Presse - TV - Radios


Interview done by the Australian Journalist Ian Meldrum in 1995

 

THE COMPLETE 1995 INTERVIEW TRANSCRIPT

 

“BY REQUEST” (to quote a phrase) - This the only known transcript of the complete interview of Bruce Springsteen by the Australian music journalist Ian Meldrum at Sony Studios in New York City on April 7, 1995. Ian broke every rule in the book in conducting this interview but Bruce quickly realized three important things-

 

1- Ian was knowledgeable

2- He was polite and

3- He obviously liked Bruce’s music.

 

What happened next was quite possibly the best interview Bruce has ever given. It has been –by far – the most requested interview/ article on this thread and so, sit back and read on!

 

Q- Well first of all, I’ve gotta congratulate you on the other night, here in this building, I guess, somewhere - to have a private concert for about 300-400 people. What was it like being back with the E Street Band?

 

A- It was great. We played a couple of gigs about a month ago in a little bar here in New York in the course of shooting the video and it was interesting because the imprint of all the music we have played together is actually right at your fingertips but you think you don’t remember but you count off the song and get into it and it just comes back. But it was really interesting because we haven’t had the experience of playing together for years and it’s such a complex group of people with our history together being so deep at this point. We were just kids when we started and now everyone has grown into men and women so there is this long emotional history and then the separation so there was a lot of things we were carrying around on stage. It still feels as if I am able to do something with that particular group of people that I am not able to do on my own. They broaden my musical perspective sometimes just by being there. So it’s about a lot of that history together. I will look over there and see the guy I was with when I was twenty and I knew him when he got divorced or had babies or had his problems. The music is really a map of our lives and being back on stage ne if the nicest things is that everyone really liked one another!

 

Q- It was really quite funny being in the audience because it was like watching a next door neighbour that you have seen growing up getting together and it was almost like peering through the window and seeing them have a good time again.

 

A- I think that demonstrates the importance of the band being a tangible bridge between my work and my audience. They were a physical manifestation of the community that that was all about and they brought my work in a very particular way and over the years the E Street Band became very deeply symbolic-and this feeling was partly intentional and it was probably also caused by the time we had spent together as the presence of the band became very important and symbolic for my audience and for me also. When we play together there is a certain world that does get created and I think that people do think like you have just expressed. The audience recognizes somebody up there and maybe they have a comparison with some experience in their own lives, maybe about the way you feel about this or that friend. The E Street band is the physical evidence of the community that I wrote about. Being musicians we travelled around a lot and we were young and away from our parents a lot and the community that I dreamed about in my songs are represented by the E Street band who broaden and explain the scope of my work.

 

Q- Even Patti seemed to be looking down like the mother very happy with the children that they were all getting along so fine.

 

A- Well, it’s just such a complicated situation and the people themselves are very unusual and complex people. Just take Patti and I- we’ve gone through so many changes since she got in the band. Originally she just got in the band as a singer and now here we are on stage and she is my wife and we now have kids together and in some way it makes a certain sort of sense. But the other night was different and everyone is older but it felt right. I look 10-15 years down the road and I just wish everyone would be so lucky as to have such a good group of friends around them. The separation has made everything very real again.

 

Q- It must make it stronger I would have thought.

 

A - Yes. In 1989, I had gotten into a place with the band that I just did not know what to do with them or myself. Some of us had spent, even then, twenty years together and I thought I ought to go out and see what happens next. So I called the guys and said that I wanted to go out and work with some other musicians. I said that I don’t really know what’s gonna happen next – who knows? It was tough and people went through a wide range of emotions about it but we stayed in touch over the years so the other night was pretty sweet.

 

Q- Over the years there have been many songs of yours that have touched the soul or the heart and the listener will have their own interpretation about what the song is about and what it may mean to them personally and for me, to see you perform ‘Streets of Philadelphia” brought tears to my eyes because it reminded me of friends and people I have known etc…I guess you wouldn’t have performed that many times on stage?

 

A- No, only once or twice but it’s a simple song to perform but a good one for the band to perform. When I sat down to think about writing for the band again it broadened my thoughts into writing into a more social area.

 

Q- To come up with just 18 tracks for the “Greatest Hits “ album must have been hard because I know how you agonize over what songs make it on albums.

 

A- Jon Landau will take the glory or the blame for that one! What we originally tried to do was a singles collection and with the exception of Thunder Road, everything else was a single but we still didn’t get everything on it. We never got “Blinded By the Light “on and we never had a single on the second album anyway.

 

Q- New York City Serenade is a great song.

 

A- Yeah but in those days my chances of getting on to commercial radio were next to none. So Jon wrote out a list of songs and with the exception of Prove It All Night, I think they all went on. But we knew that it would be a no win situation because everyone wants their favourites on. I wanted “Frankie” on it but it never happened. But I guess I wanted I record that young fans could go into the store and buy and get a taste of all the work that we have done over the past twenty years and learn a little bit about the band and get a feeling for some of the music without having to go back and get all the albums.

 

NOW- AT THIS TWELVE MINUTE MARK OF THE INTERVIEW, THIS SEEMED LIKE THE USUAL TIME TO WIND THINGS UP -BRUCE HAD COVERED THE REUNION AND HAD PROMOTED THE ALBUM….BELIEVE IT OR NOT, ABOUT 12 MINUTES OF TALK MIXED WITH FILM CLIPS CAN CREATE A ONE HR TV DOCUMENTARY….

 

-BUT AT THIS POINT MOLLY THREW HIS HAIL MARY……….

 

 

Q- I wonder if we could just look at the album track by track?

 

A- Sure

 

Q- The first track is of course, “Born To Run” from the 1975 album of the same name and over the years, so much has been written about this song and album that I guess that at times you must have hated recording that album?

 

A –Yeah, I was really young and insecure. One day I thought I was the greatest and the next day I thought I was worthless. My emotions were all over the place. Before I made “Greetings” I had never met anybody who had ever made an album so after that and after the Wild and the Innocent” which both only had very modest success, there was a lot of pressure on me during the Born To Run sessions. This wasn’t helped because I was trying to create something really special. I wasn’t a revolutionary like Bob Dylan or Elvis but I was synthesizing a lot of different elements and trying to pull together things that I wanted to get on my record along with the exhilaration of some of my own favourite rock and roll records. I wanted it to be physical but I wanted it to have some sort of intellect also and I was trying to get everything that I ever knew or heard of on to one record. I didn’t know if this was going be my last shot because I had a three album deal and this was my third album and I didn’t know if I would ever make another album again so I wanted to make that album really count. So in some way, when that album pushes you to go over the top that’s because of the desperation behind it.

 

 

Q- When you are writing do you take parts of different songs and combine them into a single song. Because “Born To Run” itself seemed to have parts of “the Violent Ones” in it.

 

A- Really? Who did that?

 

 

Q- You did.

 

A- Really? You’re kidding me! I don’t remember it but I would like to hear it because it’s a good title. But…..really was it on a bootleg?

 

Q- Yeah, a 1972-75 one and that song seemed to have parts of “Born To Run” on it.

 

A- Really? I don’t remember that I usually remember the titles….

 

Q- Or “Wild Angels” it was called at one time?

 

A- Yeah, probably it did metamorphose out of something else because for example, “Thunder Road” was twice as long at one point and I know there are bootlegs of that out there. Because at the time I was getting dogged with “the new Bob Dylan thing “and I was trying to create my own vision.

 

Q- You’re a great Dylan fan I’m sure?

 

A- Oh man, still am, still am.

 

 

Q- Is it true that when your Mom first heard Dylan she said, “He can’t sing! “

 

A- Yes. He was on the radio and it was an interesting moment because up to then she was a big rock ‘n roll fan, mostly 50s and early 60s and we would agree about almost everything but with Bob, that was a big difference. And I think that may have been the intent of his records because he sang in a way that was simply not allowed on the radio previously. Bob fundamentally changed the way that pop singers could sound and opened the airwaves to all different and more regional and unique voices. Its similar in way that “Smells like Teen Spirit” here in the States recently because all of a sudden you could have noisy guitars again. So both Dylan and Nirvana are both artists who changed the rules of the game. So Bob was something that Mom and I both disagreed about at the time and it was a good break for me because at that time I was struggling to sing at all.

 

Q- I heard you were going to throw the finished “Born To Run “ album out and do a live version of the album at The Bottom Line ?

 

A- Yeah. I don’t know what I was thinking. I was exhausted but the only thing I felt sure about was when we played it felt really true and I just didn’t really know how to make records at all. What was good about it though was that it made for very eccentric sounds. The “Born To Run” album doesn’t really sound like any other record I know of and I have never made another record that sounds like that. The funny thing is the record I was listening to at the time was Nils Lofgren’s first solo album and the way the drums sounded on that album was pretty influential as was the purity of the rock ’n roll he had on it. So we were struggling to record that album. We were struggling to play in time –we were struggling to be musicians and I had sat a much higher standard for what I was trying to do on that record than we did on the first two albums. I wanted “Born To Run” to sound a particular way and Jon Landau, who became my friend and my producer was very influential in streamlining the sounds. He had a very specific and austere sound that he thought the band could sound like. So it was very collaborative and I was very unsure about allowing anyone else’s influence on what I was doing because I was young and I thought that if I allowed someone to change it, that it might not be me anymore. So there was all kind of stress and pressure going on.

