Presse - TV - Radios


With sing-alongs and signatures, tributes and telegrams, Amnesty International has perfected the concert-for-a-cause that matches rock's fervor and drawing power with a clear, insistent message. On its way around the world, the Human Rights Now Tour brought Bruce Springsteen, Sting, Peter Gabriel, Tracy Chapman and Youssou N'Dour (a superstar in Senegal and West Africa) to John F. Kennedy Stadium here on Monday.

They have performed for half a million people since the tour began Sept. 2 in London. It will go to Asia, Africa, Greece and South America, and the organizers have petitioned the Soviet Union for the opportunity to appear in Moscow. (Home Box Office will present highlights from the concerts Dec. 10, and there will be a live radio broadcast of the concert's final show on Oct. 15 in Buenos Aires.) The first of the tour's three United States shows - the others are Wednesday in Los Angeles and Friday, minus Sting, in Oakland - generated not just roars of applause from the crowd of 75,000 people but also more than 60,000 signatures on a petition to have the United Nations Universal Declaration of Human Rights adopted around the world; the General Assembly approved it on Dec. 10, 1948.

Telegrams (for which concertgoers paid $1 each) and petitions on behalf of individual political prisoners were also well subscribed. The tour's purpose is to raise awareness, not money; while concert tickets in North America and Europe have been priced at around $35, admission in Budapest and in Costa Rica, for instance, has been under $5. Reebok, the athletic-shoe manufacturer, is to make up the deficits.

The tour brings together four of the most earnest performers in English-speaking rock; Mr. N'Dour sings in French and Wolof, a Senegalese language. Yet Sting's pop charisma, Mr. Gabriel's theatricality, Mr. Springsteen's rock-and-roll exuberance and all the performers' guest spots in one another's sets gave the concert a vitality far beyond dutiful altruism. Each performer also had songs that directly addressed the declaration's concerns about the dignity of the individual, narrowing the division between entertainment and activism. Some of the concert's best moments - especially the stadium-wide sing-along on Mr. Gabriel's ''Biko,'' an elegy to the South African activist -were virtual reruns from Amnesty International's 1986 Conspiracy of Hope tour of the United States, but they were moving nonetheless.

Monday's concert began a few minutes early with an all-star version of the Wailers' ''Get Up, Stand Up'' and concluded, more than seven and a half hours later, with the same song. Joan Baez, who joined the tour for the United States concerts, sang a spiritual, ''Oh, Freedom,'' and tried to lead the crowd in John Lennon's ''Imagine,'' but the audience members were more concerned with getting to their seats.

Mr. N'Dour led his band in songs that mixed African and British-American rock, but in troubling proportions. Where he used to send his voice soaring above rolling, chattering Senegalese rhythms, he now tops Americanized, heavy-on-the-downbeat funk with bits of African percussion and melody, punctuating the rhythm with vocal phrases that barely hint at what he can do. He'd be better off singing English lyrics to the Senegalese rhythms and melodies that make him distinctive.

Accompanied only by her acoustic guitar, Tracy Chapman sang the hardest-hitting songs from her debut album - about poverty, brutality, riots, revolution. In a voice that seemed even deeper and more melancholy than it does on record, she held the audience rapt with ''Fast Car.'' But a new song, ''Freedom Now,'' was unmemorable on a first hearing.

Sting, with his brilliant jazz-funk band featuring Branford Marsalis on saxophone and Kenny Kirkland on keyboards, played the concert's best set - dance songs, ballads, pop songs, message songs, all in a smooth arc. He dedicated ''Set Them Free'' to Nelson Mandela and ''all the children in the jails of South Africa''; although the song's verses are about possessive lovers, the chorus connects with Amnesty International's work. Two ballads, ''Fragile'' and ''They Dance Alone'' (about ''disappeared'' prisoners in Chile), were pristine and touching; ''One World'' and ''Fortress Around Your Heart'' were jubilant. Mr. Springsteen joined Sting for ''Every Breath You Take,'' which at this concert seemed appropriate to Amnesty's role in monitoring human rights abuses.

