le monde.

"Dans des endroits comme Paris et Londres, les gens sautaient hors de leurs sièges pour les chansons américaines qui sont à 100 ans", dit-il.

"Mais dans le Midwest, nous avons des difficultés à vendre des billets".

Quand je lui ai demandé pourquoi, il a dit que cela est en lien avec ce qu'il considère comme la "rigidité" américaine, la réticence à accepter qu'il puisse faire autre chose que les classiques du rock pour lesquels il est célèbre avec son E Street Band.

Néanmoins, cela n'a pas diminué sa passion pour la musique qui fait partie du sang et les os de ce pays.

"Je vais recommencer, peut-être à l'automne, dit-il. "Il y a des centaines de belles chansons juste là à attendre. J'aime les chanter autant que les miennes."

Pour ces "Seeger Sessionsé, un double-disque avec un CD audio sur une face et un DVD des sessions d'enregistrement sur l'autre, il a réuni un groupe de New York City folk et musiciens acoustiques qui avaient joué lors d'une fête dans sa ferme .

Le groupe s'est installé dans le salon de sa maison ("pas plus grand que cela", dit-il, indiquant les limites modestes de sa loge).

Avec les cuivres dans le couloir, ils ont enregistré le CD sur trois jours sans répétition. En fond, vous pouvez entendre Springsteen criant pour les solos et les principaux changements de tonalité alors que le groupe joue.

Ce même groupe totalement exubérant composé de 16 membres, une section cuivre style Dixieland composée d'un quartet loufoque, violons, accordéon, guitares acoustiques, piano, batterie, washboard, banjo, contrebasse, une flopée de choristes - ont accompagné Springsteen mardi soir, quand il a prêté de sa voix graveleuse, rock et énergique la plupart des airs écossais et hymnes, les incontournables chansons de feu de camp et autres pépites qui font partie du patrimoine culturel qui figurent sur le nouveau CD - parmi eux "Erie Canal", "Old Dan Tucker", "John Henry", "Jacob's Ladder", "Eyes on the Prize" , la très ancienne comptine pour enfants "Froggie Went A Courtin", et la chanson-titre,"We Shall Overcome", ont pris une nouvelle résonance avec l'interprétation tonique et très fervente de Springsteen

En guise de rappel, il a chanté "When the Saints Go Marchin 'In" comme une sorte d'hommage à la Nouvelle-Orléans, et il a parlé à la foule de la dévastation de l'ouragan Katrina dont il a été témoin à la Nouvelle-Orléans en avril, quand il s'est produit au Jazz and Heritage Festival là bas.

Il a ajouté une autre chanson de Seeger qui n'est pas sur le CD, "Send Them Home" (NDLT: sic), à l'origine une conplainte anti-guerre du Vietnam, mis à jour avec de nouveaux couplets que Springsteen a écrit sur le carnage en Irak. Malheureusement, l'histoire se répète.

Springsteen a rempli les 12 500 places du Concord Pavilion. S'il le refait encore, il a dit que ce pourrait être le cas, peut-être plus d'Américains dans d'autres parties du pays seront aussi désireux de célébrer leur passé comme il le fait.