Presse - TV - Radios


In his dressing room. Put your ear to the door. He’s in there right now with biographer and Sirius host, Dave Marsh

DM : We’re talking to Bruce Springsteen. We’re in Asbury Park, NJ. I was thinking about this today. I’ve been seeing you since ‘72 and you’ve appeared, done a concert to every election year since then (Bruce : really ?) and here we are again. You know you were so involved in the up war/uphold ?? action. Could you imagine sitting this one out ?

BS : Oh yeah ! I can you know. because I don’t buy into the profound influence of the musicians or artists in the political world, you know, I think that whatever help we were last time, partly had to do with the fact that we settled the other ones out. And, so it was like ..What’s that guy doing ? something must be going on ..So if we were of any use, I think it came from the fact that we we’re not every place all the time and I think that’s important you know, and I think that you can both be marginally helpful and you can also be marginally destructive. I certainly don’t want to do that. I don’t believe that people form their political opinions around their favorite artist. I think they probably choose artists that they feel something in common with (DM : and then there’s the political dimension) and then they probably allow you to influence them at some level. And it goes the other way too because I allow my audience to influence me in certain ways . I think there are certain things where they can be very helpful. But once again I think it can also be marginally not helpful. I don’t necessarily think that.

DM : to the candidates or to the goals ?

BS : to the candidates and to the goals, to both, you know. So I’m always cautious about it and it just has to do with the circumstances. I don’t know what we’re going to do this time if we’re going to do anything or not ... It’s something to come around that feels right. I doubt we’ll be in the same situation we were last time. Last time, we needed to be so…

DM : One thing is you are not running at a cautious time?. (BS Yeah so) You’re only in the rubble

BS : It will remain to be seen

DM : There is a great drama going on, it seems, around Obama. Do you find yourself caught up in that at all ?

BS : Yeah, he’s an exciting figure and I like Hilary Clinton too. I think they are two good candidates. I think what’s made Barack Obama unique, is once again it’s a cliché but there is , he appears to be a very 21st century politician and I think it’s less, someone once said, it’s less what he’s doing than sort of who he is, you know and what he’s been. It reminds me of pivotal moments in sort of cultural history when something like The Beatles came along and it signals a moment of cultural change. You feel that happening right now. I think that’s why people are excited, is that something really different could happen, not that it necessarily will but there is a possibility that if there’s a woman President or the first black president, those are the things that you know can change the country profoundly in some way..

MUSIC: AMERICAN LAND

American Land , part of every encore on the Magic Tour. Bruce Springsteen is backstage on E Street Radio discussing the next leg of the tour with biographer and Sirius host, Dave Marsh.

DM : Let’s talk a bit about what’s made Magic a little bit different tour than the things ones you’ve done in the past. The main thing, what seems to me to be how tight the set is, just the simple duration of the show. I’m not feeling things are being left out, has come to down, it seems …like… half an hour.

BS : Yeah, it was a natural development really. You have this new music. The trick is how you integrate the music you’ve just written into your body of work. So the show feels both, you want to feel new and you also want to honor the history you’ve had with your audience and the music you’ve written in the past. So, it’s always finding the show, you rehearse to find the show. Everyone knows how to play and in a short period of time, you know how to play the new music, so you really rehearse to locate your narrative, where you go out this time, what’s the narrative that you follow and when that comes together, then you’re ready. For us, that came together not the first night in Asbury but the second night. And all of the sudden, I came out and said OK we’ve got the show. First night I came out and said we’re ready to play. The second night, I came out and said we’ve got the show, we’ve got the narrative, what we want to say

DM : Does that have to do with this, actually you were sound rehearsing it today, this long group of songs that begins with Devil’s Arcade and typically ends with Badlands as it closes the pre encore set ?

BS : Yes it was just something, I guess if you are looking at the pivotal section of the show and I would guess that’s probably it, if you want to know why the E Street band are on the road in 2008, that will be the reason, that series of songs I suppose, it will be the core of the reason.

MUSIC: DEVIL'S ARCADE, THE RISING, LAST TO DIE, LONG WALK HOME, BADLANDS

BS : There’s something about the way these things move together. There’s Devil’s Arcade into the Rising into Last to Die into Long Walk Home, into Badlands. If you want to see the distance between the musics from 2001, The Rising in 2002 and now that’s kind of the road we travel

DM : And then you bring it back, but you bring it back to almost 30 years ago with Badlands

BS : yeah all that stuff is, remains, the Darkness material has remained some of the most powerful and relevant music I’ve ever written. And tour after tour, it always gets played.

DM : But Badlands had never been a song that closed the set before

BS : No but the reason is that the songs change and grow according to circumstances : history, the body of work you’re presenting at a given moment, what they contain, expands I think, or can expand if you find the right place for them. And that is, that was the song that felt right culminating the body of the show.