Mr. Gabriel's set was darker and more ominous. With an internationalist band including an Indian violinist, L. Shankar, and Mr. N'Dour as guest vocalist, Mr. Gabriel started with a new instrumental, ''Of These, Hope,'' then turned to his catalogue, performing punchy, incisive versions of ''Shock the Monkey,'' ''Games Without Frontiers,'' ''Sledgehammer'' and an extended ''In Your Eyes'' that finally unleashed Mr. N'Dour's voice. The set's gentle peak came in ''Don't Give Up,'' when Ms. Chapman sang the title's advice with genuine warmth.

But the audience, with a large New Jersey contingent, had been awaiting Bruce Springsteen, who opened his set with a stomping version of ''Born in the U.S.A.'' that would have been a finale for any other performer. Avoiding songs from his current album, ''Tunnel of Love,'' Mr. Springsteen started out with bleak slices of life such as ''Cover Me'' and ''My Hometown,'' then moved into his hyper-romantic epics from the mid-1970's: ''Jungleland,'' ''Thunder Road'' and ''Born to Run.'' Sting joined him to sing the first verses of ''The River.''

Mr. Springsteen's voice and band were as muscular as his ballooning biceps; he threw his whole body into every note, even during harmonica solos. And just when he was verging on bombast, he'd shift to the humor of ''Cadillac Ranch'' or ''Glory Days.'' The audience sang just about every word with him. For the finale, the E Street Band accompanied all the headliners in Bob Dylan's ''Chimes of Freedom'' and a reprise of ''Get Up, Stand Up.'' With a minimum of rhetoric, the concert had made its point.

photo of Sting and Bruce Springsteen (Agence France-Presse)


Revue pop: Prise de conscience, pas d'argent

Avec des chansons à plusieurs et des signatures, des hommages et des télégrammes, Amnesty International a perfectionné le concert de charité qui correspond à la ferveur rock et à la puissance d'un message clair et insistant. Sur son parcours à travers le monde, le Human Rights Now Tour a amené Bruce Springsteen, Sting, Peter Gabriel, Tracy Chapman et Youssou N'Dour (une superstar a Sénégal et en Afrique de l'Ouest) à Stade John F. Kennedy ce lundi.

Ils ont joué devant un demi-million de personne depuis que la tournée a commencé le 2 septembre à Londre. Elle ira en Asie, en Afrique, en Grèce et en Amérique du Sud et les organisateurs ont lancé une pétition pour que l'Union Soviétique leur donne l'occasion d'apparaitre à Moscou. (Home Box Office présentera les grands moments de ces concerts le 10 décembre et il y aura un enregistrement radio pour le concert final du 15 octobre à Buenos Aires.). Le premier des 3 shows américains - les autres étant mercredi à Los Angeles et vendredi, sans Sting, à Oakland - n'a as généré simplement des rugissements d'applaudissement d'une foule de 75 000 personnes, mais aussi plus de 60 000 signatures sur une pétition visant à faire adopter sur toute la planète, la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme des Nations Unies, texte que l'Assemblée Générale avait approuvé le 10 décembre 1948.

Des télégrammes (pour lequel les spectateurs payaient 1 $ chacun) et des pétitions au nom de prisonniers politiques étaient également bien à souscrire. L'objectif de la tournée est de sensibiliser, et non de récolter de l'argent, tandis que les billets de concerts en Amérique du Nord et en Europe ont été au prix d'environ 35 $, l'entrée à Budapest et au Costa Rica, par exemple, était inférieure à 5 $. Le déficit est pris en charge par Reebok, le fabricant de chaussures de sport.

La tournée réunit 4 des meilleurs performers rock de langue anglaise; M. N'Dour chante en français et en wolof, une langue sénégalaise. Pourtant, le charisme pop de Sting, la théâtralité de M. Gabriel, l'exubérance rock-and-roll de M. Springsteen et toutes les apparitions des interprètes dans les parties de concert des autres ont donné au concert une vitalité bien au-delà d'altruisme dévoué. Chaque artiste a également eu des chansons qui ont directement abordé les préoccupations de la Déclaration de Droits de l'Homme sur la dignité de l'individu, diminuant l'écart entre le divertissement et l'activisme. Certains des meilleurs moments du concert - en particulier quand le stade tout entier chant "Biko", une élégie de M. Gabriel dédié au militant sud-africaine, étaient des rediffusions sur écran de la tournée "Amnesty International Conspiracy of Hope" de 1986 aux Etats-Unis, mais les gens se déplacent tout de même.

