Presse - TV - Radios


The E Street Band entered the Rock and Roll Hall of Fame Thursday night, inducted by the man they've backed for more than 40 years now: Bruce Springsteen. We've already brought you the finer points of that speech, but for all you completists, you can read Springsteen's entire speech below.

Bruce Springsteen: Good evening. In the beginning, there was Mad Dog Vini Lopez, standing in front of me, fresh out of jail, his head shaved, in the Mermaid Room of the Upstage Club in Asbury Park. He told me he had a money-making outfit called Speed Limit 25, they were looking for a guitarist and was I interested? I was broke, so I was. So the genesis point of the E Street Band was actually a group that Vini Lopez asked me to join to make a few extra dollars on the weekend.

Shortly thereafter, I met Dan Federici. He was draped in three quarter-length leather, had his red hair slicked back with his wife Flo - she was decked out in the blonde, bouffant wig - and they were straight out of Flemington, NJ.

So Vini, Danny, myself, along with bass player Vinnie Roslin, were shortly woodshedding out of a cottage on the main street of a lobster-fishing town: Highlands, NJ. We first saw Garry Tallent along with Southside Johnny when they dragged two chairs onto an empty dance floor as I plugged my guitar into the upstage wall of sound. I was the new kid in a new town, and these were the guys who owned the place. They sat back and looked at me like, "Come on, come on, punk. Bring it. Let's see what you got." And I reached back and I burnt their house down.

Garry Tallent's great bass-playing and Southern gentleman's presence has anchored my band for 40 years. Thank you, Garry! Thank you, sir.

Then one night, I wandered in the Upstage, and I was dumbstruck by a baby-faced, 16-year-old David Sancious. Davey was very, very unusual: He was a young, black man who - in 1968, Asbury Park, which was not a peaceful place - crossed the tracks in search of musical adventure, and he blessed us with his talent and his love. He was my roomie in the early, two-guys-to-one-six-dollar-motel-room years of the E Street Band. He was good, he kept his socks clean; it was lovely. And he was carrying around a snake around his neck at that time, so I lucked out with Davey as my roommate. [laughs] AND, Davey's the only member of the group who ever actually lived on E Street!

So I walked in and he was on the club's organ. And Davey's reserved now, but at the time, he danced like Sly Stone and he played like Booker T, and he poured out blues and soul and jazz and gospel and rock & roll and he had things in his keyboard that we just never heard before. It was just so full of soul and so beautiful. Davey, we love you, and we still miss you so, you know?

But predating all of this was Steve Van Zandt. Steven: frontman, hitman. I walk into the Middletown Hullabaloo Club; he was the frontman for a band called the Shadows. He had on a tie that went from here down to his feet. All I remember is that he was singing the Turtles' "Happy Together." During a break at the Hullabaloo Club in New Jersey, he played 55 minutes on and five minutes off, and if there was a fight, he had to rush onstage and start playing again.

So I met Stevie there and he soon became my bass player first, then lead guitarist. My consigliere, my dependable devil's advocate whenever I need one. The invaluable ears for everything that I create, I always get ahold of him, and fan number one. So he's my comic foil onstage, my fellow producer/arranger and my blood, blood, blood, blood, blood brother. Let's keep rolling for as many lives as they'll give us, alright?

Years and bands went by: Child, Steel Mill, the Bruce Springsteen Band - they were all some combo of the above-mentioned gang. Then I scored a solo recording contract with Columbia Records, and I argued to get to choose my recording "sidemen," which was a misnomer, in this case, if there ever was one.

So, I chose my band and my great friends, and we finally landed on E Street - the rare, rock & roll hybrid of solo artistry and a true rock & roll band.

But one big thing was missing ... It was a dark and stormy night, a Nor'easter rattled the street lamps on Kingsley Blvd. and in walked Clarence Clemons. I'd been enthralled by the sax sounds of King Curtis and I searched for years for a great rock & roll saxophonist. And that night Clarence walked in, walked towards the stage and he rose, towering to my right on the Prince's tiny stage, about the size of this podium, and then he unleashed the force of nature that was the sound and the soul of the Big Man. In that moment, I knew that my life had changed. Miss you, love you Big Man. Wish that he was with us tonight. This would mean a great, great deal to Clarence.