DM : But it’s still startling to come back from the edge in Long Walk home where you’re out into wilderness and suddenly out of these badlands that shouted triumph

BS : yeah but what does Badlands ask for ? Well it asks for resilience, it asks for faith, and sturdiness, it asks for strength, it asks for , just resilience, emotional, spiritual resilience and so I think, if we need anything after the past 7 years, what we’ve gone through here, you need resilience and you need not have a life drained out of you . The show climaxes in 2 places : one is half-way through the show with Promised Land , a bright song from Darkness, because we come out of Living in the future and the only answer to that , after Living in the Future is Promised land and then we hit Badlands which is sort of the answer to the second half of the show. It’s amazing that those 2 songs that I wrote when I was probably 27 years old, though under some similar political circumstances, end up being the 2 things that still can sum up a lot of the way I see what’s going on, you know ..

MUSIC: THE PROMISED LAND

The Promised Land, originally from the album Darkness on the Edge of Town and still a staple of a live Springsteen set. You are listening in on a backstage conversation between Bruce and rock critic Dave Marsh, exclusively on E Street radio Sirius 10

DM : The other way that Darkness has come around is that this year is the year for Darkness as 1975 was to 2005 was to BTR.

BS : Yeah. We’ve been working on, going through our archives as Darkness, our 7 year archives and things and if we can get something together that sort of enlightens that record a little bit , maybe we’ll have a chance to put it out

DM : Well what I was thinking actually was that was a very interesting time for you and for the country ‘cause the country was chase downing ???, similar to now, in the sense that, for the country, in the sense it stood on the cause for great changes (Bruce : yeah) and it was in a period of crisis, although it was somewhat a different type, kind of crisis, it was mostly an economic one. Well actually, no when I come to think of it, it was also a rundown / odd time ??, you know the hostages and all that nonsense ( Bruce : right, right). It’s an interesting time for that to flow back across the horizon

BS : I guess it’s just music that contains, that proved itself relevant ‘cause I was very conscious of making adult music. At the same time, we play, the BTR stuff still plays pretty good. We played Jungleland here and on tour and I sort of, you get , it resonates differently as time passes. That’s one of the best thing I ever wrote still.

MUSIC: JUNGLELAND

A riveting performance of Jungleland on E Street radio Sirius 10. We are backstage with Bruce Springsteen and writer Dave Marsh, discussing the next leg of the magic Tour and the change for the ESB as Charly Giordano fills in for Danny Federici on keys.

DM : For one thing for your guys is that you’ve got a slightly different band because of Danny Federici off the tour and Charly is a friend and I look up there and I see my friend replacing my friend, then, from the audience at least, it’s a very emotional experience ‘cause Danny is a very soulful guy on and off stage

BS : I think we’re currently, on recent interviews , one of the things, that’s the band. I’ve played with Danny for 40 years and Steve for that long. I mean that group of people, that specific group of individuals, in one place at one time, you know, it’s a singular thing right now, it’s a unique thing and it’s a source of great pleasure and joy to ME. And we’ve all had our ups and downs over the years and you know, we’ve had similar issues as many other Rock bands but I think that one of the things that worked out differently with our band is A- people did really, as I’ve already said, they did really take care of one another. if someone had trouble, somebody was always looking after them, in some way you know. So it brings us 40, 30, 40 years down the road, and we ‘re all together in that one place, and still playing, just the band is a very vital, powerful unit.

MUSIC : PROVE IT ALL NIGHT

DM : I don’t think anybody who’s been around this band for such a long time as I’ve reported about it you’ll accept as a collection of people

BS : I think that when Danny went home, halfway through the tour, it was very unusual ‘cause I hadn’t played with an ESB without Danny Federici ever, you know. It’s like “that never happened before” , you know mate, and everybody was sort of WOUAH, you know it never happened before. And Charly came in and you know I had a great experience with Charly on the Seeger Sessions Tour. He came in , he walked on and started playing and on the rehearsals, he only needed just literally one night, he sat with Danny, they worked together for quite a while but he walked on stage and started playing, you know and has done a great job

DM : and Charly fits in a particular way because Charly it’s not only that he plays keyboard and accordion (Bruce : Yeah! one of these chances ?? )

BS : but he’s also a great musician, he’s known over the city, NYC forever, and he came out and he was in, he played wonderfully with the Sessions Band, so he already had a relationship with a good part of our audience that he has established a bit and that was a good thing and I think he’s just handled it so gracefully

DM : but he has the personality that fits with any group of people that’s musical

BS : Yeah he’s a beautiful musician you know, so he’s been very helpful, very very helpful to us. And Danny, we’re happy to report has been doing pretty well you know, very well recently, so everybody is excited about that. As far as I know, I’ve had some conversations with him and he’s gonna try and get out on the road with us again during this leg and I’m looking forward to that

MUSIC: SHOULD I FALL BEHIND

This is E Street radio right now , a backstage chat with Sirius host Dave Marsh, and Bruce Springsteen who admits it’s not always easy being the Boss

DM : Nils said that thing to me… we were just talking about being a band leader and how much he welcomes not having to be one in your group

