Presse - TV - Radios


BERLIN (Reuters) - When Bruce Springsteen spoke out against the Berlin Wall at the biggest concert in East German history in 1988, no one in the crowd of 160,000 had the faintest idea that the symbol of the Cold War would soon be history.

But now -- 20 years after the American rock star went behind the Iron Curtain -- organizers, historians and people who witnessed it say his message came at a critical juncture in German history in the run-up to the Wall's collapse.
It was not the only show that summer with political fallout. In June, a concert for Nelson Mandela's 70th birthday in London was beamed to millions worldwide. Two years later he was freed from an apartheid jail and later elected South Africa president.
Such concerts for a cause remain part of the summer music calendar, even if their impact is diluted in the internet age.
Springsteen, an influential songwriter and singer whose lyrics are often about people struggling, got permission at long last to perform in East Berlin in 1988. Even though his songs are full of emotion and politics, East Germany had welcomed him as a "hero of the working class." The Communists may have unwittingly created an evening that did more to change East Germany than Woodstock did to the United States.
Annoyed at the billing "Concert for Nicaragua" that Communist East German leaders stamped on his July 19 performance, Springsteen stopped halfway through the three-hour show for a short speech -- in heavily accented German:
"I want to tell you I'm not here for or against any government," Springsteen said, as he pointedly introduced his rendition of the Bob Dylan ballad "Chimes of Freedom."
"I came to play rock 'n' roll for you East Berliners in the hope that one day all the barriers will be torn down."
The words fed the discontent building in East Germany and added to a restless mood in the country severed from the West after World War Two -- and especially in the city split by the Wall, built during the darkest hours of the Cold War in 1961.

TASTE OF FREEDOM

The East German organizer told Reuters hardline leaders only reluctantly endorsed the plan by the Communist party's FDJ youth group to let Springsteen in. It was an era of change sparked by the "perestroika" reforms of Soviet President Mikhail Gorbachev.
"It obviously wasn't easy and we had to fight hard to get permission but we eventually succeeded," Roland Claus, an ex-FDJ leader and now a member of parliament, said in an interview. East German hardliners were skeptical of Gorbachev.
"The higher-ups understood that rock music was international and if East Germany wanted to do something to improve the lot of young people, we'd have to try it," he said. "We were proud we got him and had great hopes it'd help modernize East Germany."
Instead, the open-air concert at a cycling arena only seemed to make East Germans long more for the freedoms that Springsteen sang and spoke about in a show also broadcast on TV and radio.
"We were interested in opening the country up," said Claus, 53. "No one thought the Wall would be gone a year later. Anyone in the East or West who said that would have been considered insane. It was a great concert with a special atmosphere."

