Presse - TV - Radios


Roy Bittan has perhaps the ultimate piano gig in rock 'n' roll. He's the piano man for the E Street Band, and his fingertips are all over Bruce Springsteen's classic albums, including "Born To Run" and "Born in the U.S.A."

Bittan's stint with Springsteen has lasted more than 30 years. He's also been the go-to piano guy on Springsteen's albums without the E Street Band. Bittan also has played sideman for artists such as Dire Straits, Meat Loaf and David Bowie. But his musical heart remains on the piano bench with the E Street Band.

So what's it like to be a member of rock'n'roll's ultimate backing band? Here's what Bittan had to say in a call from his New York City home:

Q: Bruce Springsteen has said that you give structure to the E Street Band. Is that how you see your role in the group?

A: I think that I have a very strong nuts and bolts role. I think I've always tried to define the song from an architectural standpoint and a melodic standpoint. I'm always looking for the signature motif in a song that I can utilize to punctuate the lyrics, and I'm always looking to make those transitions between sections so the song progresses in an interesting manner.

As far as what happens on stage, while it's mostly a process of re-creation, I do always look for maybe a new twist on a song. Also what I try and do is create more dynamics. And piano is a very powerful instrument, although people think guitar is the dominant force in the band. I like to think that the piano gives weight and substance to all of it.

Q: So how did you get this gig with the E Street Band?

A: The way this actually happened is a pretty funny story. I had been playing in a band, and we had a gig at Max's Kansas City in New York City, the famous club. It just so happened that it was a double bill: It was our band and Bruce and his band, the E Street Band. We were trading sets, 40 minutes on, 20 minutes off, for three times a night. I watched him for three nights and I was just floored. We'd pass each other in the hallway going on and off stage, "Hey, you guys were really good, blah blah blah."

About three or six months later ... I picked up a copy of the Village Voice. I saw an ad that said, "Piano player and drummer wanted for Bruce Springsteen and the E Street Band." Wow. I called the number and it was Bruce's managerial office, Mike Appel's office. He told me they were holding auditions at Studio Instrument Rentals rehearsal hall in New York City. So I went down, I auditioned, they called me back a week later. I auditioned again. It was about 40 keyboard players and 60 drummers trying out.

Shortly thereafter Mike told me, "OK, you got the gig. But I'm telling you, it pays $110 a week." I said, "$110 a week? I'm making more than that now. But I'll take it!"

Q: Is it tough for the piano to compete with all of those guitars around you? Did you have to alter your style to make sure you could be heard?

A: I certainly had my own rock 'n' roll style, but circumstances sometimes help to define one's personal style. Given the type of music Bruce was writing, I understood all the musical references, whether they be the boardwalk, or the urban influences, or early rock 'n' roll. So with all those things, I suddenly had an opportunity to make use of all these influences that I had growing up.

In a song like "Thunder Road," I was able to take up a sort of music-box style, which lended itself to the innocence of that song and album. The boardwalk – I grew up in Rockaway Beach.

Because the band was so large, everyone was struggling to find to their sonic space, so to speak. So for me, because of my tendency toward playing melodically and architecturally, I gravitated toward a very broad style when the ensemble was full tilt. So I sort of developed a big approach toward the keyboard when the band was really rocking.

Q: "Jungleland" is a song I wanted to ask you about. That's one of Springsteen's classic tracks, and your piano is at the heart of it.

A: The song itself evoked a certain type of style. The theme of the song was very urban, yet the song itself was presented to me as a rock opera. The musical form of it was such that you had to connect all these pieces together. So we worked for a long time trying to make the transitions correct, and I think the classical form seemed to be the easiest way to bridge all those sections.

There are explosive sections of the song – there's one section after the intro where it almost sounds like it could be the Who – but then it goes on and there's very tender moments. Even at the end, which is a crazy classical piano section, (it) ends with a couple of chords. The last couple of chords of the song are pretty much Johann Sebastian Bach. It seemed like the final chords to the piece needed to have that sort of strong classical influence.

So I certainly contributed in many ways to the arrangement, but I have to say when you get down to it, it's Bruce who wrote that music and I magnified and amplified the nature of it.

Q: By the way, who gave you the nickname of "The Professor?"

A: Bruce did. I guess I'm the only member of the band with a high school diploma, as he often says. (laughs). I guess I had some type of scholarly attitude, so I guess that seemed to define me in his mind.