BS : Nice not having to be one . I played with Joe Grushescky , where I just played the guitar, that short tour, I did then. It was pretty nice. It was pretty nice just to come on stage and kind of sing all the songs and you had to play the lead guitar for quite a while. When I met Nils , the first thing I said.. I remember I met Nils, I think it was the early 80s, and I was a big fan of Nils you know because I just loved his music and I met him at the Roxy or somewhere and he used to stay at the Sunset Marquee with me. One day I was taking a drive and we drove way up California up through Ventura. There’s an enormous sand hill on the right side of the road, a sort of a famous little spot up there, and it’s huge and people get a cardboard box and if you climb up to the top of the hill with a cardboard box, you can sort of sled down like you would sled if you had a piece of cardboard underneath you. So we were climbing up this huge sand hill, and we were sitting on and Nils was kind of, he was telling me about his records, he had some difficulties with the record company at the time, he’d made some good records and I think the company folded and he said , mate I wouldn’t mind just playing guitar like in a really great band, just got talking and I always remember Nils saying that I wouldn’t mind playing the guitar in a really great band and then I didn’t see him for a long long time and so when Steve left for a while, it was like I remembered Nils Logfren saying I wouldn’t mind playing guitar in a great band and I don’t remember if I called him or he might have called me when he heard that Steve wasn’t going to be there. It was just one of those things and it’s been perfect since

MUSIC: YOUNGSTOWN

Youngstown in concert with a killer solo by guitarist Nils Logfren. This is E Street Radio with an exclusive conversation backstage with Bruce Springsteen and rock critic Dave Marsh

DM : One of the phenomena that has happened that has got to have some effect on how you look back at your work is , you’re seeing , we saw this in that Nebraska concert, that was a fascinating guitar concert (Bruce : Right) in NYC and there was the Carnegie Hall concert, they were all sorts of younger acts mainly. When you look back at your work and you see that, how does that affect the way you see your own work ?

BS : It’s just satisfying, I would have to say A- I met a lot of interesting musicians and artists in those 2 concerts

DM : One of them ended up in the Seeger Sessions

BS: Yeah ! How about that. That was very unusual

DM : Marc Thompson , a stroke of genius

BS : Funny thing that happened was when I got Art (Baron) the tuba player. I said “jeez, now we’re looking for some background singers”. He said mate , I know this guy, he happened to mention to me he’d met you, you know he wasn’t 20 at the time himself and I said yeah , I remember him and he came down and it was sort of these instantaneous things, he sang a little bit, put the guitar on and it was just right and he was a beautiful dimension to the Sessions Band

DM : He's the only person I’ve ever seen stand next to you on that stage and he had anything right of the same kind of physical connection as with you as Steven does.

BS : oh yeah , it was just so nice, it was really , very brotherly. That thing was very complimentary, very lovely. If you run into once it’s amazing, if you run into twice or 2 or 3, it’s just , that was a band that fell together so naturally that it was a real, there was a good deal of fortune in it.

DM : Do you imagine working with them again ?

BS : Yeah, it’s something I’d like to do again. I mean I’d love to make another one of those records. You know I imagine I will, down the road piece. I loved all those colours, I loved the horns and the strings, and being able to, plus I get to completely take myself me out of what I normally do. (Intervention de DM ??) Well it was just something where, it was very free, just very free, so I’d like to do that again sometimes. Well it was too good a band to only do it once, you know, you’ll have to , plus I came to like everybody so much. Put on that DVD, check, the musicianship is just out of this world and it was completely something else from what I do with the ESB. It was very enjoyable and I look forward to doing it againat some point.

MUSIC: EYES ON THE PRIZE

Music from the Seeger Sessions Band on E Street Radio. Our conversation with writer Dave Marsh and Bruce Springsteen continues.

BS : I’ve been working a lot over the past 7 or 8 years, you know, pretty consistently, which is something I’d always sort of promised that I would do but wasn’t able to do in the first part of my work life. Funny thing is I had the music, if you buy Tracks, you see there’s a pretty good record, for every record that I put out , there ‘s pretty good one that I didn’t put out. Sometimes I sit and I look back and then say oops why didn’t I put those records out ? And part of it, is you’re honing a particular identity and a set of ideas, and so I made the records and the way I released them, very focused, which is something that I thought was important at the time. Now your priority is constantly, hopefully, it’s always developing but it’s also, there’s a part of what you’ve done that’s pretty set in stone so you have a lot more room to experiment, and there’s just more freedom in this part of my work life than there’s been in the past. And I like to work consistently and I found a way to integrate that with my family life, and Patti’s support, which is, you know, like part of having been able to do just this tour , there with the 3 kids ???. She’s home a lot. Through the tour, the two of us couldn’t be out there constantly. You couldn’t have 2 parents away. And I ‘m not away a lot, I‘m only out for a couple of nights and come home for 2 or 3 but still, the consistent parental presence is essential.

DM : The kids will notice the night you’re not home a lot more than the next one

BS : Yeah and our kids are used to, they have a lot of access to, they are used to, they wanted HOME life, they didn’t want a life where they’re moved around a lot and they let us know that pretty earlier on and we did our best to sort of make that work. So, she’s given me a lot of freedom to do as much work as I have in the past 7 or 8 years. That’s been very important

MUSIC: SHE’S THE ONE

Yes it’s E Street Radio taking you backstage for more of our exclusive conversation with Bruce Springsteen and his friend and biographer Dave Marsh.