 

 

Q- There are two tracks from the Born to Run sessions on the Greatest Hits albums, the title track and Thunder Road and you were quoted as saying you wanted to make a great rock record.

 

A- Yeah –I wanted to make the greatest rock record that had ever been made. I had plenty or arrogance and ambition in that area. I was rolling the dice so I wanted to do something that was going to be definitive so I had my eyes set on a pretty big target.

 

 

Q- Was Thunder Road originally called “Glory Road”?

 

A- That title sounds familiar. That sounds right. Was that on another bootleg?

 

Q- No. Your original title was “Glory Land”.

 

A- The title of “Thunder Road” came from a Robert Mitchum movie that was very strange and eccentric that I think he put together himself. I think he produced it and he both sang and wrote the title song. It’s actually a very good picture about running moonshine in the southern United States in the 50’s. It’s a film noir and he is fantastic in it and his son is in too. He plays his brother. I was a big Mitchum fan and I wanted out band to sound like thunder; I wanted to feel that power but I ‘m not sure if that song started out as “Glory Road” or not but the title came out of the Mitchum picture.

 

 

Q- Did you try and sing like Roy Orbison on “Thunder Road”?

 

A- Yes. I was fanatically listening to Roy at the time and I wanted to sing a big throated vocal from deep in my chest. But there will never be a voice like his again.

 

 

Q- What was it like to sing together?

 

A- That was a huge thrill for me. He was one of my heroes for so long and he was a very sweet, thoughtful and generous man with me.

 

Q- Did the success of Born To Run frighten you?

 

A- Yes but of course, you pursue success at some level but we made the music we wanted to make and I made it uncompromisingly. I wanted my work to have an impact and I wanted to reach an audience. I believe in rock music as popular music in that something happens when good music reaches a large audience when, despite their differences, people find a common ground. All of my favourite Motown and Dylan and soul records were big hit records that you heard on the radio and they were music for the people; music for everybody. I wanted that kind of impact and I wanted to see where I would take it to but the first time it hits -you might not be ready for it. I always knew I wanted to be a musician but you can never be sure you are ever going to have that kind of success. It’s very destabilizing because all of a sudden there is a lot more people in your life and a dynamic occurs concerning something inherently personal that you no longer have control over. It has a life of its own and many wonderful things happen to you but some things you would rather do without. So at the beginning you try to find a balance which is a bit like the first time you step on to a surfboard; in six months or a year you will be ok but the first few months, you are up and down and all over the place. But at least I did have the E Street Band around me and we were a group of friends who had grown up in small towns but had never travelled out of the United States. So when I walked down the street and saw some big poster, the guys were a very stabilizing force. I should have probably jumped for joy but at the time I had not established myself and I was frightened of my music being co-opted in a way that wasn’t what it was meant to be about and this is a challenge for all new young bands when they take that first big step into the spotlight.

 

Q- You have always been a big Elvis fan. Was he an example of how not to control the fame?

 

A- Well, you worry that can’t even control yourself much less anything else! And even when it happened again in 1985 and I was 35, there were moments when I thought, “Ok, this is too much, now.” But you have the stories and the maps of the people who came before and they guide you whether it’d be Elvis, Dylan or even a one hit wonder.

 

Q- You have been quoted as saying that by the time of “Badlands” you understood your song writing better.

 

A- Well after I had the initial success, a lot of it was positive but some of it was controversial because the record company was laying it on hot ‘n heavy, and people were saying that I was just a creation of the record company. You wonder you are going to lose yourself and at the time you feel irreparably damaged, used and abused. Of course every artist feels that they are losing control of their work at some point but it does have a life of its own and then you are forced to react and how well you react becomes a big part of what your story is going to be.

Q- How did you parents react to your success following Born to Run and later Born In the USA?

 

A- My parents moved to California when I was 19 and I stayed in New Jersey and lived with the band. Until Born to Run, I didn’t really have the money to visit them or even phone that much. So there was a period when I was distant from my folks and I was trying to fashion myself and lead a very stripped down existence with an intense focus and my concern after the Born To Run record was – “Ok, what are you going to do now ? “ So I started to develop a more self-conscious philosophy about the type of music I wanted to make and who I wanted to write about and give voice to that was going to set the path for the rest of my career. I wanted my music to be about real issues and about real lives – exhilarating and entertaining –but grounded in what real people were experiencing every day. So that was the beginning of “Darkness” but then I went through some bad times and couldn’t record and had the law suit so a long period then happened when I was back in New Jersey, in the bars and writing my redemption music. Previously, I hadn’t really thought about my family life and my roots but after I had that initial success I grabbed on to those things for all they were worth because they were the values that I wanted my music to remain grounded in. So on Darkness, I started to very purposefully write about my family and my hometown and the limitations of real life.

 

Q-The River sessions were in 1979-1980 and you have said that the title track was a real breakthrough song for you?

 

 

A- Yes. I had been listening to a lot of country music but in particular, Hank Williams and his writing became very important to me because of the great writing. His imagery was so stark, dramatic and raw and I wanted to write about the classic American images. I had written about cars and there is great rock images in car songs associated with “girls “and “Saturday night” and I wanted to address those images in my own way. But I also wanted to include the country references and the sense of geography, location and place that the characters would grow out of. The difference between rock ‘n roll and country music is that rock ‘n roll is Saturday night but country music is Sunday morning when you are left with the consequences because freedom always has its consequences and the price you’re going to pay for it. So I wanted my music to have both the exhilaration of Saturday night but I wanted to address the truth that these things all have a price. I also wanted to write about Monday to Friday which is the work week where people spend so much of the time. So I wanted my work to address all of these things.

 

Q- There are two tracks from those sessions on the album. “The River” which is a great track and “Hungry Heart.”

 

A – “Hungry Heart” was going to be my great hit single. To me it was just like a Frankie Lyman song, something that you would hear popping out of the radio in the middle of summer, with the harmonies and the sounds sparkling in a certain way. As much as I was influenced by Elvis and Dylan there was also all of the garage bands and the one hit wonders. I loved that whole world of pop music and I initially wrote “Hungry Heart” for The Ramones. I met them in Asbury Park on a Friday night and they asked me to write them a single and I probably wouldn’t have written it for myself because it was too pop sounding. I went home and wrote it pretty quickly. So I played to Jon and he said. “No –you better keep that one!” As a kid I had followed the pop charts and it was fun to be part of that world.

 

 

Q- So it gave you a buzz to hear it on the radio.

 

A- Oh yeah, that’s one of the greatest things to hear something new you wrote come on the radio. To follow the pop charts when I was young was the most subversive part of life in a small time where nobody went anywhere and if they did they didn’t come back. There was no kids on television at the time except the most bizarrely sanitized versions of kids that you knew wasn’t real. But the radio kept pumping in music that was subversive that made you behave and think differently and made you want to be someone different. It filled you with a certain kind of vitality that can be positive but also dangerous to.

 

Q- A song that is still relevant today is “Out in The Street”.

 

A- That is a song that is the closest I have ever got to Beatles structures. With Born to Run, I was writing Orbison type songs that developed operatically in sections which were not repeated and where everything led up to a crescendo. But with Darkness I started to write more folk based songs which spoke with simple, direct and plain images.

 

Q- It is a great song.

 

A- To be truthful, when I wrote it I was trying to copy one of my all-time favourite songs, “Friday On My Mind” by the Easybeats. I have always loved that song. The structure on that is just incredible and it had that unbelievable exhilaration when they broke into the chorus. You know, its Friday and you are out of school or out of work and you’re just “Out there!” In my town, there was a particular place you drove to on Friday that was filled with teenagers and “Out In the Street” was my attempt at that writing about that image but with a Beatles type structure.

 

Q- After The River sessions we have “Atlantic City” from “Nebraska. That was an album recorded in your home?

 

A- I did that because I was tired of spending so much money in the studio where we spent such a lot of time making mistakes or recording things I never used. It got frustrating, so I said I am not going to go in until I know the songs are good. I got a new teak tape recorder and used two mikes and sat in my bedroom. Most of the tracks are one or two takes and the whole thing was done in three days. I mixed it on a Gibson beat box that taped two fast so I carried it around as a demo and took into the studio and tried to play it with the band but it didn’t work out. It was no good. So then I tried to re- record it solo in the studio which felt really weird because the better it sounded the worse it was. So I decided, well however it happened in my bedroom – that’s it!

 

Q- Sometimes demos do sound better.

 

A- Most of the time they really do. You leave certain things alone and that’s why I have made a lot of records in my house because it can capture that moment of creation when you are relying on your instincts and teaching yourself the songs based on the craft you have learned and it is often the most direct and most honest rendering of your work.

 

Q- What was the record company’s reaction when you took Nebraska in to them?

 

A- Well, it was kina weird in that I had just had a successful record and it had a hit which we had never had before. The Nebraska songs were meant to be the Born In the USA album. Originally there was just going to be that one album and the actual demo tape of Nebraska was so strange that it wouldn’t at first even transfer on to a record. So we thought we are going to have to put this out on just a cassette and were really ready to do that and finally after a long process, Charlie Plotkin found some old mastering equipment but it was really down to the wire. So I then brought it to the record company and I said “…this is it. This is my music right now.” And I have gotta salute the guys at my record company who were tremendous. They just said “Ok”. They were really supportive and I have been very fortunate in the support they have given me for almost my entire career. So I went back and worked on the “Born In the USA record. As I did that, the “Nebraska” album came out and it got a little airplay but not a lot but I expected that.