AMERICANS IN BERLIN

Other Americans had spoken out against the Wall in Berlin.
But both presidents John F. Kennedy in 1963 ("Ich bin ein Berliner") and Ronald Reagan in 1987 ("Tear down this Wall") gave their addresses in West Berlin. Springsteen delivered his words in the heart of East Berlin, where Communist East Germany had long portrayed the United States as a decadent and belligerent "class enemy."
"Springsteen's concert and speech certainly contributed in a larger sense to the events leading up to the fall of the Wall," said Gerd Dietrich, a historian at Berlin's Humboldt University.
"It was a paradoxical situation. Before Springsteen, the FDJ had always cursed Western rock artists like Springsteen. And then all of a sudden they were welcoming him. It looked like they were caving in to the shifting values of young people."
Dietrich, 63, said Communist party hopes that a small taste of Springsteen might pacify youths backfired. There was even a positive advance review in the Neues Deutschland daily: "He attacks social wrongs and injustices in his homeland."
"But it didn't work out as planned," Dietrich said. "It made people eager for change. The organizers wanted to demonstrate their openness. But Springsteen aroused a greater interest in the West. It showed people how locked up they really were." Cherno Jobatey, now a well-known German TV anchorman, was another witness to the East Berlin Springsteen concert, writing about it as a young reporter for the West Germany weekly Die Zeit under a headline "Born in the DDR."
He wrote Springsteen had longed to put on a concert in East Berlin since he paid a visit there in 1981. Jobatey described a rowdy mood beforehand -- surprising in a country where security police clampdowns were usually quick and ruthless.
Jobatey, 42, reported the crowd erupted when Springsteen called for "the barriers" to be torn down. "There was thunderous applause from the crowd endorsing that proposal," he wrote.
Jobatey told Reuters recently it was hard to know if Springsteen had helped set in motion the chain of events leading to the Berlin Wall's fall 16 months later. But he said it was a magical evening just before the upheaval gained momentum.
"The music was great and he showed people a different experience, a different way life, a different world," Jobatey said. "There was an incredible vibe to it all. It was an amazing thing to experience in the middle of East Berlin."
He said the concert probably affected East Germany more thoroughly than the 1969 Woodstock Festival did America.
"People didn't want to leave when it was over," he said. "The police gave up after a while. I walked back across town for about two hours and everywhere everyone was happy and on a real high. But it didn't feel like a revolution, just yet anyhow."

COMMUNIST BOSSES GET SCARED

Claus, who organized the concert, acknowledged there was some chaos -- remarkable in a country with such an omniscient and oppressive security apparatus -- as 160,000 people arrived at a venue with a 120,000 capacity; 100,000 tickets were sold.
"We had to take down all the crush barriers, gates and fences to the concert because so many people showed up," he said. "We had to resort to the best instrument we had: anarchy."
After Springsteen there were many other Western artists eager to come despite modest fees -- Springsteen tickets were 20 East German marks (or about $1). "Word of the huge crowd and great enthusiasm in East Berlin spread," Claus said. "A lot of international stars wanted to come after that. I spent a lot of time working on plans for a U2 concert in East Berlin that we wanted to do in August 1989."
But the U2 concert never happened. By that point thousands of East Germans were streaming out of the country to the West, the final act that led to the Berlin Wall's opening on November 9.
"I was trying to organise a parallel East-West concert with U2 in East Berlin and Duran Duran in West Berlin," Claus said. "But I couldn't get approval anymore from the higher-ups. They were too afraid. There was so much turmoil by that point."


Souvenirs: comment Springsteen a fait bouger Berlin

BERLIN (Reuters) – Lorsque Bruce Springsteen s'est exprimé contre le mur de Berlin au plus grand concert de l'histoire est-allemande en 1988, personne parmi les 160 000 spectateurs n'avaient la moindre idée que ce symbole de la Guerre Froide serait bientôt de l'histoire ancienne.

Mais à présent – 20 ans après que le rocker américain soit passé de l'autre côté du Rideau de Fer – des organisateurs, des historiens et les personnes présentes racontent que son message est arrivé à un moment critique dans l'histoire allemande dans la dernière ligne droite menant à la chute du Mur.
Ce ne fut pas le seul concert cet été-là à avoir eu des retombées politiques. En juin, un concert pour le 70ème anniversaire de Nelson Mandela à Londres a été projeté dans le monde entier. Deux ans plus tard, il était libéré de prison et fut plus tard élu président d'Afrique du Sud.
Ces concerts dédiés à une cause font toujours partie du calendrier estival, même si leur impact s'est atténué avec l'ère Internet.
Springsteen, songwriter et chanteur influent dont les chansons traitent souvent de combats populaires, eu finalement la permission de se produire à Berlin-Est en 1988. Même si ses chansons sont chargées d'émotion et de politique, l'Allemagne de l'Est l'a accueilli comme un « hero of the working-class ». Les communistes ont peut-être généré sans le vouloir une soirée qui a provoqué plus de changement en Allemagne de l'Est que Woodstock aux USA.
Embarrassé par le titre « Concert for Nicaragua » que les dirigeants communistes est-allemands ont appliqué sur son concert du 19 juillet, Springsteen s'est interrompu à la moitié de son show de 3 heures pour un court discours – dans un Allemand maladroit:
« Je veux vous dire que je ne suis là ni pour ni contre un gouvernement, » dit Springsteen, tandis qu'il présente son interprétation pleine de sous-entendus de la ballade de Dylan « Chimes of Freedom ».
« Je suis venu jouer du rock'n'roll pour vous, citoyens de Berlin-Est, dans l'espoir qu'un jour toutes les barrières seront abattues. »
Ces mots ont nourri le mécontentement grandissant en Allemagne de l'Est et ajouté à une humeur agitée dans ce pays coupé de l'ouest après la Seconde Guerre Mondiale – et surtout dans cette ville scindée par le Mur, construit en 1961 durant les heures les plus sombres de la Guerre Froide.