DM : So you’re going out this time, what people can expect to see is more or less the Magic show they saw last time without any new material

BS: Well the show on this tour is, we’ve kept a tighter set-list. and we drifted less. And partly it ‘s because I wanted to play the new record which has got, I’ve got a lot of faith in that music and it just played so well. That’s probably my best. If you want to put a record on and just let it play, maybe since Born to Run or so, it may just play the best, it plays really so. And also those are the songs that are, I’m very invested in the band’s currency, and as long as what you’re doing currently is good and people want to hear it you know , I mean part of it is . It’s been a source of pride that we’ve been able to continue but also remain very vital as far as just our recordings and our performance. I would say like if you’re 15 or 16 , you can come to our show and you can say you have seen the ESB at their best. Somebody may have their favorite time, somebody may like what you did when you were 25, 35, 45, who knows what, you know. But if you’re a kid and you come today and your older brother doesn’t have anything or your dad doesn’t have anything, or your granddad doesn’t have anything since Born to Run, it’s only going to get crazier but you can say ‘I saw, that’s Clarence, that’s Steve and I saw’ , you come and you’ve seen us at our best.

MUSIC: BORN TO RUN

Merci à Chris64, Jpdom et Philippe35 pour la retranscription à l'oreille!


Dans sa loge. Collez votre oreille à la porte. Il est là maintenant avec le biographe et l’hôte de Sirius, Dave Marsh.

DM : Nous parlons à Bruce Springsteen. Nous sommes à Asbury Park, NJ. Je pensais à quelque chose aujourd’hui. Je vous vois jouer depuis 1972 et depuis cette date, vous avez fait des apparitions, vous avez donné un concert chaque année d’élection (Bruce : vraiment ?) et voilà que tout recommence. Vous savez, vous vous êtes tellement impliqués lors de la dernière [Vote For Change Tour, 2004]. Pourriez-vous imaginer rester en dehors de celle-là cette fois-ci?

BS : Oh oui ! Je le peux, vous savez. Parce que je ne crois pas que les musiciens et les artistes aient une profonde influence sur le monde politique, vous voyez ? Je crois que quelque soit l’aide que nous avons apporté la dernière fois, si aide il y a eu, elle a été en partie causée par le fait que nous avons surpris les gens. Et donc, c’était “Qu’est-ce qu’il fait ce mec? Il doit se passer un truc”. Donc, si nous avons été d’une quelconque utilité, je pense qu’elle vient du fait que nous n’étions pas partout, tout le temps, et je pense que c’est important, vous comprenez ? Et je crois que vous pouvez être à la fois très légèrement utile et être également très légèrement nuisible. Je ne veux surtout pas faire ça. Je ne crois pas que les gens élaborent leurs opinions politiques en fonction de leur artiste préféré. Je pense qu’ils choisissent probablement les artistes avec lesquels ils ont quelque chose en commun (Dave : et puis vient la dimension politique) et ensuite, ils vous autorisent à les influencer jusqu’à un certain degré. Et le système fonctionne dans l’autre sens aussi, parce que j’autorise mon public à m’influencer de certaines façons. Je pense qu’il y a certaines choses où ils peuvent m’être très utiles. Mais encore une fois, je crois que cela peut-être aussi devenir légèrement nuisible. Je ne pense pas nécessairement que… (Interrompu)

DM : [nuisibles] aux candidats ou à la cause ?

BS : Aux candidats et à la cause, aux deux. Donc je reste toujours prudent concernant ces choses-là et tout dépend simplement du contexte. Je ne sais pas ce que nous allons faire cette fois-ci, si nous allons faire quelque chose ou pas. C’est quelque chose qui doit arriver, si on en ressent la nécessité. Je doute que nous soyons dans la même situation que la dernière fois. La dernière fois, nous avions besoin d’y être… (interrompu)

DM : Le fait est que vous ne sortez pas à un moment prudent ? (BS : Oui) Il ne reste que des décombres ?

BS : Cela reste à voir

DM : Il y a en ce moment un grand débat, semble-t-il, autour d’Obama. Vous sentez-vous concerné par tout ça ?

BS : Oui, c’est un personnage passionnant et j’aime bien Hillary Clinton également. Je pense que ce sont deux bons candidats. Je crois que ce qui a rendu Barack Obama unique, encore une fois c’est un cliché mais c’est la vérité, mais il nous apparaît comme un homme politique très ‘’21ème siècle’ ‘et je pense que, comme quelqu’un l’a dit une fois, c’est moins ce qu’il fait que qui il est, et ce qu’il a été. Cela me rappelle ces moments charnières de l’histoire culturelle, quelque chose semblable à l’arrivée des Beatles et c’est le signal d’un changement culturel. Vous le sentez arriver en ce moment. Je crois que c’est la raison pour laquelle les gens sont aussi enthousiastes, quelque chose de vraiment différent pourrait arriver. Cela ne va pas forcément arriver, mais il y a une possibilité pour que le président soit une femme ou le premier président noir. Vous savez que ce sont des choses qui peuvent profondément changer le pays d’une certaine façon..