 

Q- Fans love the Nebraska album. It’s great that in performance that a song like “Atlantic City” stays simple.

 

A- With that song, I was again trying to write thematically. I was reading a lot of Flannery O’Connor and there were a couple of movies out at the time that had a certain tone that I liked. There was a movie by Terrence Mallick called “Badlands” with Martin Sheen and Sissy Spacek about the Charlie Starkweather killings. It was like the real “Natural Born Killers” and so minimalist pictures like this affected the tone of my music. Also at the time, the country was swinging to the right but when I sat down I didn’t have any particular political motivation in mind but I was interested in telling those stories.

 

Q- When you were talking earlier about Dylan and Nirvana, you very modestly left yourself out…..

 

A- Yes, it’s the great false modesty that I have perfected!

 

 

Q- Yes, but did you were aware that you were now indeed having an influence then?

 

A- I think the main thing was that I wanted to have an opportunity to influence and in 1985, I got the opportunity to travel around and shine a light on a lot of people who were doing great work within the audience’s home town and give a different vision of my country than was being provided by the people who were in power at the time. The earliest rock music had political implications but when I was young I never liked people preaching at me and for a while I didn’t think there was a place for it in my music. But I was trying deal with it thematically but I had a big audience at that time and I was able to provide an alternate vision that we were semi-successful at sometimes. (53.26)

 

Q- “Born In The USA” seems like another era for the band.

 

A- That was a time when we had a chance to be definitive and to mess with the rules of the game. Its something all artists would like to do. At that time, I knew I had written a powerful song, which I knew would communicate with my audience, but I didn’t know just how much. It was certainly one of the most challenging moments of my work life. What happened in 75 happened again in 85 but this time I was older and more able to deal with it in a saner fashion and it didn’t frighten me anywhere near as much - though I still felt I had be really on my toes.

 

Q- It must have been disorientating for a musician who wrote about American life to have politicians now refer to your work?

 

 

A- It was probably the only moment in my adult life that I wished I had stayed in school. Not as an alternate occupation but I wished I had more education and had, for example, studied history more closely. I was reading a lot of history in 1984-85 but when you set something that big lose, it has a life of its own. The party that was in power at the time had co-opted everything American as its own. If it was the flag –it belonged to the right. If it was mom’s apple pie, it was only baked by Republicans and everybody else was “the other”. You were outside and you didn’t even get a chance to spoil the party because you were not invited to it. So what I wanted to do with my music when I performed it was to claim my own flag and stake my own claim to those images that I felt were mine by birthright. I thought I could give some kind of alternative vision to what the country could be about but the whole thing was pretty jingoistic and it was a pretty intense time.

 

Q- As an outsider, not an American, it has always fascinated me to see Black Americans, Korean Americans, Hispanic Americans or whatever of how proud they are to be American when they hear the national anthem or the flag, more so than a lot of other countries have. It’s like “America-one for all…”

 

A- Actually, Australians do pretty well at that as well…

 

Q- Its fascinating how it all comes together and “Born In the USA” seemed to have that pride ….

 

A – Yes it did have that in it but maybe that is why some people misinterpreted some of it. But along with that there was that character’s pride and determination to be noticed and to claim a part of that for himself. Those issues are tricky…they are dynamite and they are constantly being abused by jingoistic flag waving and nationalism which is very, very destructive. There are so many grey areas in that whole subject where you can stumble and that was running through the country at the time and I was putting in my two cents worth to claim that feeling for myself because that’s how I felt and also because I had created a body of work based on characters who had been left out. In “Born In the USA”, the character is a Vietnam veteran who comes home and is so disillusioned and rightly so because the system has failed him. It’s the same in Australia because I met quite a few of the Vietnam Vets down there in ’85. So he comes home and he feels betrayed so he is now searching for some piece of America that he can lay claim to. He just wants to find one small spot of honest ground to restart his life on. That song is basically about survival and that guy now has to create some sort of country for himself now.

 

Q- That song was and is, a real breakthrough for so many guys…

 

A- I met some of those guys here in the States and the initial organization was the VFW – “the Veterans from Foreign wars” including the veterans from Korea, and these guys didn’t have a lot in common with a generation that had grown up while they were away or in training. They took a lot of shit, people calling them “losers’ and I met this guy called Bobby Muller who said that the Vietnam Veterans needed an organization of their own and he was in the process of setting up an organization called “Vietnam Veterans for America”. Bobby came to one of the shows and asked if I would help get the ball rolling. I also met by accident, Ron Kovic who wrote “Born On the 4th of July”. I was in a little hotel in California and this guy was sitting by the side of the pool and it was him and I told him I had just read his book. But with that song, I was always afraid of getting it wrong. I was an outsider and I didn’t know anything about what was a profound shaping experience for anyone who went through it, so I was very concerned with trying to get it right.

 

Q- Track 7 is “Dancing In the Dark” and I’ve gotta tell you, the video had me fooled for a long time.

 

A- Me too!

 

Q- It was a great song and a very clever video.

 

A- I don’t know how clever it was. I showed up and it happened but I don’t know how. Except for “Atlantic City” that was our first video and I want dragging and screaming into the video experience. I didn’t really want to do it but it had become part of the job at the time. It was a funny song because we had done the whole of the “Born in the USA” record and Jon Landau said “We don’t have a hit”. I replied, “Well, I don’t care if we don’t have a hit. If you want a hit, you write it.” But I sat around that night and wrote it and again it was the idea of having a big radio hit and yet it was one of the most personal songs on the album because I was actually writing about me and how I was feeling at the time. It was a record that later on I said, “I don’t know about that one –it’s just too pop. I’m not so sure…” But we played it and it did sound pretty good and Jon and I had one of our yearly pop v rock arguments around it.

 

Q- It also set the theme for the 1984-85 tour because it attracted a new audience.

 

A- Yes –that it did because there were people who had never heard our other music who I had never seen before.

 

Q- Well, you also see it in the sense of a combining of the new and old Bruce Springsteen audiences.

 

A- And they left straight after that to! But it was pretty different because all of a sudden I saw a lot of really young kids and a whole lot of different kinds of people which I liked because I had been playing for 15 years or so and all of a sudden I saw old fans with kids on their shoulders. I always wanted our band to be a vessel that would help our audience understand their community and some of the things in their lives but I also wanted it to be a party and entertainment and I think a lot of people came out for the whole thing.

 

Q- I think it achieved both and with Dancing in the Dark, Born In the USA and My Hometown, you dealt with all of those themes which combined to make it a great record –not to mention a huge selling album. Glory Days is another great track.

 

A- That was me meeting a guy as I used to go to school with as I was going into a bar and he was coming out. We both said “Hey –how you’re doing? And we went back in and sat down and the song basically happened. It was easy to write –it just came flying out.

 

Q- Is it true that you wrote a verse about your Dad in Glory Days which you later did not use?

 

A- No I only remember those three verses but you know more than me so maybe!

 

 

Q- I love the “Tunnel of Love “album. Tell me about “Brilliant Disguise”?

 

A- After 1985, I needed to take stock and see where I had been successful and also where I had failed. I needed to regroup and re-introduce myself to the fans as a songwriter but at the same time there were a lot of issues in my own life that I had not sorted out and I wanted to write about men and women which was a subject I had not really written about very much. I also thought that a lot of that stuff had not really been written about in pop music that much. Most of it was very romantic but Bob’s romantic music was always very complex and fundamentally adult because he came out of the folk tradition. I also wanted to write very adult love songs about things which dealt with the real compromises and issues which are involved when you have a real relationship with somebody. I originally wrote it in a couple weeks in my garage.

 

Q- Originally, I think you went to LA?

 

A- No- I wrote a series of songs in my little house in the hills in LA in the winter immediately after the Born in the USA tour. Those songs have never seen the light of day and are still sitting around. This record really started when I went back and set up in my garage in Jersey and I recorded it there.

 

Q- We move on to the Human Touch sessions in 1990-91. These songs were recorded when your children were born?

 

 

A- Yeah. After the Tunnel of Love tour I was going through all of my personal problems and I took a lot of time off to find out exactly what I was doing with myself. I had had a lot of success with my work but I was a mess and totally confused otherwise. So I took a year off and then started to record when I finally felt like I wanted to start working again. But the whole period was really a hiatus where I was trying to centre myself and create a life that I had never had off stage. I wanted a life that would work and was meaningful.

 

Q- Roy was around on that?

 

A- Yes- he came up with “Roll of The Dice “but I had recorded a few things before that.

 

Q- David Sancious came back as well?

 

A- Yes –he played on a few things and this was an opportunity that I wanted. I had the exhilaration of working with different musicians and Davy was around and he was always a great player so he came in and played a little bit. So we just chipped away on it until we came up with something that we felt was releasable.

 

Q- And then came “Lucky Town”

 

A- Well I was trying to write one last song for “Human Touch” but out came “Living Proof” and it sounded completely different to me. And then in two weeks I wrote the rest of those songs. What happened on “Human Touch” was that we had a very controlled recording process and it was very much a “studio record”. By the end of it, I wasn’t sure about some of it and the “Lucky Town “record was a reaction to it. I just went over to my house, set up my acoustic guitar and that record developed literally in a month after we finished the “Human touch” record. So we ended up with two records.