Q: The E Street Band's gone through a lot of changes over the years. Players have come and gone, instruments have been added. Does it still feel like the same E Street Band that you joined some 30 years ago?

A: Yeah, it does. There's more guitars, for sure. But the nature of the band has stayed the same. (Drummer Max Weinberg) and (bassist Garry Tallent ) and I are the rhythm section and that's remained intact. (Guitarist Nils Lofgren) has added a tremendous amount to the band in that he's freed Bruce from having to concern himself with the guitar all the time. (Guitarist Steven Van Zandt) has always added something musically to it here and there.

So there may be more people, but when you get right down to it, the essence of the band has remained the same. Bruce just has a few more options with all the people on stage now.

Q: The E Street Band is still known as one of the best live acts in rock 'n' roll. What's the secret behind the band's spark and sustained energy?

A: The secret ingredient is a guy named Bruce, who every show brings 150 percent of himself to his audience. His commitment, his depth of writing, his insight into the human condition – these are the things that make us go up there every show and play like we're 100 percent all committed, as if this show will be our last show. To this day, after 35 years, I still feel the same when I walk up on stage to play as I did when we first started.


Roy Bittan du E Street Band évoque ses années comme pianiste de Springsteen

Roy Bittan est peut-être le dernier pianiste du rock 'n' roll. Il est le pianiste du E Street Band, et ses doigts sont partout dans les albums "classiques" de Bruce Springsteen dont "Born To Run" et "Born in USA".

Bittan joue avec Springsteen depuis plus de 30 ans. Il a également fait jouer du piano sur des albums de Springsteen sans le E Street Band. Bittan a également été sideman pour des artistes comme Dire Straits, Meat Loaf et David Bowie. Mais son coeur musical reste sur le siège du piano avec le E Street Band.

Alors, qu'est ce que c'est que d'être un membre du backing band ultime du rock'n'roll ? Voici ce que Bittan avait à dire dans un appel de son domicile à New York City:

Q: Bruce Springsteen dit que vous donnez de la structure au E Street Band. Comment voyez-vous votre rôle dans le groupe?

A: Je pense que nous avons un rôle d'écrous et de boulons dans le groupe. Je crois que j'ai toujours essayé de définir le chant d'un point de vue architectural, et d'un point de vue mélodique. Je suis toujours à la recherche d'une signature dans une chanson que je peux utiliser pour scander les paroles, et je suis toujours à la recherche de transitions entre les sections afin que la chanson progresse d'une manière intéressante.

En ce qui concerne ce qui se passe sur scène, c'est surtout un processus de re-création, je cherche toujours une nouvelle torsion sur une chanson. Aussi ce que j'essaie de faire, c'est de créer plus de dynamique. Et le piano est un instrument très puissant, même si les gens pensent que la guitare est la force dominante dans le groupe. Je me plais à penser que le piano donne du poids et de la substance à l'ensemble de celui-ci.

Q: Alors, comment avez-vous commencé cette histoire avec le E Street Band?

A: La manière dont ça s'est réellement passé est une drôle d'histoire. J'avais joué dans un groupe, et nous avons eu un concert dans le célèbre club du Max's Kansas City à New York. Il s'est trouvé par hasard que ce fut une double affiche: il y avait notre groupe et celui de Bruce, le E Street Band. Nous avions le même contrat, 40 minutes, 20 minutes de concert, et ce trois fois par nuit. J'ai l'ai regardé pendant trois nuits et j'étais juste scotché au parquet. Nous désirions nous parler les uns les autres dans le couloir allant sur et hors scène : "Hey, you guys were really good, blah blah blah".

Environ trois ou six mois plus tard ... J'ai ramassé une copie du Village Voice. J'ai vu une annonce qui dit: "joueur de piano et batteur recherché pour Bruce Springsteen et le E Street Band." Wow. J'ai appelé le numéro et c'était le bureau du management de Bruce, le bureau de Mike Appel. Il m'a dit qu'ils organisaient des auditions au Studio Instrument Location, une salle de répétition à New York. Donc, je suis descendu, j'ai auditionné, ils m'ont rappelé une semaine plus tard. J'ai auditionné de nouveau. Il y avait environ 40 joueurs clavier et 60 batteurs qui auditionnaient.

Peu de temps après, Mike m'a dit: «OK, vous êtes pris. Mais je te préviens, il verse 110 $ par semaine." J'ai dit: «110 $ par semaine? Je fais plus pour l'instant. Mais je vais prendre!"

