Human Touch - 31/03/1992
With Every Wish
Bruce Springsteen
Ol' catfish in the lake, we called him Big Jim
When I was a kid, my only wish was to get my line in him
Skipped church one Sunday, rowed out and throw'd in my line
Jim took that hook pole and me right over the side
Went driftin' down past old tires and rusty cans of beer
The angel of the lake whispered in my ear
"Before you chose your wish son
You better think first
With every wish there comes a curse"
I fell in love with beautiful Doreen
She was the prettiest thing this old town'd ever seen
I courted her and I made her mine
But I grew jealous whenever another man'd
Come walkin' down the line
And my jealousy made me treat her mean and cruel
She sighed, "Bobby oh Bobby you're such a fool
Don't you know before you choose your wish
You'd better think first
'Cause with every wish there comes a curse"
These days I sit around and laugh
At the many rivers I've crossed
But on the far banks there's always another forest
Where a man can get lost
Well there in the high trees love's bluebird glides
Guiding us 'cross to another river on the other side
And there someone is waitin' with a look in her eyes
And though my heart's grown weary
And more than a little bit shy
Tonight I'll drink from her waters to quench my thirst
And leave the angels to worry
With every wish...
Ce vieux poisson chat dans le lac nous l’appelions Big Jim
Lorsque j’étais gamin mon seul vœu était de l’accrocher à ma ligne
Je séchais l’église le dimanche, je ramais et mouillais ma ligne
Jim a pris l’hameçon et m’a fait passer par-dessus bord
J’ai dérivé parmi les vieux pneus et les vielles canettes de bière rouillées
L’ange du lac me murmurait à l’oreille
« Avant de faire ton vœu fiston
Tu ferais mieux de réfléchir avant
Chaque vœu a son revers »
Je suis tombé amoureux de la jolie Doreen
Elle était la plus jolie que cette vieille ville n’ait jamais connue
Je lui ai fait la cour et l’ai séduite
Mais je suis devenu jaloux quand parfois un autre homme
Venait lui tourner autour
Et par jalousie je la traitais méchamment et cruellement
Elle soufflait « Bobby oh Bobby ce que tu peux être idiot
Ne sais-tu pas qu’avant de faire ton vœu
Tu ferais mieux de réfléchir avant
Parce qu’avec chaque vœu vient une calamité »
Aujourd’hui je me pose par ici et ris
A toutes ces rivières que j’ai traversées
Mais sur les rives lointaines il y a toujours une autre forêt
Dans laquelle un homme peut se perdre
Quelque part dans les cimes l’oiseau bleu de l’amour plane
Nous guidant vers une autre rivière sur l’autre rive
Et il y a quelqu’un qui attend avec cette expression dans les yeux
Et bien que mon cœur soit devenu las
Et plus que timide
Ce soir je boirai de ses eaux pour étancher ma soif
Et j’abandonnerai à ces anges le soin de craindre
Pour chaque vœu...
Traduction : Philippe35