MUSIC: AMERICAN LAND

American Land, chantée pendant tous les rappels de la tournée Magic. Bruce Springsteen est backstage sur E Street Radio, parlant de la tournée avec le biographe et animateur de Sirius, Dave Marsh.

DM : Parlons un peu de ce qui fait de Magic une tournée un peu différente de celles que vous avez faites par le passé. Ce qui me paraît être la chose principale, c’est combien le set est compact, juste la durée parfaite pour un concert. Je n’ai pas l’impression que des choses soient laissées de côté…

BS : Oui, le développement a véritablement été naturel. Vous avez ces nouvelles chansons. Le truc, c’est comment intégrer les chansons que vous venez d’écrire à votre répertoire. Pour que le concert apporte ces deux sentiments : vous voulez ressentir la nouveauté et vous voulez aussi honorer l’histoire que vous avez avec votre public et avec la musique que vous avez écrite par le passé. Donc, on est toujours à la recherche du concert, vous répétez pour trouvez le concert. Tout le monde sait jouer et rapidement, vous savez jouer les nouveaux morceaux, alors vous répétez pour situer votre récit, vers où vous dirigez-vous cette fois-ci, quel récit vous suivez et quand se mettra-t-il en place, puis vous êtes prêts. Pour nous, la mise en place s’est faite, pas le premier soir à Asbury, mais le deuxième. Et tout à coup, je suis sorti de scène et j’ai dit "Ok, on tient le concert". Le premier soir, je suis sorti et j’ai dit "Nous sommes prêts à jouer". Le deuxième soir, je suis sorti de scène et j’ai dit "Nous tenons le concert, nous tenons le récit, ce que nous voulons dire".

DM : Est-ce qu’il y a un lien avec, en fait vous le répétiez aujourd’hui, ce long groupe de chansons qui commence par Devil’s Arcade et se termine typiquement par Badlands qui clôt le set, avant les rappels ?

BS : Oui, c’était juste quelque chose, je pense que si vous cherchez le moment charnière du concert, je dirais qu’il se trouve probablement là. Si vous voulez savoir pourquoi le E Street Band a repris la route en 2008, la raison sera celle-là. Cette série de chansons, je suppose, sera au cœur de la réponse.

MUSIC: DEVIL'S ARCADE, THE RISING, LAST TO DIE, LONG WALK HOME, BADLANDS

BS : Il y a quelque chose sur la façon dont ces chansons se déplacent les unes après les autres. De Devil’s Arcade jusqu’à The Rising, jusqu’à Last To Die, jusqu’à Long Walk Home, jusqu’à Badlands. Si vous voulez évaluer la distance entre la musique de 2001, celle de The Rising en 2002 et celle d’aujourd’hui, voici le genre de route que nous parcourons.

DM : Et puis, et vous nous ramenez en arrière, un retour en arrière de presque 30 ans avec Badlands

BS : Oui, tout ce truc est, reste, le matériel de Darkness reste ce que j’ai écrit de plus puissant et de plus pertinent comme musique. Et tournée après tournée, on continue de le jouer.

DM : Mais Badlands n’avait jamais terminée un set auparavant

BS : Non, mais la raison est que les chansons changent et évoluent selon les circonstances : l’histoire, le répertoire que vous présentez à un moment donné, ce qu’elles contiennent se développe, je pense, ou peut se développer, si on leur trouve la place juste. Et cette chanson était celle qui s’accordait le mieux pour clore la partie principale du concert.

DM : Mais c’est déroutant de revenir de Long Walk Home où vous êtes dehors dans ce désert et soudain dans ces badlands qui crient au triomphe

BS : Oui, mais que demande Badlands ? Et bien, la chanson demande de la ténacité, demande de la foi, et de la solidité, demande de la force, demande simplement de l’endurance, émotionnelle, spirituelle. Donc, je pense que si on a besoin de quelque chose après ces sept dernières années, ce qu’on vient de vivre jusqu’ici, c’est un besoin de ténacité et vous n’avez pas besoin qu’on vous vide de votre vitalité. Le concert atteint son pic en deux endroits : le premier, à la moitié du concert avec The Promised Land, une chanson joyeuse de Darkness, parce qu’on sort de Living In The Future et que la seule réponse, après Living In The Future, c’est The Promised Land. Et ensuite, on attaque sur Badlands, qui est une sorte de réponse à la deuxième partie du concert. Il est surprenant que ces deux chansons que j’ai écrites probablement à l’âge de 27 ans, même si le contexte politique était similaire, finissent par devenir les deux choses qui peuvent encore résumer, en grande partie, la façon dont je vois les choses actuelles, vous comprenez ?..

MUSIC: THE PROMISED LAND

The Promised Land, à l’origine sur l’album Darkness on the Edge of Town est toujours une chanson de base dans un concert de Springsteen. Vous écoutez une conversation backstage entre Bruce et le critique rock Dave Marsh, en exclusivité sur E Street Radio Sirius 10

DM : L’autre façon pour Darkness de faire son retour est que cette année équivaut pour Darkness à ce qu’a représentée l’année 1975 en 2005 pour Born To Run.

