Presse - TV - Radios


The mighty one dishes on what it's really like to power up the brotherhood that backs the Boss night after night.

It's a tired question about the very idea of getting tired. But it came up in conversation with Max Weinberg quite naturally. While he chomped away at a late lunch after his flight from Vancouver touched down in Los Angeles, I suddenly found the oh-so-obvious query I'd ordinarily resist reflexively popping out.

"Born to Run," "Badlands," "Rosalita," "Thunder Road" … those indestructible giants of the Bruce Springsteen songbook, the ones that are rarely left off set lists, and thus will probably turn up again Monday and Tuesday when the Boss and the venerable E Street Band return to Honda Center for the first time in nearly eight years … well, c'mon, doesn't Conan O'Brien's favorite bandleader ever get tired of playing them?

"Nope."

He responds before I even finish the question, like a guy who's been asked it a dozen times too many. But his resolve is so certain, so unwavering, it begs a bit of pressing.

"Never happens?"

"Never happens."

"You gotta be kidding. There has to be that one song …" I figure the simplicity of "Dancing in the Dark" alone is enough to get even the Mighty Max daydreaming on autopilot some nights.

"Not me. I take each one very separately. And if he wants to play 'em, I'm there to play 'em as best I can.

"It's about staying in the moment," he explains. "I never make a judgment about what he wants to play. The only judgment I make about any song, whether it's for Bruce or on television, is to dig into it and get the most out of it every time. Most people would tell you I take a lot of things seriously … but I definitely take thatseriously."

That's the beauty of Weinberg: Like rock's best unassuming drummers – Ringo Starr, Charlie Watts, the Attractions' Pete Thomas, session greats like Steve Gadd and Jim Keltner – he serves the song, always, not his considerable chops.

He also claims to have a "photographic memory," so to speak, of every Springsteen song he's ever played on – so that when Bruce calls out an audible for, say, the "Born in the U.S.A." outtake "None but the Brave," as he did Monday night in Vancouver for the first time this tour, Weinberg doesn't hesitate. Like the rest of the E Street Band, he knows he has to be fully prepared to pull anything out of his mental kit bag.

"He's really starting to mix it up a lot lately," Weinberg says of his, uh, boss – "our fearless leader," as he refers to him at one point. At all times, "You have to pay attention on stage, keep your eyes and ears open … or you'll miss it."

"It" being whatever Springsteen wants to serve up to satisfy his mood, or the audience's. "That's key," Weinberg notes. "Or, you know, the bus will leave without you. And that's always an unpleasant feeling."

A MEAN MACHINE

Not that there's much chance of that happening these days. Chrome-wheeled, fuel-injected and stepping out over the line night after night worldwide, the E Street Band remains a finely tuned machine – even now, with organist Danny Federici taking a leave of absence to battle melanoma. "He's on the injured reserve list," Weinberg says, happy to report that he turned up March 20 in Indianapolis to add accordion to the rarely played "4th of July, Asbury Park (Sandy)."

Many members, of course, are stars in their own right – chief among them guitarists Nils Lofgren (late of Grin and plenty of noteworthy solo work) and Steven Van Zandt (aka Silvio Dante of "The Sopranos" and host of the widely admired weekly radio program "Little Steven's Underground Garage"). Patti Scialfa, also Mrs. Springsteen, has garnered acclaim for her own music, particularly last year's "Play It as It Lays." The big man on saxophone, Clarence Clemons – he's virtually as recognizable on this Cadillac of rock 'n' roll bands as that car's hood ornament.

Add in bassist Gary W. Tallent and, especially, the graceful touch of pianist Roy Bittan and you've got a unique, muscular, instantly identifiable sound from a legendary band that, after all these years, should have been properly credited on Springsteen's latest album, "Magic." "I don't really know how to respond to that," Weinberg demurs when I suggest that. "That's the way the albums have always been, even predating when I joined the band (in 1974)." Besides, he adds, "Once people hear a record like this, they know."

They're "Blood Brothers," as the title of a 1996 documentary about the gang put it, despite the doubling of estrogen in recent years with the addition of violinist Soozie Tyrell. And blood brothers don't mind letting their linchpin get the glory. But here's another "duh" question: Does the camaraderie we fans see onstage year after year carry on offstage? Are they as tight as they seem?

"Oh, absolutely," Weinberg responds. Just a few nights before in Vancouver, for instance, Springsteen, 58, and Weinberg, who'll be 57 in a week, took their sons to see a new favorite, the excitably punctuated Florida band Against Me! "Then they came to our sound-check the next day," Max murmurs between bites, "and they said it was almost like we had a sixth sense among us. Especially when we're rehearsing, there's very little talking – and then suddenly we're playing. That's how it is with us.