An honorable mention and shout-out to Ernie "Boom" Carter. The drummer who played on one song only: "Born to Run." He picked a good one. So here's to you, Ernie. Thank you, thank you.


Thanks, of course, Max Weinberg and Roy Bittan, who answered an ad in the Village Voice. And they beat out 60 other drummers and keyboardists for the job. It was the indefatigable, almost dangerously dedicated Mighty Max Weinberg and the fabulous five finger of Professor Roy Bittan. They refined and they defined the sounds of the E Street Band that remains our calling card around the world to this day. Thank you, Roy. Thank you, Max. They are my professional hitmen. I love them both.

Then, 10 years later, Nils Lofgren and Patti Scialfa joined just in time to assist us in the rebirth of Born in the U.S.A. Nils, one of the world's great, great rock guitarists, with a choir boy's voice, has given me everything he's had for the past 30 years. Thank you, Nils. So much love.

And Patti Scialfa - a Jersey Girl - who came down one weekend from New York City and sat in with a local band, Cats on a Smooth Surface and Bobby Bandiera at the Stone Pony, where she sang a killer version of the Exciters' "Tell 'Em." She had a voice that was full of a little Ronnie Spector, a little Dusty Springfield and a lot of something that was her very, very own. After she was done, I walked up, I introduced myself at the back bar, we grabbed a couple of stools and we sat there for the next hour or thirty years or so - talking about music and everything else. So we added my lovely red-headed woman and she broke the boy's club!

Now, I wanted our band to mirror our audience, and by 1984, that band had grown men and grown women. But, her entrance freaked us out so much that opening night of the Born in the U.S.A. tour, I asked her to come into my dressing room and see what she was gonna wear! So she had on kind of a slightly feminine T-shirt and I stood there, sort of sweating. At my feet, I had a little Samsonite luggage bag that I carried with me, and I kicked it over. It was full of all my smelly, sweaty T-shirts and I said, "Just pick one of these, it'll be fine." She's not wearing one tonight. But Patti, I love you, thank you for your beautiful voice, you changed my band and my life. Thank you for our beautiful children.

So, real bands - real bands are made primarily from the neighborhood. From a real time and real place that exists for a little while, then changes and is gone forever. They're made from the same circumstances, the same needs, the same hungers, culture. They're forged in the search of something more promising than what you were born into. These are the elements, the tools, and these are the people who built the place called E Street.

Now, E Street was a dance; was an idea; was a wish; was a refuge; was a home; was a destination; was a gutter dream; and finally, it was a band. We struggled together, and sometimes, we struggled with one another. We bathed in the glory, and often, the heartbreaking confusion of our rewards together. We've enjoyed health, and we've suffered illness and aging and death together. We took care of one another when trouble knocked, and we hurt one another in big and small ways.

But in the end, we kept faith in each other. And one thing is for certain: As I said before in reference to Clarence Clemons - I told a story with the E Street Band that was, and is, bigger than I ever could have told on my own. And I believe that settles that question.

But that is the hallmark of a rock and roll band - the narrative you tell together is bigger than anyone could have told on your own. That's the Rolling Stones; the Sex Pistols; that's Bob Marley and the Wailers. That's James Brown and His Famous Flames. That's Neil Young and Crazy Horse.

So, I thank you my beautiful men and women of E Street. You made me dream and love bigger than I could have ever without you. And tonight I stand here with just one regret: that Danny and Clarence couldn't be with us here tonight.

Sixteen years ago, a few days before my own induction, I stood in my darkened kitchen along with Steve Van Zandt. Steve was just returning to the band after a 15-year hiatus and he was petitioning me to push the Hall of Fame to induct all of us together. I listened, and the Hall of Fame had its rules, and I was proud of my independence. We hadn't played together in 10 years, we were somewhat estranged, we were just taking the first small steps over reforming. We didn't know what the future would bring. And perhaps the shadows of some of the old grudges held some sway.

