Presse - TV - Radios


David Sancious on Bars, the Blues, and the Boss

David Sancious

Jersey Shore-raised keyboardist and guitarist David Sancious [pronounced SAN-chez] has always been one to defy musical categories. Perhaps that’s why he’s been so successful as a sideman, accompanying the likes of Jeff Beck, Peter Gabriel, Eric Clapton, Sting, Seal, Santana, and Natalie Merchant on stage and in the recording studio. He had the good fortune to launch his career with New Jersey’s rock poet laureate, Bruce Springsteen, but he’s taken his music so far beyond the early years of Springsteen’s E Street Band. He performs on Saturday, December 5, at the Record Collector in Bordentown.

Sancious was born in 1953 in Asbury Park but his family moved to Belmar when he was six. He began studying classical piano at six, impressed by his mother’s sheer virtuosity on the instrument. He began teaching himself guitar as a nine-year-old.

It was Sancious who grew up on E Street in Belmar, and it was the occasional rehearsal at Sancious’ parents’ house on E Street for which the famed E Street Band is named.

“The whole thing has been exploited to become a bit of a myth,” Sancious says in a phone interview from his home in Woodstock, New York, where he’s been based since the 1970s. “We didn’t regularly rehearse at my mom’s house. We did occasionally, when we didn’t have anywhere else to go, so there were three or four times when my mom let us use her place to rehearse. But we also used Tinker’s [Carl West’s] surfboard factory and all kinds of other places in Asbury Park and Belmar to rehearse.”

Sancious’ earliest musical memories are in his parents’ home. The youngest of three boys, he soaked up musical knowledge from various record collections. His father, an engineer at Fort Monmouth, was passionate about jazz, while his mother, a public school teacher, liked classical music. Both older brothers introduced him to a variety of rock and classic blues music and eventually avant-garde jazz.

“Then I came along and developed my own tastes in music as well. My dad used to take me to clubs to hear all kinds of music; it wasn’t mostly jazz or anything. It was a very diverse musical environment,” he says, adding that several years after he began playing classical piano, he also became passionate about boogie-woogie blues and early rock ‘n’ roll. “I was just naturally exposed to all kinds of music, and I found I liked it all instantly.

“My family were, equally in their own way, a big influence on me, in that they shared their interests with me and they all found time to spend time with me. I just sort of soaked it all up,” he continues, adding one brother is a software designer and the other an industrial design architect.

He began playing piano in the summer of 1958, after the family had moved to Belmar, and by the time he was nine, he and a group of friends would perform at various public functions, including the occasional nightclub. “Because our parents were so supportive of us, we were able to play in some interesting places by the time I was in my early teens,” he says.

During the time that Springsteen was emerging as a regional and then national act in the early ’70s, Sancious was also signed by Epic/Columbia Records to record for the label with his own band, Tone. His innovative keyboard playing can be heard on Springsteen’s first three albums, “Greetings from Asbury Park,” “The Wild, the Innocent, and the E Street Shuffle,” and Springsteen’s breakthrough album, “Born to Run.”

Sancious says his mid-’70s albums with Tone are the sum result of his various influences from the worlds of rock, jazz, blues, and classical music. Tone was formed in 1974, while he was living in Richmond, Virginia. That group recorded two records for Columbia and another two for Arista Records. After being asked to work with a record producer in Woodstock, NY, he relocated there. Through the 1970s, ’80s, and into the ’90s, he remained busy as a session man, playing on recordings by other artists and frequently going on tour with them. Earlier this year, he was on tour in Japan with ground-breaking British guitarist Jeff Beck.

“People tend to want to compartmentalize you, but really, all these influences were at work: jazz, rock and roll, and classic R&B, as well as classical music,” he says.