 

Q- I caught a concert you did on that tour in Paris. A fantastic show- did you enjoy that first tour without the E Street Band?

 

 

A- Yes, I did enjoy it, particular the European tour. The musicians were not only great players but they were very nice people who came from very different backgrounds. Zac was rock, Shayne was R&B, one woman was a gospel singer another was a pop singer. Bobby King was a soul singer. Tommy Sims was from funk –so you had all of these different types of people all in one place. We would get on the bus and switch the beat-box around and everybody would play the type of music they grew up with, so you were exposed to all different types of music which was a very stimulating type of thing. And this was what I was looking for. The E Street Band fellows and I all have relatively the same musical background and that’s what made that strong but I wanted to do something where people came from different places musically and geographically and see how that worked together.

 

Q- You once did 32 songs in Sydney …. (March 28, 1985)

 

A- Maybe it was too long?

 

Q- No it was great but you played in stinking hot weather in Paris in 1993 for almost as long.

 

A- I like it when it is hot. It greases the wheels and everybody gets hot and sticky and start smashing together and the sweats flying. To me that’s what it was all about. I used to love the to see the great soul performers sweat it out ! My music was never a cool thing. It was never coming from a cool place. But in a long show, you learn how to conserve your energy.

 

Q- “Streets of Philadelphia” is up next from a great film.

 

A- I recorded it in my house in Jersey. Jonathan Demme wanted a rock song but I had seen the part of the film that the song was to be played over and this was going to introduce the character before the film actually began so a ballad felt right to me.

 

Q- We have discussed “Born to Run” and how its success had frightened you….(81.42)

 

A- Yes but it can be a wonderful experience also watching the impact that your work has on people lives. At the end it is a good deal but it can be a strange ride.

Q- Secret Garden is a beautiful song.

 

A- It’s a song about relationship and it was meant to connect back to a song like “Brilliant Disguise”. When any two people get to know each other, it involves letting down your defences and that can be frightening. .

 

 

Q- And “This Hard Land”

 

A- It’s about those themes I discussed earlier when we were talking about “Born in the USA” which is when I wrote it. It’s about someone trying to find a place –trying to build his life but it’s also about friendship – just as “Blood Brothers” is really a song about my friendship with The E Street band. ……….Look –we better go soon or you’ll be lynched by these women over there. (points behind)

 

Let me interview you, what would you have put on this album?

 

 

Q- Maybe something from the first two albums but I can see why you didn’t. Anyway, thanks for keeping your integrity and get back in the studio!

 

A- I will. Shit this has been a work out!

 


Entretien, de 1995, avec le journaliste musical australien Ian Meldrum.

 

Ci-dessous une transcription complète de cette interview.

 

« A la demande générale ». Ceci est la seule transcription intégrale connue de l’entretien du 7 avril 1995 dans les Studios Sony à New York entre le journaliste musical australien Ian Meldrum et Bruce Springsteen. Ian n’a pas mené cet entretien dans les règles de l’art mais Bruce réalisa rapidement 3 choses importantes.

 

1-     Ian connaissait son sujet.

2-     Il était poli.

3-     Et apparemment il aimait la musique de Bruce.

 

Ce qui suit est surement la meilleure interview de Bruce Springsteen. C’est-et de loin- l’entretien / l’article le plus demandé sur ce forum de discussion alors asseyez-vous et lisez !

 

I .Meldrum : - Tout d’abord je dois vous féliciter pour l’autre nuit, ici quelque part dans ce bâtiment, vous avez fait un concert privé pour 300-400 personnes. Comment c’était de se retrouver avec  l’E Street Band ?

B. Springsteen : - C’était génial. Il y a environ un mois nous avons joué 2 /3 morceaux ensemble dans un petit bar ici à New York pour le tournage d’une vidéo et c’était intéressant car l’empreinte de toute la musique que nous avons jouée ensemble est littéralement au bout de nos doigts, on croit qu’on ne se souvient pas mais au fur et à mesure de la chanson on s’en imprègne et ça revient. C’était vraiment intéressant car nous n’avions pas joué ensemble depuis des années et nous sommes un groupe de personnes assez complexes, avec une histoire commune tellement profonde à ce stade de nos vies. Nous étions des gamins quand nous avons commencé et maintenant nous avons grandi, nous sommes devenus adultes, nous avons une longue histoire commune pleine d’émotions et ensuite la séparation alors nous portons tout ça avec nous sur scène.  Avec ce groupe, J’ai l’impression que je suis capable de faire des choses que je suis incapable de faire tout seul. Ils élargissent ma perspective musicale parfois simplement par leur simple présence. C’est surtout grâce à notre histoire tout ça. Sur scène je regarde ce type avec qui j’étais quand j’avais 20 ans, j’ai vécu son divorce, la naissance de ses enfants ou quand il a vécu des moments difficiles. La musique est comme une carte de nos vies et  être de retour sur scène est une très bonne chose et on voit que l’on s’apprécie vraiment !

 

I .Meldrum : - C’était vraiment marrant d’être dans le public, c’était comme voir des voisins que vous avez vu grandir se retrouver, c’était comme si on les espionnait  à travers la fenêtre pour les voir se retrouver et passer de nouveau du bon temps ensemble.

B. Springsteen : - Je pense que cela démontre l’importance du groupe qui fait office de pont entre mon travail et mon public. Ils personnifient ce sentiment de communauté, ils influencent mon travail d’une manière très particulière et les années passant l’E Street Band devient profondément symbolique de manière intentionnelle mais aussi  grâce à tout ce temps passé ensemble, leur présence devint très importante et symbolique pour mon public et pour moi aussi. Lorsque l’on joue ensemble on crée un monde à nous et je pense que les gens pensent la même chose que vous. Le public nous reconnait sur scène et on doit surement leur rappeler un moment de leur propre vie, une idée ou un ami. L’E Street Band est la preuve physique de la communauté décrite dans mes chansons.

En tant que musiciens nous voyagions beaucoup, nous étions jeunes et souvent loin de nos parents et la communauté dont je rêvais dans mes chansons est représentée par l’E Street Band qui élargit et éclaircit la portée de mon travail.

 

I .Meldrum : - Même Patti avait l’air joyeux telle une mère heureuse de voir que ses enfants s’entendent si bien. 

B. Springsteen : - C’est quand même une situation compliquée avec des personnes rares et complexes. Prenez Patti et moi par exemple, nous avons vécu pas mal de changement depuis son arrivée dans le groupe. Au départ elle est arrivée en tant que chanteuse et maintenant nous sommes sur scène et c’est ma femme, nous avons des enfants ensemble et d’une certaine manière cela a du sens. L’autre soir c’était différent, nous sommes tous plus vieux mais c’était un bon moment. Quand je pense aux 10-15 dernières années,  je souhaite que tout le monde puisse avoir la même chance que moi d’avoir un aussi bon groupe d’amis. La séparation a rendu tout ça de nouveau très réel.

 

I .Meldrum : - Cela a dû renforcer vos liens je suppose.

B. Springsteen : - Oui, en 1989 je ne savais plus trop quoi faire avec le groupe ou avec moi-même.

Certains d’entre nous venaient de passer 20 ans ensemble et j’ai pensé que je devais sortir de tout ça et voir ce qui se passerait. J’ai donc appelé les gars et je leur ai dit que je voulais quitter le groupe et travailler avec d’autres musiciens. Je leur ai dit que je ne savais pas ce qui allait se passer- Qui sait ? C’était un moment difficile, chargé d’émotions diverses et variées mais nous avons toujours gardé le contact pendant ces années alors l’autre soir c’était plutôt sympa.

 

I .Meldrum : - Au fil du temps il y a eu pas mal de vos chansons qui ont touchées profondément les gens, chacun ayant une interprétation personnelle sur la signification de telle ou telle chanson par rapport à sa propre vie. Pour moi vous voir  jouer «Streets of Philadelphia» sur scène me faisait pleurer parce que cela me rappelait des amis et des connaissances …Je crois que vous ne l’avez pas jouée souvent sur scène ?

B. Springsteen : - Oui effectivement seulement une ou deux fois, c’est une chanson simple à jouer mais une bonne chanson à jouer pour le groupe. Quand j’écris pour le groupe cela élargit mes idées vers une écriture avec une dimension un peu plus sociale.

 

I .Meldrum : - Cela a dû être difficile de choisir 18 titres pour le Best off (« Greatest hits ») car je sais que c’est une torture pour vous de choisir quelle chanson fera partie d’un album.

B. Springsteen : -Pour celui-là c’est à Jon Landau qu’il faut se plaindre ou féliciter ! Au départ nous voulions juste mettre des singles ce qui est le cas à part pour «Thunder Roard» mais nous ne pouvions pas tout mettre,  nous n’avons pas mis «Blinded by the Light» et de toute façon sur le second disque nous n’avons pas mis de single.

 

I .Meldrum : «New York City Serenade» est une chanson magnifique.