It was a conundrum, as we've never quite been fish nor fowl. And Steve was quiet, but persistent. And at the end of our conversation, he just said, "Yeah, I understand. But Bruce Springsteen and the E Street Band - that's the legend."

So I'm proud to induct, into the Rock and Roll Hall of Fame, the heart-stopping, pants-dropping, hard-rocking, booty-shaking, love-making, earth-quaking, Viagra-taking, justifying, death-defying, legendary E Street Band.


 

Le E Street Band est entré au Rock and Roll Hall of Fame introduit par l’homme avec qui ils jouent depuis 40 ans maintenant: Bruce Springsteen. Nous vous avons déjà donné quelques détails mais pour ceux qui veulent tout savoir vous trouverez ci-dessous tout le discours de Springsteen.

Bruce Springsteen : Bonsoir. Tout a commencé quand Mad Dog Vini Lopez est venu me voir juste après sa sortie de prison, il avait le crâne rasé, c’était dans la salle Mermaid du club Upstage à Asbury Park. Il gagnait de l’argent avec son groupe Speed Limit 25, ils cherchaient un guitariste et m’a demandé si  j’étais intéressé ? J’étais fauché alors j’étais forcément intéressé.   La Genèse du E Street Band est donc  le groupe que Vini Lopez m’a demandé de rejoindre pour me faire un petit extra financier les week end.

Peu de temps après j’ai rencontré Dan Federici. Il était drapé dans un manteau trois quart en cuir, ses cheveux roux plaqués en arrière, il était avec son épouse Flo  - elle portait une perruque bouffante blonde - Ils débarquaient de Flemington, New Jersey.

Vini, Danny, le bassiste Vinnie Roslin et moi créchions  pendant une courte période  dans un cottage dans la rue principale d’une ville de pêche aux homards : Highlands, New Jersey. On a d’abord vu Garry Tallent avec Southside Johnny, ils se sont installés deux chaises sur la piste de danse vide pendant que je branchais ma guitare sur la scène, c’était des habitués, c’était les maitres des lieux. Ils se sont assis ils m’ont regardé d’un air qui voulait dire «Vas-y nullos montre nous ce que tu as dans le ventre ». J’ai pris ma guitare et j’ai mis le feu à leur maison.

Le jeu de Gary Tallent et la présence de ce gentleman du Sud ont été d’un grand soutien pour mon groupe pendant 40 ans. Merci Garry ! Merci Monsieur.

Un soir je trainais à l’Upstage et j’ai été abasourdi par le visage enfantin de David Sancious qui avait alors 16 ans. Davey n’était pas quelqu’un de commun, c’était un jeune noir – en 1968 Asbury Park n’était pas un lieu paisible - qui a traversé les barrières en quête d’une aventure musicale et il nous a gratifié de son talent et de son amour. C’était mon camarade de chambre dans notre période « 2 gars dans une chambre de Motel à 6 dollars » au début du E Street Band. Il était bon et il gardait ses chaussettes propres, c’étaitplutôt sympa. Il avait un serpent autour du coup à cette période alors j’ai eu de la chance de l’avoir comme coloc. [Rires dans l’assemblée]. Davey  est l’unique membre du groupe a avoir vraiment vécu dans l’E Street.

Je suis donc entré dans le club et il était  installé à l’orgue. Davey est plutôt réservé maintenant mais à l’époque il dansait comme Sly Stone, il jouait comme Booker  T, il jouait sans retenu du Blues, de la Soul, du Jazz, du Gospel et du Rock and Roll et il jouait avec son clavier des  choses que nous n’avions jamais entendu. C’était plein de Soul et tellement beau. Davey on t’aime et tu nous manques toujours alors tu sais?

Mais avant tout ça il y a eu Steve Van Zandt. Steven, l’homme au-devant de la scène, un champion. Je suis entré dans le club Hullabaloo en périphérie de la ville, c’était le leader d’un groupe appelé lesShadows. Il portait une cravate qui allait de là jusqu’à ses pieds. Tout ce dont je me souviens c’est qu’il chantait « Happy Together » le titre des Turtles. Pendant la pause au club Hullabaloo dans le New Jersey, il jouait pendant 55 minutes et s’arrêtait 5 minutes et si il y avait une bagarre il se précipitait sur scène et recommençait à jouer.