Of his time sleeping on the floor at [Springsteen’s first manager] Tinker’s surfboard factory in Asbury Park and other friends’ houses in and around Asbury Park during the infancy of the E Street Band, Sancious says so much has been written about that period by various Springsteen biographers, it’s hard for readers to get the right impression about Springsteen or any of his faithful band mates, including drummer Vini Lopez, who was asked to leave the band after a dispute with Springsteen’s [second] manager about the paltry sums they were paid as sidemen.

“So much time has gone by from those days, the early ’70s,” Sancious says, “and now people have written many books about it. When we were going through it, the last thing we were thinking about was how wonderful we all were! A friend just gave me as a present — the latest book on Bruce [“Runaway Dream”], and it’s just amazing, I read this stuff and it’s all like folklore now, but it’s a little piece of your life. We didn’t think we were special in any way, we were just doing what we loved.

He first met Springsteen when he was 15 years old, at the Upstage Coffee House on Cookman Avenue in Asbury Park. “I didn’t do solo records for a number of years, I just went on tours with people,” he says of the late 1970s and ‘80s, “and then I did a lot of touring with Bruce. There were a lot of versions of his band that were around years before Columbia Records got involved; the nationwide touring started after he got his deal with Columbia. But initially, in the early ’70s, we were popular in Richmond, Philadelphia, New York City, and Boston,” he says. “That’s a portion of my life but I’ve got whole other dimensions in my life, and I’ve done a whole lot of other stuff in my life besides playing with Bruce.”

Interestingly, for a man so well-spoken, lucid, and illustrative in his comments, Sancious reveals he dropped out of high school to move to Richmond while he continued to tour with Springsteen. “I’d had the experience of being down in Richmond with Bruce, and I decided I liked it,” he says. An A&R representative from Columbia Records showed up at a Springsteen show one night at New York’s Bottom Line nightclub to inquire about signing Sancious to a contract of his own with Columbia. He was offered free studio time to record the beginnings of his first album with Tone. “That was the beginning of my leaving Bruce and starting my own thing,” he says.

“Back in the 1970s if you wanted to record music, it was a pretty elaborate process. This was way before the days of personal computers. Back then it was often on 8-track. I remember we recorded in the only 16-track studio in the state of Virginia.” He was accompanied on his first formal demo tape for Columbia Records by his longtime friends, Jersey shore-area drummer Ernest “Boom” Carter and current E Street band bassist Garry Tallent.

Later in the 1970s, his A&R man, Tom Werman, called Sancious to say Columbia Records had gotten a telegram from Peter Gabriel. “He said he was leaving [progressive rock group] Genesis, and he asked if I wanted to record with him on his next album. Then, some years later, I went on tour with him,” Sancious says of his earliest work as a sideman and accompanist to musicians other than Springsteen.

Work with Gabriel in England led to work with Eric Clapton, Jeff Beck, Seal, Santana and Sting. How did all this happen? “Basically, I got phone calls. I did solo records with my group, Tone, and they heard some of those records. But when the phone rings and it’s somebody like Peter Gabriel or Jack Bruce or Jeff Beck or Stanley Clark, I basically always say ‘yes’ to whatever they want to do.”

At the December 5 Record Collector performance Sancious will be accompanied by a percussionist also based in the Woodstock area, Joe Bonadio. “We met several years ago during a recording session for Martin Sexton,” Sancious says, “and we seemed to have a fantastic chemistry in improvising together. It’s really a kind of special connection and energy you have; you don’t get this with every musician you sit down with,” he adds, noting he’s played with some of the best drummers in the world, “but you don’t always get that connection.”

Sancious says his live shows defy easy categorization. “I just find that categorization moves everyone further away from what is happening; I don’t identify myself as a jazz musician; I never have and I never will. You either transcend your identity or you find a way to include all the elements of your identity.”

What can the audience expect? “I’m fortunate that I can go across several genres of music, and I do have a pretty broad range in several genres, so these categories of music, they mean nothing. Just say it’s going to be a night of original music. I’m just a guy who’s written some original music but don’t expect traditional jazz, rock ‘n’ roll, or R&B from me. You can expect original music played by two very confident and sensitive musicians. And yes, I’ll be bringing my guitar.”