UN GOÛT DE LIBERTE

L'organisateur est-allemand a raconté à Reuters que les dirigeants jusque-boutistes ont seulement approuvé à reculons ce projet de l'organisation des jeunes de la FDJ pour laisser Springsteen rentrer. C'était une période de changement déclenché par les réformes de la politique de « perestroïka » du président soviétique, Mikhail Gorbatchev.
« Ce n'était évidemment pas évident et nous avons du nous battre durement pour obtenir cette permission mais nous avons finalement réussi. », racontait Roland Claud, ancien dirigeant de la FDJ et maintenant membre du parlement. Les partisans est-allemands se montraient sceptiques vis-à-vis de Gorbatchev.
« Nos supérieurs comprenaient que le Rock était international et que si l'Allemagne de l'Est voulait faire quelque chose pour améliorer le sort de la jeunesse, nous devions essayer, » nous dit-il. « On était fiers de l'avoir eu et on avait de grands espoirs que cela aiderait à moderniser l'Allemagne de l'Est. »
Mieux, ce concert en plein air dans un vélodrome semblait seulement faire trépigner les Est-allemands plus pour les libertés que Springsteen chantait et dont il parlait dans un concert, concert qui fut aussi diffusé à la TV et à la radio.
« On s'intéressait à l'ouverture du pays », raconte Claus, 53 ans. « Personne ne pensait que le Mur ne serait plus l'année suivante. N'importe qui, de l'est ou l'ouest qui disait ça, était considéré comme fou. C'était un grand concert avec une ambiance très spéciale ».