C’est donc là que j’ai rencontré Stevie et il est vite devenu mon bassiste et ensuite le premier guitariste. C’est mon conseiller, il se fait l’avocat du diable quand j’en ai besoin. C’est une oreille précieuse pour tout ce que je créée, il est toujours disponible pour moi, c’est mon premier fan. C’est mon complice comique sur scène, mon confrère producteur / arrangeur et mon frère de sang. Continuons à jouer pour tout le temps que l’on nous accordera, OK ?

Les années et les groupes se sont succédés : Child, Steel Mill, The Bruce Springsteen Band- tous ces groupes étaient des variantes avec les gars que j’ai mentionné tout à l’heure. Ensuite j’ai obtenu un contrat en solo chez Columbia Records et j’ai pu choisir les musiciens qui allaient m’accompagner, dans ce cas le terme n’est pas vraiment approprié, je doute qu’il le fût un jour.

Alors j’ai choisi mon groupe, mes bons amis et on a atterrit à E Street- nous étions un mélange rare d’un talent du Rock and Roll et  d’un vrai groupe de Rock.

Mais il manquait quelque chose de grand…c’était par une nuit noire et orageuse, une tempête du Nordetsecouait les lampadaires du boulevard Kingsley,  qu’arriva Clarence Clemons. J’étais fasciné par le son du saxo de King Curtis et pendant de longues années j’ai cherché un bon saxophoniste de Rock and Roll. Ce soir-là Clarence Clemons est arrivé, il s’est dirigé vers la scène, s’est redressé telle une tour sur ma droite sur la petite scène du club Prince qui devait faire la taille de ce podium et là il a libéré la force de la nature c’était ça le son et l’âme du Big Man. Tu nous manques, on t’aime Big Man. J’aurais aimé qu’il  soit avec nous ce soir. Ça lui aurait fait vraiment très plaisir.

Mention honorable et mes félicitations à Ernie « Boom » Carter. Le batteur qui a joué sur une seule et unique chanson : « Born To Run ». Il a fait un bon choix. A toi donc  Ernie. Merci, merci.

Bien sûr merci aussi à Max Weinberg et Roy Bittan qui ont répondu à une annonce parue dans le Village Voice. Ils ont surpassés 60 autres batteurs et pianistes pour ce job. C’est l’infatigable et presque dangereusement dévoué Mighty Max Weinberg et le Professeur Roy Bittan aux doigts magiques qui ont raffiné et défini le son du E Street Band qui est demeure à ce jour notre carte de visite à travers le monde. Merci Roy. Merci Max. Ce sont mes «tueurs à gages professionnels ». Je les aime tous les 2.

Ensuite 10 ans plus tard Nils Lofgren et Patti Scialfa nous ont rejoint juste à temps pour la renaissance avec l’album Born in the U.S.A, Nils est l’un des plus grands guitaristes de rock du monde, il a une voix d’enfant de chœur, il m’a donné tout ce qu’il avait ces 30 dernières années. Merci Nils. On t’adore.

Et Patti Scialfa – une fille du New Jersey – qui est venue de New York un week end au club The Stone Ponyet qui a joué avec un groupe local Cats on a Smooth Surface et Bobby Bandiera, où elle a chanté une version mortelle de la chanson des Exciters « Tell ‘em ». Elle avait un peu de Ronnie Spector et de DustySpringfield dans sa voix et beaucoup de quelque chose bien à elle. Quand elle a terminé sa chanson, je suis allé la voir au bar et je me suis présenté, on a pris des tabourets et on s’est assis pendant près d’une heure ou devrais-je dire pendant la trentaine d’années qui suivirent à discuter de musique et de tout autre chose. L’arrivée de ma charmante rousse mit un terme au club de garçons!