David Sancious, the Record Collector, 358 Farnsworth Avenue, Bordentown. Saturday, December 5, 7:30 p.m. From Bruce Springsteen’s E Street Band. $15 in advance; $20 at the door. 609-324-0880 or www.the-record-collector.com.


David Sancious dans les bars, le Blues, et le Boss

David Sancious

Le guitariste et claviériste David Sancious (prononcez Sanchez), issu de la côte du New Jersey, a toujours été quelqu'un défiant les catépories musicales. C'est peut être la raison pour laquelle il a tant de succès comme sideman, accompagnant des gens comme Jeff Beck, Peter Gabriel, Eric Clapton, Sting, Seal, Santana, and Natalie Merchant sur scène ou dans les studios d'enregistrement. Il a eu la chance de lancer sa carrière avec le poète rock du New Jersey, Bruce Springsteen, mais il a porté sa musique bien au delà des premières années du E Street Band de Springsteen. Il joue samedi 5 décembre au Record Collector à Bordentown.

Sancious est en 1953 à Asbury Park mais sa famille déménage à Belmar quand il a 6 ans. Il a alors commencé le piano classique, impressionné par la pure virtuosité de sa mère sur cet instrument. Il commence à apprendre par lui-même la guitare à l'âge de 9 ans.

C'est Sancious qui a grandi dans la rue E à Belmar et la maison des parents Sancious à E Street a été le lieu de répétitions occasionnelles donnant son nom au fameux E Street Band.

"Tout ce truc a été exploité pour devenir un morceau d'un mythe", raconte Sancious lors d'un interview téléphonique depuis sa maison de Woodstock, à New York où il réside depuis les années 70. "Nous ne répétions pas régulièrement chez ma mère. Nous l'avions fait occasionnellement, quand nous n'avions pas d'autres endroits où aller, c'est arrivé 3 ou 4 fois quand ma mère nous laissait son endroit pour répéter. But nous utilisions aussi l'usine de planches de surf de Carl Tinker West et tout un tas d'autres endroits à Asbury Park et Belmar.

Les premiers souvenirs musicaux de Sancious sont chez ses parents. Cadet de trois garçons, il a absorbé des connaissances musicales à partir de différentes collections de disques. Son père, un ingénieur à Fort Monmouth, était passionné de jazz, tandis que sa mère, une institutrice publique, aimait la musique classique. Ses deux frères plus âgés l'ont initié à divers styles du rock aux classiques du blues et finalement à des disques d'avant-garde du jazz.

"J'avançais et je développais mes propres goûts musicaux. Mon père m'emmenait dans des clubs écoutés toutes sortes de musique; ce n'était pas spécialement du jazz ou tout autre genre. C'était un environnement très varié", raconte-t-il ajoutant que plusieurs années après avoir commencé le piano classique, il se passionna aussi pour le blues boogie-woogie et les premiers rock'n'roll. "J'étais naturellement exposé à toutes sortes de musique, et je trouvais que je les aimais instantanément."

"Ma famille, chacun à sa façon, a eu une grande influence sur moi, chacun partagait ce qui l'intéressait avec moi et ils ont tous trouvé du temps à partager avec moi. J'étais simplement baigné dans tout" continue-t-il, ajoutant qu'un de ses frères est concepteur de logiciel et l'autre designer industriel."

Il commence à jouer du piano durant l'été 1958, après que sa famille déménage à Belmar, et vers l'âge de neuf ans, lui et un groupe d'amis font quelques prestations publiques, y compris dans des boîtes de nuit occasionnelles. "Parce que nos parents nous soutenaient tellement, nous étions capables de jouer dans quelques endroits intéressants durant mon adolescence", dit-il.

