Interview The Sunday Times

Ce dimanche 2 décembre, le Sunday Times publie une longue interview exclusive de Bruce Springsteen :

Exclusive interview: Bruce Springsteen on how Donald Trump won over his blue-collar fans
He’s a staunch Democrat, yet his working-class audience has embraced the Republican president. Bruce Springsteen tells Nick Rufford how Trump got under their skin.

Donald Trump’s most dangerous opponent may not be a politician, but a blue-collar rocker called Bruce Springsteen who shares millions of the same supporters as the Republican president, and also understands what makes grassroots America tick. So Trump should be pleasantly surprised to learn that Springsteen, a long-standing Democrat who campaigned for Barack Obama, believes the Donald is heading for a second term in the White House. The president has a flair for winning over working-class voters that the Democrats can’t rival, the singer admits. In short, Trump was born to run, and may be unstoppable.
“I don’t see anyone out there at the moment … the man who can beat Trump, or the woman who can beat Trump,” Springsteen says. “You need someone who can speak some of the same language [as Trump] … and the Democrats don’t have an obvious, effective presidential candidate.”
It’s bad news for Springsteen’s party, coming on top of its disappointing performance in last month’s midterm elections. Despite running their most expensive campaign ever, backed by Hollywood stars and predictions of a “blue wave” of support across the nation, the Democrats won a majority in the House of Representatives, but failed to make sufficient gains to suggest the party was on track for the White House. In the Senate, they lost seats to their Republican rivals, particularly in places where Trump had paid a visit.
Springsteen agrees the results were disheartening. “Yeah, it was nice to get the House back, but I’d like to have seen a much more full-throated [rejection] of the past two years,” he sighs with a shake of his head. “The country is very divided right now — there are a lot of people drinking the snake oil. So it’s a very difficult time here in the States.”
What the nation needs is oil for troubled waters, he says. “We’ve come too far and worked too hard. Too many good people paid too high a price to allow this [the fracturing of America that Springsteen fears].”
Could it be that the party needs a new candidate? Someone rather like Trump, with roots in bare-knuckle New Jersey, where the president built his boxing and gambling empire? A multimillionaire celebrity, with no political baggage, who speaks the language of the street and the truckstop, and connects with ordinary people?
Someone, in other words, like Springsteen. After all, he’s 69, the age at which Trump declared his candidacy. Like the president, he is a child of the 1940s who fought his way to the top, dodging the Vietnam draft on the way. Trump’s brother was a heavy drinker, so was Springsteen’s father, prompting both to embrace clean living. Both campaign for combat veterans and rally stadium crowds against the backdrop of the American flag. They even cheer for the same baseball team, the New York Yankees.
Will he throw his bandana into the ring for a last-chance power drive? Springsteen laughs. “No, not in any way, in any form,” he says. “I’d be terrible.” In any case, he’ll soon be “back to my day job” — touring with the E Street Band, including venues in the UK. He will also release a new album, his first for five years: “For lack of a better word, it’s a singer-songwriter album — more of a solo record.” His fans would prefer to see “the Boss” on stage than on the stump, he says.
Springsteen is sitting in his dressing room. He’s looking a little older than the last time we met a couple of years ago, eyebrows flecked with grey. When talking about US politics, he chooses his words carefully, painting a portrait of an America more unequal, more divided, than at any time he can remember.
He’s preparing to go on stage at the 960-seat Walter Kerr Theatre for his one-man show: Springsteen on Broadway. It’s a 2½-hour marathon that he’s been performing five nights a week since October 2017, with every show a sell-out. It will close shortly before Christmas, when a televised version will be shown on Netflix. There will also be an album including the 15 songs he performs nightly.
The Stars and Stripes hangs on one wall of his dressing room and his mirror is covered with old photos, including a picture of the Castiles, the band he joined as a teenager. Of the five members, Springsteen is the only survivor. Bart Haynes, the drummer, was killed in action in Vietnam. George Theiss, the lead singer, died earlier this year from lung cancer. “It’s a little strange being the only guy remaining,” Springsteen says.
Few musicians have his staying power. The simple reason he keeps going, he says, is that audiences keep coming. His most recent tour, was the top-earning worldwide in 2016, pulling in $268.3m globally. It was the highest-grossing tour since 2014 for any artist (beating Taylor Swift’s 2015 tour, which grossed $250.1m).
Much of the humour in his stage show is at his own expense. “I’ve never held an honest job in my entire life,” he admits. “I’ve never done any hard labour. I’ve never worked five days a week until right now. I’ve never seen the inside of the factory, and yet it’s all I’ve ever written about.”
He strikes a chord with the baby-boomers in the audience when he tells them, to murmurs of recognition, that we may leave our home town, but the town never leaves us. “I’m Mr Born to Run … My home, New Jersey? It’s a death trap. It’s a suicide rap, all right? [Yet] I currently live 10 minutes from my home town. Born to Come Back, who’d have bought that shit?” Likewise, he wrote one of his most famous songs, Racing in the Street, at 21, despite having no driving licence and, he confesses, he “hadn’t driven round the block”.