B. Springsteen : Oui mais à cette époque j’avais peu de chance d’être diffusé sur les radios commerciales, alors Jon a écrit une liste de chanson et je crois qu’à l’exception de «Prove it all night» elles sont toutes passées sur les ondes. Nous savions de toute façon que quoique nous fassions nous ne pouvions pas satisfaire tout le monde, tout le monde voulait ses chansons favorites. Je voulais «Frankie» mais ça ne s’est pas fait. Je  voulais faire un album pour les jeunes fans, pour leur donner une idée de notre travail et du groupe sur ces vingt dernières années  sans avoir à se procurer tous les albums.

 

I .Meldrum : Je me demandais si nous pouvions passer en revue l’album titre par titre ?

B. Springsteen : - Oui bien sûr.

 

I .Meldrum : - Le premier titre est bien sûr «Born to run» de l’album éponyme de 1975, on a écrit tellement de choses sur cette chanson et cet album au fil du temps que je me demande si vous n’avez pas à certains moments détesté l’avoir enregistré?

B. Springsteen : - Oui j’étais très jeune et pas sur de moi à l’époque. Un jour je pensais que j’étais génial et le jour suivant je me trouvais nul. J’étais très émotif. Avant de faire «Greetings » je n’avais jamais rencontré quelqu’un qui avait déjà enregistré un album, alors après «Greetings » et «The Wild and the Innocent» qui n’ont pas eu beaucoup de succès, on m’a mis la pression lors des séances d’enregistrement de «Born to Run», ça ne m’a pas aidé car j’essayais de créer quelque chose de vraiment spécial. Je n’étais pas un révolutionnaire comme Bob Dylan ou Elvis mais je voulais combiner différents éléments, sur cet album, avec l’euphorie que l’on trouve sur mes morceaux préférés de Rock and Roll. Je voulais que ce soit à la fois un album physique mais aussi avec une part d’intellect, je voulais qu’on y trouve tout ce que je connaissais ou tout ce que j’avais entendu auparavant. Je ne savais pas si ça allait être mon dernier album ou pas, en fait j’avais un contrat pour faire 3 albums et celui-ci c’était le troisième et peut être  le dernier alors je voulais qu’il compte. En fait je pense que je suis allé au-delà de mes limites sur cet album parce qu’il y avait tout ce désespoir en toile de fond.

 

I .Meldrum : - Quand vous écrivez, est-ce que vous prenez des bouts de plusieurs chansons et les mélanger pour en faire une seule ? Parce que «Born to Run» semble avoir des bouts de «Violent Ones»?

B. Springsteen : - Vraiment ? Qui a fait ça ?

 

I .Meldrum : - Vous.

B. Springsteen : - Vraiment?  Vous plaisantez ? J’aimerais bien l’entendre parce que c’est un bon morceau. Non mais vraiment ? C’était sur un Bootleg ?

I .Meldrum : Oui sur un bootleg  de 1972-75 et cette chanson avait des paragraphes de «Born to run» dedans.

B. Springsteen : - Vraiment, je ne m’en souviens pas, généralement je me souviens bien des titres …

I .Meldrum : - Je crois qu’à un moment donné le titre était «Wild Angels» ?

R : - Oui cela a du se transformer, «Thunder Road» par exemple à un moment donné était 2 fois plus longue et je sais qu’il a des bootlegs de cette version qui trainent. A l’époque j’étais obnubilé  par le style «Bob Dylan » et je voulais créer mon propre style.

I .Meldrum : - Je suis sûr que vous êtes un grand fan de Bob Dylan !

B. Springsteen : - Oh que oui, je le suis toujours.

 

I .Meldrum : - C’est vrai que lorsque votre mère a entendu Dylan pour la première fois, elle a dit :

«Il ne sait pas chanter !» ?

B. Springsteen : - Oui.  C’était  un moment intéressant car ma mère était une grande fan du Rock and Roll des années 50 début 60 et nous étions d’accord sur pas mal de choses sauf Bob Dylan, c’était une grande différence. Je pense que son but était de chanter d’une manière qui était interdite avant sur les radios. Bob a fondamentalement changé la manière de chanter, il a ouvert les ondes à des voix différentes, plus locales et uniques. Cela ressemble un peu à ce qui s’est passé ici récemment aux Etats-Unis avec l’album de Nirvana «Smells  like Teen Spirit», tout à coup on entendait de nouveau des guitares bruyantes. Bob Dylan et Nirvana ont changé les règles du jeu. Ma mère et moi étions donc en désaccord sur Bob Dylan et c’était une rupture bénéfique pour moi car à ce moment-là je luttais pour pouvoir chanter.

 

I .Meldrum : - J’ai entendu dire que juste avant de terminer «Born to Run» vous avez fait une version live de l’album enregistré dans la salle de spectacle «The Bottom Line» ?

B. Springsteen : - Oui. Je ne sais pas ce qui m’est passé par la tête. J’étais éreinté mais la seule chose dont j’étais sure c’est qu’une fois sur scène tout semblait vraiment réel, je ne savais pas comment faire des disques à l’époque. Ce qui est bien sur cet album c’est tous ces sons originaux. Le son de «Born to Run» n’est comparable à aucun autre album que je connaisse et je n’ai pas fait d’autre album avec ce même son. C’est marrant parce que pendant cette période j’écoutais beaucoup le premier album solo de Nils Lofgren et le style de la batterie sur cet album m’a pas mal influencé, pour moi cela représentait la pureté du Rock and Roll. Nous luttions pour jouer à l’heure, nous luttions pour être musiciens et j’avais beaucoup plus d’exigences pour cet album que pour les 2 premiers. Je voulais que «Born to Run» ait un son particulier et Jon Landau, qui devint mon ami et mon producteur  a eu une très grande influence sur ce point. Il avait une vision bien précise et stricte du son que le groupe devait avoir. Ce fut un travail d’équipe pourtant je ne voulais pas trop que l’on influence mon travail parce que j’étais jeune et je pensais que si j’autorisais quelqu’un à le modifier cela ne serait désormais  plus moi. Il y avait donc pas mal de stress et de pression.

 

I .Meldrum : - Il y a deux titres de «Born to run» dans le best off, «Born to run» et «Thunder road», vous  avez dit vouloir faire un grand album de rock.

B. Springsteen : - Oui je voulais faire le meilleur album de Rock de tous les temps.  J’étais très arrogant et ambitieux. C’était un coup de poker, je voulais que cet album soit décisif, mon objectif était donc très élevé.

 

I .Meldrum : - Est-ce que qu’à l’origine «Thunder Road» s’appelait «Glory Road» ?

B. Springsteen : - Ce titre me semble familier,  je pense que oui. C’était sur un autre Bootleg ?

 

I .Meldrum : - Non le titre initial était «Glory Land».

B. Springsteen : - Le titre «Thunder Road » vient d’un film de Robert Mitchum, c’est un film très personnel car il l’a réalisé et il joue dedans. Je  crois qu’il l’a produit lui-même, il a écrit et chanté la chanson du film. C’est un très bon film, il y incarne un gérant d’une affaire de contrebande d’alcool dans le sud des Etats-Unis dans les années  50 .C’est un film noir, il est fantastique dedans, son fils est également dedans, il  joue le rôle de son frère. J’étais fan de Mitchum et je voulais que notre groupe résonne comme le tonnerre, je voulais sentir cette puissance, je ne me souviens plus si le titre initial était «Glory Road» ou pas mais le titre vient du film de Robert Mitchum.

 

I .Meldrum : - Avez-vous essayé de chanter comme Roy Orbison sur «Thunder Road» ?

B. Springsteen : - Oui. A l’époque j’écoutais fanatiquement Roy, je voulais chanter avec une grosse voix rauque, venant du plus profond de ma poitrine. Mais il n’y aura jamais d’autre voix comme la sienne.

 

I .Meldrum : - Comment c’était de chanter avec lui ?

B. Springsteen : - Ce fut un grand moment d’émotion pour moi.  C’était un de mes héros pendant tellement longtemps, il était gentil, attentionné et généreux avec moi.

 

I .Meldrum : - Avez-vous été effrayé par le succès de  «Born to Run»?

B. Springsteen : - Oui, bien sûr nous cherchions le succès mais surtout nous avons fait la musique que nous voulions faire et je l’ai faite sans compromis. Je voulais que mon travail ait un impact et qu’il touche le public. Pour moi le Rock est une musique populaire, quand c’est une bonne musique elle touche un large public qui trouve un terrain d’entente  malgré ses différences. Toute la musique que j’aime que ce soit de la Motown, Bob Dylan ou la Soul étaient des grands tubes qu’on entendait à la radio, c’était de la musique populaire pour tout le monde. Je voulais avoir le même impact, je voulais voir ce que j’aurais fait si j’avais un tel succès mais la première fois que ça arrive on n’est pas forcément prêt. J’ai  toujours su que je voulais être musicien mais on ne peut pas être sûr d’avoir du succès. C’est très déstabilisant car tout à coup il y a beaucoup plus de monde dans votre vie,  il y a toute une dynamique qui se met en marche et vous perdez le contrôle sur des choses par nature personnelles. Le succès prend littéralement vie, plein de choses merveilleuses vous arrivent mais aussi des choses dont vous vous seriez bien passées. Alors au début on tâtonne un peu, on cherche l’équilibre, c’est comparable à une première fois sur un surf au bout de 6 mois, un an c’est bon mais les premiers mois on ne tient pas debout. Heureusement j’avais l’E Street Band autour de moi, nous étions un groupe d’amis qui avait grandi dans des petites villes et qui n'avait jamais voyagé en dehors des Etats-Unis. Alors lorsque je me promenais dans la rue et que je voyais une grosse affiche, le groupe me permettait de garder les pieds sur terre. J’aurais peut-être du exprimer ma joie à l’époque mais je n’avais pas encore fait ma place et j’avais peur que ma musique soit prise pour ce qu’elle n’était pas, c’est un vrai défi pour les nouveaux groupes qui font leurs premiers pas sous les feux des  projecteurs.