A l'époque où Springsteen était en train de devenir une gloire régionale puis nationale dans le début des années 70, Sancious a également été signé par Epic / Columbia Records pour enregistrer avec son propre groupe, Tone. On peut écouter son jeu innovant au clavier sur les trois premiers albums de Springsteen, "Greetings from Asbury Park", "The Wild, the Innocent, et le E Street shuffle", et l'album qui a fait éclater Springsteen au grand jour, "Born to Run".

Sancious raconte que ses albums du milieu des années 70 avec Tone sont le résultat de ses diverses influences dans les monded du rock, du jazz, du blues et de la musique classique. Tone a été formé en 1974, alors qu'il vivait à Richmond, en Virginie. Ce groupe a enregistré deux disques chez Columbia et deux autres pour Arista Records. Après avoir demandé de travailler avec un producteur de disques à Woodstock, NY, il a déménagé là-bas. Pendant les années 1970, 80, et dans les années 90, il est resté occupé comme homme de studio, en jouant sur les albums d'autres artistes et fréquemment en tournée avec eux. Plus tôt cette année, il était en tournée au Japon avec l'innovant guitariste britannique Jeff Beck.

"Les gens ont tendance à vouloir vous mettre dans des compartiments, mais vraiment, toutes ces influences étaient travaillées: le jazz, le rock and roll, et le R&B classique, ainsi que la musique classique", dit-il.

De cette éopque où on dormait à même le sol de l'usine de planche de surf de Tinker [le premier manager de Springsteen] ou chez d'autres amis et des environs d'Asbury Park durant la jeunesse du E Street Band, Sancious explique tant de choses ont été écrites sur cette période par divers biographes de Springsteen, il est difficile pour les lecteurs d'avoir la bonne impression sur Springsteen ou un des ses fidèles camarades de groupe, y compris sur le batteur Vini Lopez, à qui on a demandé de quitter le groupe après un dispute avec le [second] manager de Springsteen sur les sommes dérisoires qu'ils percevaient comme musiciens.

"Tellement de temps a coulé depuis cette époque, le début des années 70", dit Sancious "et maintenant des gens écrivent des livres là dessus. Quand on vivait cette époque, la dernière à laquelle on pensait était de savoir ô combien il était merveilleux d'être tous là! Un ami m'a juste donnée un cadeau - le dernier livre sur Bruce ["Runaway Dream"], et c'est simplement étonnant, j'ai lu le truc et c'est comme du folklore maintenant alors que c'est une petite partie de votre vie. Nous ne pensions pas être spécial d'aucune façon, on faisait juste ce qu'on aimait."

Il a rencontré Springsteen pour la première fois à l'âge de 15 ans, au Upstage Coffee House sur Cookman Avenue à Asbury Park. "Je n'ai pas fait d'album solo pendant un certain nombre d'année, je faisais juste des tournées avec d'autres", dit il sur la fin des années 70 et des années 80, "et puis j'ai fait beaucoup de tournées avec Bruce. Il y a eu beaucoup de versions de son groupe autour de lui dans les années avant l'implication de Columbia Records, la tournée à l'échelle nationale a commencé après qu'il ait obtenu son contrat avec Columbia. Mais d'abord, dans le début des années 70, nous étions populaires à Richmond, Philadelphie, New York et Boston" dit-il. "C'est une partie de ma vie mais j'ai eu plein d'autres dimensions dans ma vie, et j'ai fait un tas d'autres trucs dans ma vie en plus de jouer avec Bruce".

Fait intéressant, pour un homme parlant si bien, avec lucidité, et des illustrations dans ses commentaires, Sancious révèle qu'il a abandonné l'école secondaire de passer à Richmond, alors qu'il continue de tourner avec Springsteen. "J'avais eu l'expérience d'être là bas à Richmond avec Bruce, et j'ai décidé que j'ai aimé ça" dit-il. Un représentant de A & R à partir de Columbia Records s'est présenté à un spectacle de Springsteen une nuit à Bottom Line de New York, pour se renseigner sur la signature d'un contrat propre à Sancious avec Columbia. On lui a offert du temps de studio pour enregistrer gratuitement les débuts de son premier album avec Tone. "Ce fut le début de mon départ de Bruce et le commencement de ma propre chose", dit-il.