Q: Est-il difficile pour le piano de rivaliser avec toutes ces guitares autour de vous? Avez-vous eu à modifier votre style pour faire en sorte d'être entendu ?

A: J'ai certainement eu mon propre style "rock'n'roll", mais les circonstances m'ont aidé parfois à définir un style personnel. Étant donné le type de musique quee Bruce écrit, j'ai appréhendé toutes les références musicales, que ce soit le style boardwalk, ou les influences urbaines, ou le rock'n'roll des débuts. Donc, avec toutes ces choses, j'ai soudain eu l'occasion de faire usage de toutes ces influences avec lesquelles j'avais grandi.

Dans une chanson comme "Thunder Road", j'ai été en mesure de mettre une sorte de boîte à musique, qui a donné de l'innocence à cette chanson et à l'album. Le Boardwalk - J'ai grandi dans Rockaway Beach.

Parce que le groupe était tellement vaste, tout le monde luttait pour trouver son espace sonore, pour ainsi dire. Donc, pour moi, à cause de ma tendance à jouer mélodique, et architectural, je gravitais autours d'une très large style quand l'ensemble a clairement basculé. Je me suis alors résouds à développer une grosse approche des claviers une fois que le groupe faisait vraiment du rock

Q: "Jungleland" iest une chanson dont je voulais vous parler. C'est l'une des chansons classiques de Springsteen, et votre piano est au cœur de celle-ci.

A: La chanson elle-même évoque un certain de style. Le thème de la chanson est très urbain, mais la chanson elle-même m'a été présentée comme un opéra rock. La forme musicale était telle que vous deviez relier tous ces morceaux ensemble. Donc, nous avons travaillé pendant longtemps en essayant de faire les transitions correctes, et je pense que la forme classique semble être le moyen le plus facile de combler toutes ces sections.

Il y a des sections explosives dans la chanson - il y a une section après l'intro où il sonne presque comme pourrait sonner les Who - mais ensuite ça passe et il y a des moments très tendres. Même la fin, qui est une folle section de piano classique, se termine par un couple de cordes. Les deux derniers accords de la chanson sont plutôt inspirés de Bach. Il semblait que les dernièrs accords de la pièce avait besoin d'une espèce de forte influence classique.

Alors j'ai certainement contribué à de nombreux égards à l'arrangement, mais je dois dire à propos de celui-ci, que c'est Bruce qui a écrit la musique et que j'ai grossi et amplifié la nature de l'arrangement.

Q: Au fait, qui vous a donné le surnom de "professeur"?

A: C'est Bruce. J'imagine que je suis le seul membre du groupe avec un diplôme d'études secondaires, comme il le dit souvent. (Rires). J'imagine que j'ai eu un certain type d'attitude savante, donc je suppose qu'il me définit comme ça dans son esprit.

Q: Le E Street Band a vécu de nombreux changements au fil des ans. Des musiciens sont allés et venus, des instruments ont été ajoutés. Sentez vous le même E Street Band qu'au moment où vous l'avez rejoint il y a environ 30 ans ?

A: Oui, tout à fait. Il y a plus de guitares, c'est certain. Mais la nature du groupe est resté la même. (Le batteur) Max Weinberg, (le bassiste) Garry Tallent et moi-même, on fait la section rythmique, et elle est restée intacte. Le guitariste Nils Lofgren a ajouté une quantité énorme dans le groupe et a permis à Bruce de ne pas avoir à s'occuper de la guitare tout le temps. (Le guitariste) Steven Van Zandt a toujours apporté quelque chose musicalement, ici et là.

Donc, il peut y avoir plus de gens, mais quand vous êtes dans le juste, l'essence du groupe est resté la même. Bruce a juste un peu plus de possibilités avec tous les gens sur scène maintenant.

Q: Le E Street Band est toujours considéré comme l'un des meilleurs groupes de rock 'n' roll. Quel est le secret derrière la fanfare et l'étincelle d'énergie?

A: L'ingrédient secret est un homme appelé Bruce, qui donne 150% de lui même à son public, à chaque concert. Son engagement, sa profondeur dans l'écriture, son idée de la condition humaine - ce sont les choses qui nous font aller très loin à tous les concerts et à jouer comme tous très engagés à 100 %, comme si ce concert était le dernier. À ce jour, après 35 ans, je ressens toujours la même chose lorsque je marche sur la scène et que je joue comme je l'ai fait lorsque nous avons commencé.

Merci à Chris64 et Louiz!