 

I .Meldrum : Vous avez toujours été un grand fan d’Elvis. Etait-il l’exemple à ne pas suivre concernant le contrôle de la célébrité ?

B. Springsteen : - Et bien on s’inquiète surtout que cela ne nous contrôle pas personnellement ! Quand c’est arrivé de nouveau en 1985, j’avais 35 ans, il y eu des moments où je me disais que c’était trop. L’expérience et les histoires des gens ayant vécu la même chose nous guident, que ce soit Elvis, Dylan ou même un chanteur n’ayant fait qu’un tube.

 

I .Meldrum : - Vous avez dit qu’au moment où vous avez fait «Badlands» vous compreniez mieux votre travail de compositeur.

B. Springsteen : - Mon succès était une bonne chose bien sûr mais il engendra  aussi une polémique, la maison de disques était très impliquée et on disait que j’étais juste une création de la maison de disques. Je me sentais perdu et irrémédiablement abîmé, utilisé et abusé. Il est évident que chaque artiste sent à un moment donné qu’il perd le contrôle de son œuvre qui littéralement vit sa vie et la manière dont on réagit face à cela conditionne la suite des évènements.

 

I .Meldrum : - Comment ont réagi vos parents face au succès de «Born to Run» et ensuite à celui de «Born in the USA» ?

B. Springsteen : - Mes parents ont déménagé en Californie quand j’avais 19 ans, je suis resté dans le New Jersey et je vivais avec le groupe.  Jusqu’à l’album «Born to Run» je n’avais pas vraiment les moyens d’aller les voir ou même de les appeler. Il y eu donc une période où j’étais coupé de ma famille, j’essayais de me construire  et ma vie était centrée sur mon objectif, après le succès de «Born to Run» ma préoccupation était de savoir ce que j’allais faire ensuite. J’ai donc commencé à avoir une approche plus réfléchie sur le type de musique que je voulais faire, sur qui je voulais écrire et à qui je voulais donner la parole cela a tracé le chemin du reste de ma carrière. Je voulais que ma musique parle des vrais problèmes de la vraie vie,  qu’elle soit exaltante et divertissante mais ancrée dans la vie quotidienne des vraies personnes. C’était donc le début de l’album «Darkness», j’ai connu une mauvaise passe à ce moment-là et pendant longtemps  je ne pouvais pas enregistrer à cause du procès (contre son ancien producteur Mike Appel ) , je suis donc retourné dans le New Jersey, dans les bars pour écrire ma musique rédemptrice. Avant mon succès je n’avais jamais réellement pensé à ma vie de famille et mes racines mais après je m’y suis raccroché parce que c’était les valeurs dans lesquelles je voulais ancrer ma musique. Sur «Darkness» j’ai donc écrit sur ma famille, ma ville natale et les limites de la vie.

 

I .Meldrum : Les séances d’enregistrement de « The River » ont eu lieu en 1979-1980, vous avez dit que la chanson titre était vraiment capitale pour vous ?

 

B. Springsteen : - Oui. J’ai écouté pas mal de musique Country  notamment Hank Williams, c’était un grand auteur et son écriture était importante pour moi.  Les images de ses textes étaient dures, dramatiques et sans fioriture, je voulais écrire sur la culture et les images de l’Amérique.

J’avais écrit sur les voitures et le rock va bien avec les chansons de voiture, de «fille » et de «Samedi soir», je voulais aborder ces images à ma manière. Je voulais aussi inclure des références à la Country en mentionnant l’importance de la géographie et des lieux dans lesquels grandissent les protagonistes. La différence entre le Rock et la Country c’est que le Rock représente l’image du  «Samedi soir» et la Country le «Dimanche matin» quand on doit faire face aux conséquences de nos actes, parce que la liberté a toujours des conséquences et il y a un prix à payer. Je voulais donc que ma musique ait cette exaltation du samedi soir mais je voulais aussi aborder la vérité, il y a un prix à payer. Je voulais également écrire sur ce qui se passe du lundi au vendredi c'est-à-dire le travail là où les gens passent tellement de temps. Je voulais que mon travail aborde tous ces sujets.

 

I .Meldrum :- Il y a deux titres  de  «The River» dans ce best of. «The River », une chanson magnifique et «Hungry Heart».

B. Springsteen :- «Hungry Heart» devait être mon grand tube. Pour moi cette chanson ressemble à une chanson de Frankie Lyman, un genre de tube de l’été avec des harmonies et des sons pétillants.

J’ai été autant influencé par Elvis et Dylan que je l’ai été par les groupes de quartier et les musiciens n’ayant fait qu’un tube. J’aimais le monde de la Pop musique, à l’origine j’ai écrit « Hungry Heart» pour le groupe The Ramones. Je les avais rencontrés à Asbury Park un vendredi soir et ils m’ont demandé de leur écrire une chanson, je ne l’aurais surement pas écrite pour moi car elle était trop pop. Je suis rentré à la maison et je l’ai écrite plutôt rapidement. Je l’ai jouée et sur ce Jon a dit « Non, tu ferais mieux de la garder celle-ci ! ». Quand j’étais enfant je suivais les hits parades de musique Pop et c’était marrant de faire partie de ce monde.

 

I .Meldrum : - Cela a donc du vous faire plaisir quand vous l’avez entendu à la radio.

B. Springsteen : - Oh que oui, c’est vraiment un des meilleurs moments, entendre une nouveauté que vous avez écrite passer à la radio. Suivre les hits parades était la chose la plus subversive de la vie dans une petite ville, d’où personne ne partait et si ça arrivait ils ne revenaient pas. Il n’y avait pas d’enfant à la télé si ce n’est une version bizarrement aseptisée mais qui ne correspondait pas du tout à la réalité. La radio diffusait cette musique subversive qui influençait notre comportement et notre manière de penser et qui nous poussait à vouloir être quelqu’un de différent. Cette musique nous insufflait une sorte de vitalité qui peut être positive mais également dangereuse.

 

I .Meldrum : - Il y a une chanson qui est toujours d’actualité aujourd’hui c’est «Out in the Street».

B. Springsteen :- C’est la chanson la plus proche du style des Beatles en termes de structure. Pour l’album «Born to Run» j’ai écrit des chansons dans le style de Roy Orbison, composées de différentes sections non répétées et qui menaient à un crescendo mais pour «Darkness» j’ai écrit des chansons sur une base un peu plus Folk avec un langage imagé simple, direct et brut.

I .Meldrum : - C’est une très bonne chanson.

B. Springsteen : - Pour être honnête quand je l’ai composée, j’ai essayé de copier une de mes chansons préférées de tous les temps, « Friday on my Mind » des Easybeats. J’ai toujours aimé cette chanson. La structure de cette chanson est juste incroyable, il y a une fantastique exaltation lorsque qu’ils arrivent au refrain. Vous savez, c’est vendredi, c’est la fin de l’école ou du boulot et vous êtes «Juste là dehors». Dans ma ville il y avait un endroit spécifique où les adolescents se retrouvaient le vendredi et dans la chanson «Out in the Street» j’ai essayé de raconter ça sur une structure du style des Beatles.

 

I .Meldrum :- Après ces chansons extraites de «The River», il y a «Atlantic City» de l’album «Nebraska». Vous avez enregistré cet album chez vous non ?

B. Springsteen : - Oui parce que j’en avais marre de dépenser tellement d’argent dans le studio où nous passions pas mal de temps à faire des erreurs et à enregistrer des trucs que nous n’utilisions jamais. C’était frustrant alors j’ai décidé que je n’y retournerai que lorsque je serai satisfait des chansons. Je me suis donc acheté un enregistreur Teac (Marque Japonaise)  que j’ai utilisé avec 2 micros et je me suis installé dans ma chambre. J’ai mixé sur une boîte à rythme Gibson mais qui jouait trop vite, je l’emmenai avec moi ça me servait de démo, je l’ai également prise avec moi en studio pour l’essayer avec le groupe mais ça n’a rien donné, ce n’était pas bon. J’ai donc essayé de réenregistrer en studio tout seul mais c’était vraiment bizarre plus ça sonnait bien plus c’était pire. J’ai donc décidé que peu importe comment ça se passait dans ma chambre-ça le fera !

 

I .Meldrum : - Parfois les démos sonnent mieux.

B. Springsteen : - La plupart du temps oui. Il faut laisser faire les choses, c’est pour ça que j’ai fait pas mal de disques à la maison parce je pouvais capturer ces instants de création où l’on s’en remet à son instinct et à ce que l’on a appris sur la composition des chansons, cela donne souvent une interprétation du travail plus directe et plus honnête.

 

 I .Meldrum : Quelle fut la réaction de la maison de disques lorsque vous leur avez apporté Nebraska ?

