Presse - TV - Radios


Retranscription extraite de l'interview réalisée au concert de Bercy 2007, diffusée en partie au journal TV du 22 au soir et l'autre partie sur le web.

Dans quelques heures vous allez jouer devant quelques 17 000 personnes. La plupart ne parle pas anglais mais tous sont fans depuis des années. Est ce que vous vous demandez parfois d'où vient ce lien très fort avec le public

Vous savez, cela m'émeut d'être ici ce soir. Je suis venu jouer dans cette salle, il y a quelques années. J'étais seul aves ma guitare et cela a été l'un de mes meilleurs concerts. Je me souviens il y en avait eu beaucoup pendant cette tournée, mais ce concert, ce soir là, ici dans cette salle, ça a été quelque chose de très particulier, de très profond. On n'oublie jamais que notre groupe et les sujets que nous abordons sont très américains. Et pourtant, le public est là, à l'écoute de certaines idées, de certaines valeurs. Le lien avec le public français est même très intense et c'est devenu un réel plaisir. Ils savent que notre groupe représente une Amérique différente que celle que le monde voit depuis les 6 dernières années. On a un public magnifiquement attentif, partout en Europe. C'est génial d'être comme ça, face à face, on se regarde. car quand vous voyez la foule, vous voyez que ces gens ne sont pas venus écoutés de la musique, ils sont venus vivre le concert.

A propos de votre album, j'ai écouté votre musique... je l'ai trouvé pleine d'énergie et gaie. Et puis, j'ai écouté les paroles, elles sont très tristes. (Bruce rigole...) D'où vient ce contraste?

Si vous regardez ce que j'ai fait dans ma vie, à part la période en solo, il y a toujours eu un contraste entre les paroles très blues et la musique pleine de vie. Mais je pense que ce mélange paradoxal est tout à fait commun parce qu'il s'agit de musique qui parle de lutte, de combat. Ce sont deux éléments qui vont ensemble de manière très complémentaire. D'un coté, vous montrez une réalité qui est dure, et de l'autre coté, vous montrez le chemin pour survivre à cette réalité. Voilà, c'est ça, l'idée. Quand nous montons sur scène, nous montrons la réalité, et ensuite nous offrons à notre public la clé pour survivre à notre époque en ces temps difficiles. La vie est un équilibre constant entre des moments de bonheur extrème et des moments de grande tristesse, et tout cela parfois, dans la même journée. Notre musique, les bases de notre musique sont la pop, mais aussi le gospel qui représente l'élévation de l'esprit et aussi le blue très lié à la terre, à la condition humaine. Donc on espère toujours que ces deux choses, la joie et la tristesse, s'équilibreront bien. J'évoque les petites choses du quotidien américain, mais ce sont des choses universelles, la famille, la vie, le boulot et c'est ça qui fait la chaire de mon oeuvre depuis près de 40 ans maintenant