"Dans les années 1970, si vous vouliez enregistrer de la musique, c'était un processus assez complexe. C'était bien avant l'époque des ordinateurs personnels. À l'époque, c'était souvent sur un 8-pistes. Je me souviens, nous avons enregistré sur le seul studio de l'Etat de Virginie qui avait un 16-pistes". Il a été accompagné pour sa première démo officielle avec Columbia Records par ses amis de longue date, le batteur Ernest "Boom" Carter de la Côte du New Jersey et l'actuel bassiste du E Street Band Garry Tallent.

Plus tard, dans les années 1970, son A&R [NTDL: dans l'industrie du disque, l'A&R est un manager spécialisé dans la découverte de nouveau talent], Tom Werman, appela Sancious pour lui dire que Columbia Records avait reçu un télégramme de Peter Gabriel. "Il a dit qu'il quittait Genesis [alors groupe de rock progressif], et il m'a demandé si je voulais enregistrer avec lui sur son prochain album. Puis, quelques années plus tard, je suis allé en tournée avec lui", dit Sancious de ses premiers travaux en tant que sideman et accompagnateur de musiciens autres que Springsteen.

Le travail avec Gabriel en Angleterre l'ont conduit à travailler avec Eric Clapton, Jeff Beck, Seal, Santana et Sting. Comment tout cela est arrivé? "A la base, j'avais d'appels téléphoniques. J'avais des enregistrements en solo avec mon groupe, Tone, et ils avaient entendu certains de ces disques. Mais quand le téléphone sonne et que c'est quelqu'un comme Peter Gabriel ou Jack Bruce ou Jeff Beck ou Stanley Clark, j'ai simplement toujours dire «oui» à tout ce qu'ils veulent faire."

Ce 5 décembre, au Record Collector, Sancious sera accompagné par un percussionniste également basé dans la région de Woodstock, Joe Bonadio. "Nous nous sommes rencontrés il y a plusieurs années lors d'une session d'enregistrement pour Martin Sexton," raconte Sancious, "et nous avons senti une fantastique chimie en improvisant ensemble. C'est vraiment une sorte de lien particulier et l'énergie que vous avez, vous n'obtenez pas cela avec tous les musiciens avec qui vous vous essayez", at-il ajouté, notant qu'il a joué avec quelques-uns des meilleurs batteurs au monde," mais vous n'arrivez pas toujours à obtenir cette connexion."

Sancious dit que ses spectacles défient toute classification facile. "Je trouve que cataloguer nous détourne de tout ce qui se passe; je ne me considère pas comme un musicien de jazz, je n'en ai jamais été un et ne le serai jamais. Soit vous transcendez votre identité soit vous trouvez un moyen d'inclure toutes les composantes de votre identité."

A quoi peut bien s'attendre le public? "J'ai la chance de pouvoir me balader dans plusieurs genres de musique, et j'ai une gamme assez large de plusieurs styles, si bien que ces catégories de musique, ça ne veut rien dire. Il suffit de dire que ça va être une soirée de musique originale. Je suis juste un gars qui a écrit quelques musiques originales, mais ne vous attendez pas à du jazz traditionnel, du rock'n'roll, ou R&B de ma part. Vous pouvez vous attendre à une musique originale jouée par deux musiciens très confiants et sensibles. Et oui, je vais apporter ma guitare."

David Sancious, the Record Collector, 358 Farnsworth Avenue, Bordentown. Saturday, December 5, 7:30 p.m. From Bruce Springsteen’s E Street Band. $15 in advance; $20 at the door. 609-324-0880 or www.the-record-collector.com.