"We're all a lot older now, you know. We all have families and separate lives. But when we play together, we're like that same bunch of kids that started this all those years ago. These are bonds that have been created over a lifetime. What you see is what we are."

WAITING ON A FAVORITE

What you'll hear, however, and when … well, that's up to no one but the Boss.

I heard it said once that, with the Rolling Stones, though all eyes may be drawn first to Mick Jagger's rooster strut, the group's driving force has always been a matter of elusive chemistry, as it is with all great bands. Watts is always slightly ahead of the beat, Keith Richards slightly behind (naturally), Bill Wyman (or now Darryl Jones) holding it all down in the middle. That's a weird motor, to be sure – but it's what makes the Stones the Stones.

By comparison, Weinberg describes the E Street Band more like an arrowhead, all forces marshaled to support Springsteen at the piercing point.

"We're still playing on the edge," he insists. "We go out there and play hard – like it's the last time we're ever gonna play. Every single night is extremely meaningful for all of us, and the audience – that's why they keep coming back for more, I believe."

Sure, but let's be honest – many of them keep coming back because they think this will be the night they finally hear "Jungleland" or "Sandy." "Thundercrack" – that was the big surprise from this tour's first leg, though I recall going ape last year at the L.A. Sports Arena when Max started rattling his high-hat to kick off a not-nearly-as-rare "Candy's Room."

What's been turning up lately? Several from "The River" – "Sherry Darling," the chilling title tune and "Point Blank." "Because the Night." "Lost in the Flood." Even "Incident on 57th Street," and with some regularity." "Meeting across the River" on April 7 would make it the best show ever!!!"

True, the era of four-hour Springsteen marathons is long past. These days shows clock in at about two hours and change – "but I think in that period of time you get about five hours of music," Weinberg says, laughing. Included in that: most of "Magic," which makes this band one of few of stature to consistently play new works almost in their entirety.

Such songs' placement in the set builds a skeleton for shows, which can give the impression that an E Street Band bash couldn't possibly be half as free-wheelin' as they were decades ago. Not so, Weinberg contends. Frameworks were employed way back when as well. "Bruce has a particular set of ideas he wants to get across," he explains, "and we're sympathetic to what he wants to hear. But where we're headed each night is anyone's guess."

The expectation, he says, "if there is one that we carry with us, is not to live up to this idea of being Bruce Springsteen and the E Street Band. It's to live up to something Bruce said many years ago – that we want to give people more than their money's worth."

But how do you do that when the shows are shorter and the prices higher? Reasonable, yes, especially compared to what other Hall of Famers charge now. But still higher.

"Well, I think the point is, when you're buying a ticket – whether it's for a movie or an extremely expensive Broadway show, or to see us – are you moved by the experience? Have you been changed in some way? That's what we try to do every night – come in to your town, play, change you … and leave."

He chuckled at that thought, but he means it seriously: "On any given night, if you've spent your money and waited in line to see us, you know you're gonna see something that is a standard-bearer of striving toward excellence. You may not hear your favorite song. But if you go to enough concerts, you will."


Max Weinberg fournit une revue intérieure de la vie sur E Street

"The mighty" (le puissant, surnom de Max) nous livre ce qui amplifie la fraternité qui soutient le Boss soir après soir.

C’est une question lassante sur l’idée d’être fatigué. Mais c’est venu assez naturellement dans la conversation avec Max Weinberg. Pendant qu’il grignotait lors d’un déjeuner tardif après l’atterrissage de son vol à Los Angeles, en provenance de Vancouver, J’ai soudain posé la question "oh-tellement-évidente" qu’ordinairement j’ai le réflexe de résister à sortir.

"Born to Run," "Badlands," "Rosalita," "Thunder Road" … ces géants indestructibles du catalogue de Bruce Springsteen, celles qui quittent rarement les set-lists, et qui remonteront encore lundi et mardi lorsque le Boss et le vénérable E Street Band reviendront au Honda Center pour la première fois depuis 8 ans … allez, dis-le, est-ce que le Leader favori de Conan o’Brien n’est jamais fatigué de les jouer ?

"Nan."

Il a répondu avant même que j’ai fini la question, comme un mec à qui on l’a posé une douzaine fois de trop. Mais sa résolution est tellement certaine, tellement inébranlable, ça mérite un peu de pression.

"Ca n'est jamais arrivé?"

"Jamais arrivé."

"Tu dois être en train de plaisanter. Il y a forcément cette chanson… Je suppose la simplicité de “Dancing in the dark” seule est suffisante pour que même Mighty Max rêve d’être en pilote automatique certaines nuits."

"Pas moi. Je prends chacune vraiment séparément. Et s’il veut les jouer, je suis là pour les jouer du mieux que je peux."