B. Springsteen : - Et bien c’était un peu bizarre, je venais de faire un album qui avait eu du succès avec un tube, chose que nous n’avions jamais fait auparavant. Les chansons de «Nebraska » étaient censées être pour l’album «Born in the USA». Au départ je voulais faire que cet album («Born in the USA») mais on n’arrivait pas techniquement à transférer la bande de «Nebraska» sur un disque. Nous avons donc pensé à la transférer sur cassette, c’est d’ailleurs ce que nous nous apprêtions à faire quand finalement Charly Plotkin trouva à la dernière minute du vieux matériel de masterisation. Je l’ai alors apporté à la maison de disque et j’ai dit : «Voilà…C’est ma musique maintenant ». Je tire mon chapeau aux gars de la maison de disque, ils ont été formidables. Ils ont juste dit «OK ».Ils ont été d’un grand soutien et j’ai de la chance car ils m’ont toujours soutenu pendant presque toute ma carrière. Après ça je suis donc retourné travailler sur «Born in the USA» et l’album «Nebraska » est sorti, il n’a pas été beaucoup diffusé mais je m’y attendais.

 

I .Meldrum :- Les fans adorent l’album «Nebraska». Je trouve ça génial qu’une chanson comme «Atlantic City» puisse rester simple en live.

B. Springsteen : - Avec cette chanson j’ai de nouveau essayé d’écrire par rapport à un thème. A ce moment-là je lisais beaucoup Flannery O’connor et il y avait 2-3 films qui avait un certain ton que j’aimais. Il y avait un film de Terrence Malick «Badlands» avec Martin Sheen et Sissy Spacek sur les meurtres perpétrés par Charlie Starkweather. C’était comparable au film «Tueurs nés » et des films aussi minimalistes affectaient le ton de ma musique. Au même moment le pays basculait à droite je n’avais pas de réelle motivation politique en tête mais ça m’intéressait de raconter ces histoires.

 

I .Meldrum :- Quand vous parliez de Dylan et Nirvana tout à l’heure, vous vous êtes très modestement oublié…

B. Springsteen : - Oui je maîtrise la grande fausse modestie !

 

I .Meldrum :- Oui mais étiez-vous conscient de l’influence que vous avez effectivement eu à l’époque?

B. Springsteen : - Je pense que je voulais surtout avoir l’opportunité d’influencer, en 1985 j’ai pas mal voyagé, j’ai pu mettre en avant le magnifique travail de pas mal de gens lors de notre passage dans les villes de notre public, j’ai pu donner une autre image de mon pays que celle donnée par les gens au pouvoir à l’époque. Le Rock, à ses débuts avait des implications politiques mais quand j’étais jeune je n’aimais pas qu’on me fasse la leçon et pendant longtemps j’ai pensé que cela n’avait pas sa place dans la musique. J’avais une approche thématique et comme je touchais un large public alors je pouvais donner une autre vision des choses avec plus ou moins de succès.

 

I .Meldrum : - «Born in the USA» c’est une autre époque pour le groupe.

B. Springsteen :- C’était une époque où nous avions la chance d’être décisifs et de ne pas forcément respecter les règles du jeu. C’est le rêve de tout artiste. Je savais que j’avais écrit une chanson puissance qui serait communicative pour mon public mais je ne savais pas à quel point. C’était surement un des moments les plus stimulants de ma vie professionnelle. Ce qui m’est arrivé en 75 arriva de nouveau en 85 mais cette fois j’étais plus vieux et plus à même de le gérer d’une manière un peu plus sensé et cela ne m’a pas du tout effrayé comme la première fois- même si  je sentais que je devais rester vigilant.

 

I .Meldrum : - Cela a dû être déconcertant pour un musicien comme vous qui écrit sur la vie Américaine que des politiciens fassent référence à votre travail ?

B. Springsteen : - Je crois que c’est le seul moment dans ma vie d’adulte où j’ai souhaité être resté plus longtemps à l’école. Pas pour faire carrière mais j’ai souhaité être plus éduqué, avoir par exemple étudié l’histoire de plus près. J’ai lu beaucoup de livres d’histoires en 1984-85 mais quand on libère quelque chose d’aussi gros il prend littéralement vie. Le parti au pouvoir à l’époque s’était approprié tout ce qui était Américain. Si c’était le drapeau, il appartenait à la droite, la tarte aux pommes de maman était faite seulement par les républicains et tout le reste c’était «L’autre». Vous étiez en dehors et vous ne pouviez même pas gâcher la fête puisque vous n’étiez pas invité. Alors ce que je voulais faire avec ma musique c’était m’approprier mon propre drapeau et revendiquer ces images qui étaient les miennes de droit, par ma naissance. Je pensais que je pouvais donner une autre vision de ce que pourrait être le pays même si tout ça était très chauvin, ce fut un moment très intense.

 

I .Meldrum : - En tant qu’étranger, pas américain je veux dire, j’ai toujours été fasciné de voir des noirs Américains, des Américains d’origines Coréennes, des Américains hispaniques ou autre…comme ils sont fiers d’être américains quand ils entendent l’hymne national ou voient le drapeau, beaucoup plus que d’autres pays. C’est un peu « Amérique un pour tous … »

B. Springsteen : - Les australiens se débrouillent bien aussi dans ce domaine …

 

I .Meldrum : - C’est fascinant comment ça rassemble les gens et «Born in the USA» avait cette même fierté.

B. Springsteen : - Oui cette chanson avait un peu de ça en elle et c’est peut-être pour ça que certaines personnes l’ont mal comprise. Mais avec ça il y avait la fierté et la détermination de ce personnage à se faire remarquer et s’approprier une part du gâteau. Ces problèmes sont très sensibles …Ce sont des sujets explosifs et ils sont constamment malmenés par des attitudes chauvines et nationalistes où l’on brandit le drapeau mais c’est très, très destructeur. Il y a pas mal de zones d’ombres à ce sujet  dans lesquelles on peut se perdre  et c’était le cas à travers le pays à l’époque, je voulais apporter ma contribution et exprimer mon avis sur ce sujet et aussi parce que mon travail était basé sur les laissés-pour-compte.

Dans «Born in the USA» le personnage est un vétéran du Vietnam qui à son retour à la maison a perdu ses illusions et à raison puisque le système l’a laissé tomber. C’est la même chose en Australie, j’ai rencontré des vétérans du Vietnam là-bas en 1985. A son retour à la maison, le personnage se sent trahi alors il cherche un petit bout d’Amérique auquel il peut prétendre. Il veut juste trouver un petit bout de terre pour refaire sa vie. En gros cette chanson parle de survie et maintenant ce gars doit en quelque sorte créer son propre pays.

 

I .Meldrum : - Cette chanson était et reste capitale pour pas mal de gens…

B. Springsteen : - J’ai rencontré certains de ces gars ici aux Etats-Unis, à l’origine l’organisation qui s’en occupait était la VFW, « Veterans from Foreign Wars » (« Les vétérans de guerre à l’étranger ») qui englobait les vétérans de Corée et ces gars n’avaient pas grand-chose en commun avec cette génération qui avait grandi en leur absence ou pendant leur entrainement. Ils ont enduré pas mal de choses, les gens les appelaient «les ratés», j’ai rencontré un vétéran nommé Bobby Muller qui pensait que les vétérans du Vietnam devaient avoir leur propre organisation et il était en train d’en créer  une qui s’appelait «Vietnam Veterans for America » (« Les vétérans du Vietnam pour l’Amérique »). Bobby est venu me voir en concert et m’a demandé si  je pouvais l’aider à lancer le mouvement. J’ai aussi rencontré par hasard, Ron Kovic l’auteur de «Born on the 4th of July » («Né un 4 juillet »). J’étais dans un petit hôtel en Californie et il était là près de la piscine, je lui ai dit que je venais de lire son livre. Avec cette chanson j’ai toujours eu peur de me tromper. J’étais étranger à tout ça, je ne savais pas ce que c’était de vivre une expérience aussi profonde et marquante, j’étais très soucieux de ne pas me tromper.

 

I .Meldrum : La piste 7 c’est «Dancing in the Dark» et je dois vous dire que j’ai longtemps été bluffé par le clip.

B. Springsteen : Moi aussi !

I .Meldrum :- C’était une bonne chanson et le clip était bien fait.

B. Springsteen : Je ne sais pas trop comment ça s’est fait. Je suis arrivé et on a fait le clip mais je ne sais pas comment. «Atlantic City» mis à part, c’était notre premier clip et dans les clips je veux des cris et que ce soit entraînant. Je ne voulais pas vraiment le faire mais à l’époque cela faisait partie du boulot. C’est marrant l’histoire de cette chanson, en fait nous avions terminé l’album «Born in the USA» et Jon Landau m’a dit «Nous n’avons pas de tube» sur ce je lui ai répondu : « Je m’en fiche si nous n’avons pas de tube, si tu veux un tube tu n’as qu’à l’écrire toi-même». Mais cette nuit-là je l’ai écrite et même si au départ l’idée était d’avoir un tube elle fait partie des chansons les plus personnelles de cet album parce qu’en fait je parlais de moi et de ce que je ressentais à l’époque. Plus tard en parlant de cette chanson j’ai dit «Je ne sais pas, c’est trop Pop. Je ne suis pas sur… ». Mais nous l’avons jouée et elle sonnait plutôt bien et Jon et moi avons eu , à propos de cette chanson, une de nos disputes annuelles Pop versus Rock.