BS : Oui. On a travaillé dessus, on a fouillé dans nos archives de Darkness, nos 7 années d’archives et d’autres choses, et si on peut monter un truc qui mette un peu en valeur ce disque, peut-être que l’on aura l’occasion de le sorti.

DM : Et bien, je pensais en fait que cette époque-là était intéressante pour vous et pour le pays, car le pays allait mal, comme maintenant, dans le sens où le pays se tournait vers de grands changements (Bruce : oui) et c’était une période de crise, même si ce n’était pas le même genre de crise. C’était en grande partie une crise économique. En fait non quand j’y repense, c’était une époque bizarre, vous savez avec les otages et tout ce non-sens (Bruce : oui, oui). C’est une époque intéressante qui arrive en flottant jusqu’à nous depuis l’horizon.

BS : Je pense que c’est juste la musique qui s’est révélée être pertinente, parce que j’étais conscient de faire de la musique d’adulte. En même temps, nous jouons les morceaux de Born To Run, qui passent toujours aussi bien. Nous avons joué Jungleland ici et durant la tournée et j’ai l’impression, vous voyez, que le morceau sonne différemment au fil du temps. C’est une des meilleures choses que j’ai écrites.

MUSIC: JUNGLELAND

Une performance captivante de Jungleland sur E Street Radio Sirius 10. Nous sommes backstage avec Bruce Springsteen et l’écrivain Dave Marsh, en train de parler du prochain leg de la tournée Magic et du changement à l’intérieur du E Street Band, Charlie Giordano remplaçant Danny Federici aux claviers.

DM : Vous avez un groupe légèrement différent, étant donné que Danny Federici ne fait pas la tournée et que Charlie est un ami et que, quand je regarde la scène et que je vois mon ami remplacer mon ami, d’un point de vue du public du moins, c’est une expérience chargée d’émotions. Car Danny est un type très mélancolique sur scène et dans la vie.

BS : Je crois qu’on en parle, dans des interviews récentes, une des choses importantes, c’est le groupe. Je joue avec Danny depuis 40 ans et avec Steve depuis aussi longtemps. Je veux dire que ce groupe de personnes, ce groupe spécifique d’individus, au même endroit au même moment, vous comprenez, c’est une chose rare aujourd’hui. C’est une chose unique et c’est pour moi une grande source de plaisir et de joie. Et nous avons tous eu nos hauts et nos bas au cours des années, nous avons rencontré les mêmes problèmes que les autres groupes de rock, mais je pense que ce qui a fonctionné différemment dans notre groupe, c’est que : premièrement, les membres se sont vraiment, comme je l’ai déjà dit, se sont vraiment préoccupés les uns des autres. Si quelqu’un avait des ennuis, il y avait toujours quelqu’un d’autre pour s’occuper de lui, d’une certaine façon, vous comprenez ? Donc, cela nous amène à 40, 30, 40 années sur la route et nous sommes tous ensemble dans ce même endroit, continuant à jouer. Le groupe est simplement une unité extrêmement vitale et puissante.

MUSIC : PROVE IT ALL NIGHT

DM : Je ne pense pas que quelqu’un qui suit ce groupe depuis si longtemps, comme je l’ai déjà mentionné, puisse l’accepter comme une simple addition d’individus.

BS : Je crois que quand Danny est rentré chez lui, au milieu de la tournée, la sensation fut très inhabituelle. Parce que je n’avais jamais joué avec le E Street Band, sans Danny Federici, vous comprenez ? C’est juste “jamais arrivé auparavant” et tout le monde était comme ‘’Woahh’’. Vous savez, cela ne s’était jamais produit avant. Et Charlie est arrivé et vous savez que j’ai vécu une grande expérience avec Charlie pendant la tournée des Seeger Sessions. Il est arrivé, s’est avancé et a commencé à jouer et pour les répétitions, il n’a eu besoin littéralement que d’un soir. Il s’est assis à coté de Danny, ils ont travaillé ensemble pendant un bon moment et il est monté sur scène et a commencé à jouer et il a fait un boulot fantastique

DM : Et Charlie s’intègre d’une façon particulière car il ne joue pas seulement des claviers et de l’accordéon. (Bruce : oui! une de ces chances !!)

BS : C’est également un grand musicien, vous savez. Il est connu de partout, à New-York depuis toujours, et il est arrivé, et il a intégré le groupe. Il a merveilleusement bien joué avec The Sessions Band, donc il avait déjà établi un certain contact avec une bonne partie de notre public. Et ça a été une bonne chose et je pense qu’il a simplement géré tout cela avec tant d’élégance

DM : Mais il possède la personnalité qui s’intègre avec n’importe quel groupe musical de personnes

BS : Oui c’est un merveilleux musicien, vous savez. Il a été très utile, il nous a été très, très utile. Et Danny, nous sommes heureux de vous l’annoncer, se porte bien, va très bien en ce moment. Donc tout le monde est très content de cette nouvelle. D’après ce que je sais, j’ai eu quelques conversations avec lui et il va essayer de reprendre la tournée sur ce leg et je l’attends avec impatience