Je voulais que notre groupe soit le reflet de notre public et en 1984 le groupe était composé d’adultes hommes et femmes. Son arrivée nous a fait tellement flipper que le premier soir de la tournée Born in the U.S.A, je lui ai demandé de venir dans ma loge pour voir ce qu’elle allait porter comme vêtement !

Elle avait une sorte de T-Shirt légèrement féminin, j’étais planté là en sueur. J’avais à mes pieds un petit sac de voyage Samsonite qui ne me quittait jamais, je l’ai ouvert d’un coup de pied.

Il était plein de T-Shirts qui sentaient mauvais la transpiration et je lui ai dit « Prends en un, cela devrait aller ». Elle n’en porte pas un ce soir. Patti, je t’aime, merci pour ta magnifique voix, tu as changé mon groupe et ma vie. Merci pour nos beaux enfants.

Les vrais groupes…Les vrais groupes sont à l’origine issus du même coin, d’un vrai moment, de vrais endroits qui existent pendant un petit moment et qui changent et disparaissent à jamais. Les groupes se font à partir de situations identiques, de besoins identiques, d’envies identiques  et de culture identique. Ils se forgent dans la quête d’un environnement plus clément que celui dans lequel on nait. Ce sont tous ces éléments, ces outils et ces gens qui ont construit cet endroit appelé E Street.

street c’était une danse, une idée, un souhait, un refuge, un foyer, une destination, un rêve sorti du ruisseau et finalement un groupe. Nous avons lutté ensemble et parfois les uns contre les autres. Nous nous sommes délectés de la gloire et nous étions aussi parfois profondément embarrassés par nos récompenses. Nous avons profité de la santé et nous avons souffert la maladie, le vieillissement et la mort ensemble. Nous prenions soins des uns des autres dans les moments difficiles mais nous nous sommes également blessés les uns les autres, durement ou non.

Mais nous avons gardé confiance en nous.  Une chose est sure, comme je l’ai dit tout à l’heure en parlant de Clarence Clemons –avec le E Street Band j’ai raconté une histoire qui était et qui est plus grande que ce que j’aurais pu raconter tout seul. Je pense que cela répond à toutes les interrogations.

C’est ce qui caractérise un groupe de Rock and Roll - l’histoire que l’on raconte ensemble est plus grandiose que celle que l’on aurait racontée seul. C’est comme pour les Rolling Stones, les Sex Pistols, Bob Marley et les Wailers. C’est James Brown et les Famous Flames. C’est Neil Young et Crazy Horse.

Alors je vous remercie gentilshommes et gentes dames du E Street. Votre m’avez permis de rêver et d’aimer plus que je n’aurais été capable de le faire sans vous. Ce soir je n’ai qu’un regret c’est que Danny et Clarence ne soient pas avec nous.

Il y a seize ans, quelques jours avant mon intronisation au Hall of Fame j’étais dans ma cuisine, dans la pénombre, avec  Steve Van Zandt. Steve venait de rejoindre le groupe après une pause de 15 ans et il me tannait pour que j’insiste auprès des instances du Hall of Fame afin que nous soyons tous introniser en même temps. J’ai écouté, le Hall Of Fame a son règlement et j’étais fier de mon indépendance. Nous n’avions pas joué ensemble pendant 10 ans, nous nous étions un peu éloignés, nous commencions juste à nous reconstruire. Et j’étais encore surement sous l’emprise de quelques vieilles rancœurs.

C’était un vrai dilemme, cela nous inspirait des sentiments mitigés. Steve était calme mais insistant. A la fin de notre conversation il a juste dit : « Oui je comprends mais Bruce Springsteen et le E Street Band c’est ça la légende ».

Alors je suis fier d’introduire au Rock and Roll Hall of Fame, les coupeurs de souffle, ceux qui vous donnent envie de tomber votre pantalon, ceux qui ont le groove, qui vous font danser, qui vous donnentenvie de faire l’amour, qui cassent la baraque, qui vous permettent de déculpabiliser, qui prennent du Viagra, qui défient la mort, le légendaire E Street Band.


Traduction : Zohralita