"C’est comme être dans l’instant" expliques-t-il "Je n’émets jamais de jugement sur ce qu’il veut jouer. Le seul jugement que je fais, avec n’importe quelle chanson, que ce soit pour Bruce ou à la télévision, c’est juste de rentrer dedans et d’en sortir le meilleur à chaque fois. La plupart des gens diraient que je prends beaucoup de choses sérieusement… mais je prends ça catégoriquement sérieusement."

C’est la beauté de Weinberg : comme ces batteurs de rock modestes – Ringo Starr, Charlie Watts, Pete Thomas (des Attractions), les batteurs de studios comme Steve Gadd et Jim Keltner – ils servent la chanson, toujours, pas son abattage considérable.

Il se targue également d’avoir "une mémoire photographique", façon de parler, de chaque chanson de Springsteen qu’il a déjà joué – dès que Bruce demande distinctement, par exemple cette chute de "Born in the USA", "None but the brave", comme il l’a fait lundi soir à Vancouver pour la première fois sur ce tour, Weinberg n’a pas hésité. Comme le reste du E Street Band, il sait qu’il doit être pleinement préparé à sortir n’importe quoi de son bagage mental.

"Il commence vraiment à préparer tout ça tardivement", dit Weinberg, en parlant de son, heu, Patron "notre Chef sans peur", comme il l’appellera à un moment. A tout moment, "vous devez faire très attention sur scène, garder les yeux et les oreilles ouverts… ou vous manquerez ça."

"Ca" c’est n’importe quelle chose que Springsteen veut servir pour satisfaire son état d’esprit, ou son public. ‘C’est la clé’, note Weinberg. ‘Ou, vous savez, le bus partira sans vous. Et, c’est toujours un sentiment pas plaisant."

UNE MACHINE ENTRAINEE

Pas qu’il y ai beaucoup de chance que ça arrive ces temps-ci. Roues chromées, gaz à fond et franchissant la ligne blanche nuit après nuit dans le monde entier, le E Street Band rappelle une machine bien réglée – même maintenant, avec l’organiste Danny Federici absent afin de se soigner d’un mélanome. "Il est sur la liste des remplaçants blessés", dit Weinberg, heureux de rapporter qu’il est apparu le 20 mars à Indianapolis pour ajouter de l’accordéon au rarement joué “4th of july, Asbury Park (Sandy)”.

La plupart des membres du groupe, bien sur, sont des stars à part entière – parmi eux, les guitaristes Nils Lofgren (ancien de Grin et pleins d’albums solos notables) et Steven Van Zandt (connu aussi comme Silvio Dante dans la série “Les Sopranos” et à la tête du programme radio hebdomadaire, largement admiré "Little Steven’s Underground Garage". Patti Scialfa, Mme Springsteen, a reçu également des éloges pour sa propre musique, particulièrement son album "Play it as it lays" sorti l’an dernier. Le Big Man, au saxophone, Clarence Clemons – il est en fait aussi reconnaissable dans cette Cadillac du rock’n’roll que l’est la décoration sur le capot de cette voiture.

Ajouter à ça le bassiste Gary W. Tallent et, tout spécialement le touché gracieux du pianiste Roy Bittan et vous avez un son unique, musclé, instantanément identifiable d’un groupe légendaire qui, après toutes ces années, aurait du être crédité sur le dernier album de Springsteen, "Magic". "Je ne sais pas quoi répondre à ça", dit Weinberg, réservé quand je lui suggère cela. "C’est comme ça que les albums ont toujours été, même avant que je ne rejoigne le groupe (en 1974)." En plus, il ajoute, "une fois que les gens écoutent un disque comme celui-là, ils savent".

Ils sont « frères de sang », comme le titre d’un documentaire sorti sur eux en 1996, malgré l’arrivée ces dernières années de la violoniste Soozie Tyrell. Et frères de sang ne veut pas dire laisser leur pivot prendre la gloire. Mais il y a une autre "heu" question : est-ce que leur camaraderie que nous les fans voyons sur scène année après année perdure en dehors ? Sont-ils si proches qu’ils le semblent ?

"Oh, absolument", Weinberg répond. Quelques nuits avant à Vancouver, par exemple, Springsteen, 58, et Weinberg, qui aura 57 ans dans une semaine, ont emmené leurs fils voir le nouveau groupe à la mode, les agités venus de Floride, "Against Me" ! "Puis, ils sont venus à nos prises de sons, le lendemain", Max murmure entre deux bouchées, "et ils ont dit que c’était presque comme si nous avions un sixième sens entre nous. Particulièrement, lorsque nous répétons, il y a vraiment très peu de paroles – et soudainement nous jouons. C’est comme ça avec nous."