Le concert de lundi a commencé quelques minutes plus tôt par une version commune de "Get Up, Stand Up" des Wailers et s'est conclu, plus de sept heures et demie plus tard, avec la même chanson. Joan Baez qui s'est jointe à la tournée pour les concerts américains, a chanté un spiritual "Oh, Freedom" et a tenté de mener la foule vers "Imagine" de John Lennon mais le public était plus occupé à trouver son siège.

M. N'Dour a conduit son groupe vers des chansons qui mélange rock africain et anglo-américain, mais dans des proportions troublantes. Là où il avait l'habitude d'envoyer sa voix planante au dessus de roulement, bavardant avec des rythmes africains, il s'envole maintenant vers des mélodies américanisées, avec des rythmes de funk lourd et des bribes de percussions africaines, ponctuant le rythme avec des phrases vocales qui font à peine illusion sur ce qu'il peut faire. Il ferait mieux de chanter des paroles en anglais sur des rythmes sénégalais et des mélodies qui l'ont rendu disctinctif.

Uniquement accompagnée par sa guitare acoustique, Tracy Chapman a chanté les chansons les plus dures de son premier album - sur la prauvreté, la brutalité, les révoltes, la révolution. Avec une voix qui semble plus profonde et plus mélancolique que sur disque, elle a tenu le public ravi avec "Fast Car". Mais une nouvelle chanson, "Freedom Now", n'était pas mémorable à la première écoute.

Sting avec son brillant groupe jazz-funk dont Branford Marsalis au saxophone et Kenny Kirkland aux claviers, a donnée la meilleure partie du concert - chansons dance, pop, à texte, le tout dans un arc doux. Il a dédié "Set Them Free" à Nelson Mandela et "à tous les enfants des prisons d'Afrique du Sud"; bien que les couplets de la chansons soient sur des amoureux possessifs, le refrain se relie avec le travail d'Amnesty International. Deux ballades, "Fragile" et "They Dance Alone" (sur les prisonniers "disparus" du Chili), étaient immaculées et touchantes; "One World" et "Fortress Around Your Heart" étaient réjouissantes. M. Springsteen s'est joint à Sting sur "Every Breath You Take", qui à ce concert, semblait approprié au rôle d'Amnesty dans le suivi des violations de droits humain.

Le set de M.Gabriel était plus sombre et plus inquiétant. Avec un groupe aux multiples nationalités dont un violoniste indien L. Shankar, et M. N'Dour en tant que chanteur invité, M. Gabriel a commencé avec un nouvel instrumental, "Of These, Hope", puis il est revenu vers son répertoire, effectuant des versions punchy et incisives de "Shock the Monkey", "Games Without Frontiers", "Sledgehammer" et un "In Your Eyes" prolongé qui a finalement déclenché la voix de M. N'Dour. Le pic de douceur du set est venue avec "Don't Give Up", lorsque Mme Chapman a chanté le conseil du titre avec une chaleur authentique.

Mais le public, composé d'un contingent important du New Jersey, était dans l'attente de Bruce Springsteen, qui a ouvert son set avec une version au pas cadencé de "Born In The USA" qui aurait été le final de tout autre artiste. Evitant les chansons de son album actuel, "Tunnel of Love", M. Springsteen a commencé avec des tranches de sombres de la vie tels que "Cover Me" et "My Hometown", et s'est alors déplacé dans ses épopées hyper-romantiques du milieu des années 1970: "Jungleland,", "Thunder Road" et "Born to Run". Sting le rejoint pour chanter les premiers couplets de "The River".

La voix de M. Springsteen et son groupe ont été aussi musclés que ses biceps de montgolfière, il a jeté son corps tout entier dans chaque note, même pendant les solos d'harmonica. Et juste quand il était à la limite de l'emphase, il passait à l'humour avec "Cadillac Ranch" ou "Glory Days". Le public a chanté presque toutes les paroles avec lui. Pour le final, le E Street Band accompagna toutes les têtes d'affiche sur "Chimes of Freedom" de Bob Dylan et sur une reprise de "Get Up, Stand Up". Avec un minimum de rhétorique, le concert avait marqué son point.