MUSIC: SHOULD I FALL BEHIND

Ici E Street Radio. Tout de suite une conversation backstage avec l’animateur de Sirius, Dave Marsh et Bruce Springsteen qui admet qu’il n’est pas toujours facile d’être le patron

DM : Nils m’a dit cette chose… on parlait simplement de la notion de leader de groupe et combien il apprécie de ne pas avoir à en être un dans le votre

BS : C’est bien de ne pas avoir à en être un. J’ai joué avec Joe Grushecky, je jouais juste de la guitare, sur une courte tournée [Ndt: octobre 1995]. C’était assez agréable. C’était assez agréable de simplement monter sur scène et de chanter toutes les chansons et de devoir jouer les parties de guitares pendant un moment. Quand j’ai rencontré Nils, la première chose que je lui ai dite… Je me souviens avoir rencontré Nils au début des années 80, et j’étais un grand fan de Nils, vous savez ? J’aimais tout simplement sa musique. Et je l’ai rencontré au Roxy ou ailleurs, et il avait l’habitude de loger avec moi au Sunset Marquis. Un jour, on se promenait en voiture et on remontait la Californie en passant par Ventura. Il y a une énorme colline de sable sur le côté droit de la chaussée, un genre d’attraction touristique, et cette colline est immense. Et les gens emmenaient une sorte de boite en carton et quand vous arriviez à grimper jusqu’au sommet de la colline avec cette boite, vous pouviez la dévaler avec ce carton servant de luge. Donc, on grimpe cette immense colline de sable, et on était assis au sommet et Nils était comme, il me parlait de ses disques. Il avait quelques difficultés avec sa maison de disques à l’époque, il avait enregistré de bons disques et je pense que la compagnie s’écroulait. Et il m’a dit, ‘mon pote, cela ne me dérangerait pas de jouer de la guitare dans un grand groupe de rock’. On a continué à parler et je me suis toujours souvenu de Nils me disant que jouer de la guitare dans un grand groupe de rock ne le dérangerait pas. Et puis, je ne l’ai plus vu pendant un long moment. Et puis quand Steve est parti pendant un certain temps, je me suis rappelé des paroles de Nils Lofgren, et je ne me souviens plus si c’est moi qui lui ai téléphoné ou le contraire quand il a appris le départ de Steve. C’est juste un de ces instants uniques et depuis, il est parfait

MUSIC: YOUNGSTOWN

Youngstown en concert avec ce solo de tueur du guitariste Nils Lofgren. Ici E Street Radio avec une conversation exclusive entre Bruce Springsteen et le critique de rock, Dave Marsh.

DM : Un des phénomènes qui s’est produit et qui a certainement engendré un effet certain sur la façon dont vous vous penchez sur votre propre travail est, vous l’avez remarqué durant ce Nebraska Project [Ndt :concert hommage au disque Nebraska, 14.01.2006], ce concert durant le New-York Guitar Festival était (Bruce : oui) fascinant. Puis il y a eu celui au Carnegie Hall [concert hommage à Springsteen, 05.04.2007], des artistes tous jeunes, principalement. Quand vous prenez du recul sur votre oeuvre et que vous voyez ça, comment cela affecte-t-il la façon de voir votre propre travail ?

BS : C’est simplement satisfaisant, dirais-je. J’ai rencontré un tas de musiciens et d’artistes intéressants durant ces deux concerts

DM : Un de ceux-là a fini par intégrer les Seeger Sessions

BS: Oui, et de quelle manière. Ce fut très inhabituel

DM : Marc Thompson, un coup de génie

BS : C’est arrivé de façon amusante quand j’ai pris Art [Baron], comme joueur de tuba. Je lui ai dit ‘’On est à la recherche de quelques choristes’’. Il m’a dit, ‘’Je connais ce gars, il m’a déjà dit qu’il t’avait rencontré, tu sais, il n’avait même pas 20 ans à l’époque’’. Et je lui ai dit ’’Oui, je me souviens de lui’’ et il est arrivé et c’était un de ces instants spontanés. Il a un peu chanté, a pris une guitare et tout était parfait. Il a apporté une magnifique dimension au Session Band

DM : C’est la seule personne que j’ai jamais vu, se tenir à vos côtés sur cette scène, et il avait, avec vous, cette même connexion physique que vous avez aussi avec Steve.

BS : Oh, oui. C’était assez agréable, c’était véritablement très fraternel. C’était très complémentaire, très beau. Si vous le vivez une fois, c’est extraordinaire. Si vous le vivez deux ou trois fois, c’est juste… C’était un groupe qui respirait si naturellement que l’expérience fut une véritable, il y a eu une bonne dose de fortune dans ce groupe.

DM : Est-ce que vous vous imaginez travailler avec eux à nouveau ?