"Nous sommes un peu plus vieux maintenant, vous savez. Nous avons tous des familles et des vies séparées. Mais quand nous jouons ensemble, nous sommes comme cette bande de gamins que nous étions quand nous avons commencé, il y a des années de cela. Ce sont des engagements qui ont été créés sur toute une vie. Ce que vous voyez est ce que nous sommes."

DANS L’ATTENTE DE LA PREFEREE

Ce que vous entendez, peu importe comment, et quand … et bien, ce n’est dû à personne d’autre qu'au Boss..

J’ai entendu dire une fois que, avec les Rolling Stones, bien que tous les yeux soit dirigés d’abord sur Mick Jagger se pavanant comme un coq, la force agissante du groupe a toujours été matière à de la chimie insaisissable, comme ça l’est pour tous les grands groupes. Watts est toujours légèrement en avant sur le rythme, Keith Richards légèrement en arrière (naturellement), Bill Wyman (ou maintenant Darryl Jones) portant l’ensemble au milieu. C’est un moteur mystérieux, pour sur – mais c’est ce qui fait que les Stones sont les Stones.

Par comparaison, Weinberg décrit le E Street Band plus comme une pointe de flèche, toutes les forces rassemblées pour soutenir Springsteen jusqu'au point de percée.

"Nous jouons toujours à la limite", insiste-t-il. "Nous allons là-bas et jouons durement – comme si c’était la dernière fois que nous jouerions. Chaque nuit est extrêmement significative pour chacun de nous, et le public – c’est pour ça qu’ils continuent à venir, je pense. "Bien sur, mais soyons honnête – beaucoup d’entre eux reviennent parce qu’ils pensent que ce sera la nuit où ils entendront finalement "Jungleland" ou "Sandy". "Thundercrack" - c’était une grosse surprise de cette première partie de tournée, bien que je me souvienne être devenu singe l’année dernière au L.A. Sports Arena quand Max a fait cliqueter sa Charleston pour entrer dans une presque-considérée-comme-rare "Candy’s room"

Qu’est-ce qui est ressorti plus tard ? Plusieurs de "The River" - "Sherry darling", le titre éponyme qui fait froid dans le dos et "Point blank". "Because the night" "Lost in the flood". Même "Incident on 57th Street", et avec une certain régularité. « Meeting across the river » le 7 avril pourrait en faire le meilleur show de toujours !!!"

Vrai, la période des concerts marathon de 4 heures de Springsteen est du passé. Ces temps-ci, les shows durent environ 2 heures et changent – "mais je pense à cette période où vous étiez là pour 5 heures de musique", dit Weinberg, en riant. Inclus là-dedans : la plupart des titres de "Magic", qui en font l’un des quelques groupes de cette stature à constamment jouer leurs nouveautés même dans leur intégralité.

"Autant de chansons à placer dans le set construisent un squelette pour les shows, ce qui peut donner l’impression que le E Street Band ne pourrait pas être à moitié en roue-libre, comme ils l’étaient des dizaines d’années en arrière. Pas autant, affirme Weinberg. Des structures sont employées depuis longtemps. "Bruce a un groupe d’idées particulières qu’il veut mettre en place", explique-t’il, "et nous sommes compréhensifs à ce qu’il veut entendre. Mais, où nous sommes les meilleurs chaque nuit est le souhait de n’importe qui."

"L’attente", dit-il, "s’il y en a une avec nous, n’est pas de vivre selon l’idée d’être Bruce Springsteen et le E Street Band. C’est de se montrer à la hauteur de quelque chose que Bruce a dit il y a des années – que nous voulons donner aux gens plus que la valeur de l’argent qu’ils ont dépensé."

"Mais comment faites-vous ça quand les concerts sont plus courts et les prix plus élevés ? Raisonnablement, oui, spécialement comparé aux prix demandés par les autres Hall of Famers. Mais toujours plus chers."

"Bon, je pense que le fait est que, quand vous achetez un ticket – peu importe que ce soit pour un film ou un spectacle extrêmement cher de Broadway, ou pour nous voir – est-ce que vous êtes changé par l’expérience ? Avez-vous été transformé d’une quelconque manière ? C’est ce que nous essayons de faire chaque nuit – venir dans votre ville, jouer, vous transformer… et partir."

Il rit à cette pensée, mais il le pense sérieusement : "n’importe quelle nuit, si vous avez dépensé votre argent et avez fait la queue pour nous voir, vous savez que vous allez voir quelque chose qui est comme un porte-drapeau s’efforçant d’atteindre l’excellence. Vous n’entendrez peut être pas votre chanson favorite. Mais si vous allez à suffisamment de concert, vous l’entendrez"

Merci à Chris64 et Wild Heart!