 

I .Meldrum :- Cette chanson a donné le ton de la tournée 1984-85 car elle a attiré un nouveau public.

B. Springsteen : Oui parce qu’il y avait de gens qui n’avait jamais entendu nos autres titres et que je n’avais jamais vu auparavant.

I .Meldrum : -On peut aussi voir cette chanson comme une jonction entre le vieux et le nouveau public de Bruce Springsteen.

B. Springsteen :- Et ils sont partis tout aussi vite ! Mais c’était différent car tout à coup je voyais des jeunes et différents styles de personnes, j’aimais ça, je voyais des fans de longue date avec des enfants sur les épaules. J’ai toujours voulu que notre groupe soit moteur qu’il aide notre public à comprendre sa communauté et certaines choses de sa vie mais je voulais aussi que ce soit une fête et divertissant, je pense que beaucoup de gens venaient pour tout ça.

 

I .Meldrum :- Je crois que vous avez réussi à faire les deux et avec des titres comme «Dancing in the Dark», «Born in the USA» et «My Hometown» vous avez traité tous ces thèmes qui combinés font un grand disque qui plus est un best-seller. «Glory  Days» est aussi un grand titre.

B. Springsteen :- Cela raconte ma rencontre avec un gars avec qui j’étais à l’école, je rentrais dans un bar alors qu’il en sortait. On s’est dit bonjour et nous sommes rentrés dans le bar, on s’est assis et la chanson est venue d’elle-même. C’était facile à écrire – c’est venu tout seul.

 

I .Meldrum : - Est-il vrai que vous aviez écrit un couplet sur votre père que vous n’avez pas utilisé?

B. Springsteen : - Non je ne me souviens que de ces trois couplets mais vous en savez plus que moi alors c’est possible !

 

 

I .Meldrum : - J ’adore l ’album «Tunnel of Love». Parlez-moi de « Brilliant Disguise»?

B. Springsteen :- Après 1985, j’avais besoin de faire le point, voir quels avaient été mes succès mais aussi mes échecs. J’avais besoin de me reprendre en main et de me présenter aux fans en tant que compositeur mais en même temps j’avais beaucoup de problèmes dans ma vie privé que je n’avais pas réglés, je voulais écrire sur les relations hommes / femmes, c’est un sujet que lequel je n’avais pas vraiment écrit. Je pensais aussi que c’était un sujet sous-exploité dans la musique Pop. La plupart faisait dans le romantisme mais les titres romantiques de Bob (Dylan) étaient toujours très complexes et fondamentalement très adultes car il était de tradition Folk. Je voulais aussi écrire des chansons d’amour très adultes qui parlent des compromis et des problèmes auxquels on doit faire face quand on est dans une vraie relation avec quelqu’un.

 

I .Meldrum : - Au début, je crois que vous êtes allé à Los Angeles ?

B. Springsteen : - Non, j’ai écrit une série de chansons dans ma petite maison sur les collines de Los Angeles pendant l’hiver qui a suivi la tournée «Born in the USA» mais ces chansons n’ont jamais vu le jour et sont rangées quelque part. Cet album a vraiment commencé quand je suis retourné dans mon garage chez moi dans le New Jersey, je l’ai enregistré là-bas.

 

I .Meldrum : - Passons à la période «Human Touch». Vous avez enregistré ces chansons à peu près à la naissance de vos enfants ?

B. Springsteen :- Oui. Après la tournée «Tunnel of Love » j’ai eu pas mal de problèmes personnels et j’ai pris du recul pour penser à ce que j’allais faire. J’avais pas mal de succès dans ma vie professionnelle mais pour le reste c’était le chaos et la confusion totale. J’ai donc pris une année sabbatique et j’ai commencé à enregistrer quand j’ai ressenti le besoin de retravailler. Toute cette période était une vraie pause pendant laquelle j’ai essayé de me recentrer sur moi-même et créer  la vie que je n’avais pas en dehors de la scène. Je voulais une vraie vie pleine de sens.

 

I .Meldrum :- Roy (Bittan) était dans les parages à ce moment-là ?

B. Springsteen :- Oui il est venu avec le titre «Roll of the Dice» mais j’avais enregistré des trucs avant ça.

I .Meldrum : - David Sancious était de retour également ?

B. Springsteen :- Oui il a joué sur pas mal de morceaux à ma demande. C’était grisant de jouer avec différents musiciens et Davy a toujours était un grand musicien alors il est venu et a joué un peu avec nous. Nous avons travaillé dessus jusqu’à ce que nous ayons quelque chose que nous pouvions diffuser.

 

I .Meldrum :- Ensuite il y a «Lucky Town».

B. Springsteen : -  J’essayais d’écrire une dernière chanson pour «Human Touch» mais j’ai fait «Living Proof» qui pour moi sonnait différemment. J’ai écrit les autres chansons dans les deux semaines qui suivirent. En fait sur «Human Touch» nous avions une méthode d’enregistrement très contrôlée et c’était vraiment un «album studio». A la fin je n’étais plus trop sûr de certaines parties alors «Lucky Town» est venu en réaction à cela. Je suis allé chez moi, j’ai installé ma guitare acoustique et l’album s’est fait le mois suivant l’enregistrement de «Human Touch». Nous nous sommes donc retrouvés avec deux albums.

 

I .Meldrum :- Je suis tombé sur un concert de cette tournée à Paris. Un super concert – Avez-vous aimé cette première tournée sans l’ E Street Band ?

B. Springsteen : - Oui j’ai bien aimé surtout la tournée européenne. Les musiciens n’étaient pas seulement de grands musiciens mais aussi des gens biens qui venaient d’horizons différents. Zac était Rock, Shayne R&B, une des choristes était chanteuse de Gospel,  l’autre chanteuse Pop. Bobby King était un chanteur de Soul, Tommy  Sims venait de la Funk, nous avions donc toutes ces personnes différentes réunies en un seul endroit.  Lorsque nous étions dans le bus nous allumions la boîte à rythme et tout le monde jouait le style de musique avec lequel il avait grandi, nous étions en contact avec différents types de musique et c’était donc très stimulant. C’était ce que je recherchais. Les gars du E Street Band et moi avons le même bagage musical ce qui faisait notre force mais je voulais aussi avoir à faire à des gens d’origines musicales et géographiques différentes et voir ce qui allait en ressortir.

 

I .Meldrum :- Une fois à Sydney vous avez joué 32 chansons sur scène… (Le 28 mars 1985).

B. Springsteen :- Peut-être, c’était trop long ?

I .Meldrum : - Non c’était très bien, vous avez joué à Paris presque aussi longtemps en 1993, il faisait vachement chaud.

B. Springsteen : - J’aime bien quand il fait chaud. Cela aide à mettre l’ambiance, les gens ont chaud, ils sont tout moites, ils se heurtent entre eux et la sueur vole. Pour moi c’est essentiel. J’aimais voir les grand interprètes de Soul suaient à grosses gouttes. Ma musique n’a jamais été très calme et elle ne vient pas d’un endroit très calme. Mais lors d’un long concert on apprend à conserver son énergie.

 

I .Meldrum :- «Street of Philadelphia» est en passe de devenir un grand film.

B. Springsteen :- Je l’ai enregistré dans ma maison dans le New Jersey.  Jonathan Demme voulait un titre rock mais j’avais vu la partie du film où l’on entendait la chanson, c’était au moment où on découvre le personnage avant que l’histoire ne commence réellement et pour moi une ballade me semblait plus appropriée.

 

I .Meldrum : - Nous avons parlé tout à l’heure de «Born to Run» et de son succès et de la peur que cela avait engendrée…

B. Springsteen :- Oui ça peut-être une expérience magnifique de voir l’impact de son travail sur la vie des gens. Au final c’est une bonne chose mais ça peut également être une expérience bizarre.

 

I .Meldrum : - «Secret Garden» est magnifique.

B. Springsteen : - C’est une chanson sur les relations de couple elle faisait écho à la chanson «Brilliant Disguise». Quand deux personnes apprennent à se connaître cela implique de baisser sa garde et ça peut faire peur…

 

I .Meldrum : - Et «This hard Land»?

B. Springsteen :- Cela parle des thèmes dont nous avons discuté tout à l’heure à propos de «Born in the USA», je l’ai écrite à la même période. Cela parle de quelqu’un qui essaie de trouver sa place-de construire sa vie mais c’est aussi une chanson sur l’amitié, comme «Blood Brothers» est une chanson sur mon amitié avec l’E Street Band…

Ecoutez il faut vraiment y aller là parce sinon vous allez vous faire lyncher par ces femmes là-bas. (Il montre du doigt derrière lui.)

 Laissez-moi vous interviewer, qu’auriez-vous mis sur cet album ?

 

I .Meldrum : - Probablement des morceaux des deux premiers albums, je ne sais pas pourquoi vous ne l’avez pas fait. En tout cas merci d’avoir conservé votre intégrité et maintenant retournez au studio !

 

B. Springsteen : - J’y vais. Putain c’était du sport !

 

 

Merci à Zohra pour cette ENORME traduction !