DES AMERICAINS A BERLIN

D'autres Américains se sont exprimés contre le Mur de Berlin.
Mais les présidents, John F. Kennedy en 1963 (« Ich bin ein Berliner »1) et Ronald Reagan en 1987 (« Tear down this wall »2), ont donné leurs allocutions respectives à Berlin-Ouest.
Springsteen s'est exprimé au coeur même de Berlin-Est, là où l'Allemagne de l'Est a longtemps décrit les Etats-Unis comme un « class enemy » décadent et agressif. « Le concert de Springsteen et son discours ont certainement contribué aux évènements qui ont mené à la chute du Mur dans un sens plus large. », nous dit Gerd Dietrich, historien à l'université Humboldt de Berlin.
« C'est une situation paradoxale. Avant Springsteen, la FDJ avait toujours maudit les rock stars de l'ouest. Et tout à coup ils l'accueillaient. On aurait dit qu'ils cédaient aux valeurs changeantes de la jeunesse. »
Dietrich, 63 ans, raconte que le parti communiste espérait que cette petite apparition de Springsteen aurait pacifié les jeunesses mais cela eut l'effet inverse. Il y eut même une critique positive peu avant le concert dans le Neues Deutschland daily: « il attaque les injustices et les torts sociaux dans son pays natal. »
« Mais ça n'a pas marché comme prévu », rapporte Dietrich. « ça a rendu les gens désireux de changement. Les organisateurs ont voulu montrer leur ouverture d'esprit. Mais Springsteen a éveillé un plus grand intérêt pour l'ouest. Ça a montré aux gens combien ils étaient vraiment enfermés. »
Cherno Jobatey, maintenant célèbre présentateur de télé allemand, était un autre témoin du concert de Springsteen à Berlin-Est. Il était présent en la qualité de jeune reporter pour l'hebdomadaire ouest-allemand, Die Zeit, pour lequel il a rédigé un article intitulé « Born in the DDR ».
Il écrit que Springsteen désirait vraiment faire un concert à Berlin-Est puisqu'il y avait été en 1981. Jobatey y décrit une ambiance turbulente avant le show – étonnant dans un pays où les mesures de répression de la police sont habituellement promptes et impitoyables.
Jobatey, 42 ans, rapporta que la foule a rugi lorsque Springsteen demanda à ce que « les barrières » soient abattues. « Il y eu un tonnerre d'applaudissement de la part de la foule approuvant cette proposition », écrit-il.
Jobatey a récemment raconté à Reuters qu'il était difficile de savoir si Springsteen avait contribué à mettre en action cet enchaînement d'évènements qui a mené à la chute du mur de Berlin 16 mois plus tard. Mais c'était une soirée magique juste avant que les bouleversements politiques ne s'accélèrent.
« La musique était génial et il a montré aux gens une autre expérience, un style de vie différent, un monde différent », rappelle Jobatey. « C'était un électrochoc incroyable. C'était vraiment quelque chose d'être là au milieu de Berlin-Est. »
Il raconte que le concert a probablement affecté l'Allemagne de l'Est plus profondément que Woodstock l'Amérique.
« Les gens ne voulaient pas partir quand c'était terminé », dit-il. « Au bout d'un moment, la police a fini par abandonner. J'ai traversé la ville à pied pour rentrer chez moi en à peu près deux heures et partout tout le monde était heureux et sur un petit nuage. Mais ça ne ressemblait pas à une révolution, de quelque façon que ce soit alors ».

LES PATRONS COMMUNISTES PRENNENT PEUR

Claus, qui a organisé le concert, admet que ce fût un peu chaotique – fait remarquable dans un pays avec un appareil de sécurité si omniscient et si oppressant – alors que 160 000 personnes étaient présentes à un concert dont le lieu avait une capacité de 120 000 places et que 100 000 billets ont été vendus.
« Nous avons du abaisser les barrières de sécurité, les portillons et les clôtures au moment du concert parce que trop de gens sont venus », relate-t-il. « Nous avons été obligés à avoir recours à notre meilleure arme: l'anarchie. »
Après le passage de Springsteen, de nombreux autres artistes de l'ouest se sont montrés désireux de venir jouer malgré un modeste cachet – les tickets pour Springsteen se sont vendus au prix de 20 Marks est-allemands (à peu près 1$)
« La réputation d'une foule immense et d'un grand enthousiasme à Berlin-Est s'est alors répandu », raconte Claus. « Beaucoup de stars internationales voulaient venir après ça. J'ai passé pas mal de temps à essayer d'organiser un concert de U2 à Berlin-Est que nous voulions faire en août 1989. »
Le concert de U2 n'eut jamais lieu. A cette époque, des milliers d'Est-Allemands se faufilaient hors du pays direction l'ouest, acte final qui a mené à l'ouverture du mur de Berlin le 9 novembre.
« J'essayais d'organiser des concerts jumeaux est-ouest avec U2 à Berlin-Ouest et Duran Duran à Berlin-Est, » raconte Claus. « Mais je n'ai plus eu l'autorisation des supérieurs. Ils étaient trop effrayés. Il y avait tellement d'agitation à ce moment-là. »

Notes de la traduction:

1« Je suis un Berlinois »
2 « Abattez ce mur » (référence à Pink Floyd??)

Merci à Laure, Petrarchs girlfriend!