BS : Oui. C’est quelque chose que j’aimerais refaire. Je veux dire, j’aimerais refaire un de ces disques. Vous savez, je pense que je le ferai, de nouveau sur la route. J’ai aimé toutes ces couleurs, j’ai aimé les cuivres et les violons. Et la capacité que j’ai eu de faire quelque chose de complètement inhabituel pour moi. C’était quelque chose où nous étions assez libres, tout simplement libres. C’est pourquoi j’aimerais le refaire. Ce groupe était trop bon pour n’exister qu’une fois, vous comprenez ? Et puis, tout le monde a aimé. Mettez ce DVD, regardez, cette communauté de musiciens est exceptionnelle et c’était quelque chose de complètement différent de ce que je fais avec le E Street Band. C’était très divertissant et j’attends avec impatience de le refaire un jour.

MUSIC: EYES ON THE PRIZE

Chanson du Seeger Sessions Band sur E Street Radio. Notre conversation avec l’écrivain Dave Marsh et Bruce Springsteen continue.

BS : Je travaille énormément depuis les 7 ou 8 dernières années, vous savez ? Assez systématiquement, ce qui est quelque chose que je m’étais toujours promis de faire, mais dont j’avais été incapable durant la première partie de ma vie professionnelle. Ce qui est marrant, c’est que j’avais la musique. Si vous achetez Tracks, vous remarquerez que, pour chaque album sorti, il existe à côté un disque aussi bon. Il en existe un autre, assez bon, qui n’est jamais sorti. Quelque fois, je m’assois et regarde en arrière et puis je me dis, ‘’Oops, pourquoi je n’ai pas sorti ces disques ?’’ Et une des raisons, c’est que vous vous façonnez une identité particulière et une collection d’idées, et donc, j’enregistrais des disques et la façon de les sortir était très ciblée. Ce qui, je le pensais, était très important à l’époque. Aujourd’hui, votre priorité se trouve sans cesse, et j’espère toujours, en développement. Mais il y a une partie de ce que vous avez fait qui est gravée dans le marbre, donc vous avec beaucoup plus d’opportunités pour expérimenter. Et il existe juste une plus grande liberté dans cette partie de ma vie professionnelle, qu’il y avait par le passé. Et j’aime travailler systématiquement et j’ai trouvé une façon pour l’intégrer à ma vie privée, avec le soutien de Patti. Qui est, vous le savez, une des raisons qui m’a permis de faire cette tournée. Avec 3 enfants, elle reste souvent à la maison. Durant la tournée, on ne pouvait pas tous les deux partir systématiquement. Vous ne pouvez pas avoir vos deux parents partis. Et je ne suis pas souvent absent. Je ne suis pas chez moi deux soirs de suite et je rentre chez moi pour deux ou trois jours. La présence constante des parents est essentielle.

DM : Les enfants remarqueront plus facilement le soir où vous n’êtes pas là que celui où vous êtes là.

BS : Oui. Et nos enfants sont habitués, ils y ont accès facilement, ils sont habitués. Ils voulaient une vie casanière, ils ne voulaient pas une vie où ils déménagent souvent et ils nous l’ont fait comprendre assez tôt. Et nous avons fait de notre mieux pour faire en sorte que ça marche. Donc, elle m’a donné beaucoup de liberté pour pouvoir accomplir autant de travail que celui que j’ai abattu durant ces 7 ou 8 années. C’était très important

MUSIC: SHE’S THE ONE

Oui, ici E Street Radio vous emmenant backstage pour plus qu’une conversation exclusive entre Bruce Springsteen et son ami et biographe Dave Marsh.

DM : Vous repartez en tournée, cette fois les gens peuvent s’attendre à voir plus ou moins le même show qu’ils ont vu la dernière fois sur la tournée Magic, sans aucune nouvelles choses ?

BS: Le show sur cette tournée… nous avons gardé une set-list plus compact, et nous avons moins dérivé. En partie car je voulais jouer le nouvel album. J’ai beaucoup d’espoir en cette musique, et elle sonne si bien. C’est certainement ce que j’ai fait de mieux. Si vous voulez mettre un disque sur la platine et laisser jouer, peut-être que depuis Born To Run, il se peut que ce soit ce qu’il y a de meilleur, ça sonne vraiment bien. Mais aussi, ce sont des chansons, je m’intéresse au côté actuel du groupe, et tant que ce que tu fais actuellement est bon et que les gens veulent l’écouter, je veux dire, une partie l’est. C’est une source de fierté d’avoir été capable de continuer, tout aussi important que nos enregistrements ou notre performance. Je dirais que si vous avez 15 ou 16 ans, vous pouvez venir nous voir sur scène et vous pouvez dire que vous avez vu le E Street Band à son zénith. Certains auront peut-être leur époque préférée, certains auront peut-être aimé ce que nous faisions quand nous avions 25, 35, 45 ans, où je ne sais quelle période, vous comprenez ? Mais si vous êtes un gosse et que vous venez aujourd’hui et que votre frère aîné n’a plus rien aimé, ou votre père n’a plus rien aimé où votre grand-père n’a plus rien aimé depuis Born To Run. Ce sera encore plus fou, mais vous pourrez dire, "J’ai vu que Clarence, que Steve, et que moi… vous nous avez vu à notre meilleure forme".

MUSIC: BORN TO RUN

Merci à "Magic" Sébastien et Chris(64)!