There’s reflective silence as he shares stories of the struggles of daily American life that shaped his music. “My father worked as a 16-year-old floor boy in the rug mill, then went off to war. When he came home, they shut the rug mill down, and he went to work on the Ford Motor plant line in New Brunswick. He worked in the Nescafé plant in Freehold. Worked in the plastics factory in town, he was a truck driver, a bus driver, drove a taxi.”
The family toiled to make ends meet. They never ate out or owned a telephone (“No phone, no phone bills”). New York City was only an hour away from where he grew up in Freehold, but it might as well have been on the moon because there was no money to travel, he recalls.
It’s these memories of hard times that underlie the less well-known reason he keeps performing — to raise money for good causes. There are plenty of hungry folk across the nation who have benefited from hot meals, or who have had their roof repaired or heating fixed during a bone-chilling East Coast winter, thanks to an anonymous benefactor.
Pressed on the subject, he says: “Hunger in America is still a problem. [We’re] in one of the wealthiest countries in the world, so something’s wrong there, you know.”
Since the Born in the USA tour in 1984, he’s donated typically $10,000 per show to charity, handing over millions of dollars over the years. “I was 34 and looking around where I could be of some small assistance,” he says, explaining how it got started. “It was a time when a lot of the steel mills were closing down. I met the head of the local union in the Monongahela Valley [in America’s neglected Rust Belt] and he turned me onto a network of food banks that was the beginning of a national network. So we kind of grew along with that. It’s just something I’ve continued doing, and it’s not a big deal.”
The opioid crisis, blamed for 48,000 deaths in America last year, mainly among the poor and luckless, is “a huge problem in the United States”, he says. Neither party has adequately addressed the poverty that underlies it, nor launched a relief effort on the scale required, he argues. “If you were looking at rescuing some of our inner cities, places where [hunger] is a huge issue, you would need something on the level of a national Marshall Plan. You would need a real serious programme, which never seems to get put together.”
He plays the Stand Up for Heroes benefit concerts, which raise money for wounded combat veterans from Afghanistan and Iraq. “I play the guitar and raise some money. Again, it’s not a big deal, but it’s deeply needed.”
Of course, as well as striving for the downtrodden and dispossessed, Springsteen takes care of himself. The proceeds from sales of 135m albums worldwide, plus touring, merchandise and other spinoffs, have bought him a 380-acre farm in New Jersey, where he and Patti Scialfa, his wife, raise horses. Plus there’s the house in Los Angeles, another in a gated community in Florida and an enviable collection of classic cars and motorbikes.
His children attended a fee-paying school known for demanding standards and a dress code that would have got Springsteen kicked out in his younger days. Evan, 28, graduated from Boston College with a music degree and writes songs while working as a radio producer. Jessie, 26, is a successful showjumper and mixes with the international equestrian elite. Sam, 24, quit college to become a firefighter and a farmer, staying true to his dad’s blue-collar roots. Unconfirmed estimates put Springsteen’s wealth at $200m or more. He admits in his autobiography: “I live high on the hog, yacht around the Mediterranean and private-plane myself between dental appointments.”
His friends in high places include Barack Obama, who presented him with the Presidential Medal of Freedom — America’s highest civilian honour — in 2016. Soon afterwards, Springsteen performed a private concert for Barack, Michelle and their staff before they left the White House: an evening of songs and storytelling that evolved into his current Broadway show. The couple remain close friends.
Springsteen has the political connections, he admits, (and is rich enough) to run for office, but insists that good rockers don’t make good politicians, no matter how many records they sell. “At the end of the day, you’re just a musician with a loud mouth.”
A decade ago, he campaigned actively for Obama, staging free concerts and raising funds. With no obvious successor — no Democratic frontrunner with a clear shot at the White House — Springsteen is reluctant to commit to doing the same for the next presidential race. “I don’t know precisely what I’m going to do this time, but I tend to think the more you make yourself available, perhaps the less weight your word carries,” he says, cautiously.
Instead, he’s recently thrown his weight behind citizens’ movements, organised not by the Democrats but by coalitions of activists. They include a young people’s march calling for tighter gun laws, spurred by the Florida school shootings earlier this year, and a women’s rights campaign that drew thousands of protesters to the streets of Washington and cities across America. “We stand with you,” he said in a message from Australia, where he was touring. “We are the new American resistance.”
It may be that Springsteen has grown disenchanted with the direction American politics is taking. Assembly-line workers, single mothers, farmers, truckers, folk from the sawmills of the Pacific Northwest, the trawler towns of Massachusetts and coal mines of Appalachia — Springsteen’s people — are feeling anxious these days, he admits. Depressed wages, ever-cheaper imports that undercut American-made goods and the pace of change of the digital age have left millions disillusioned. The gig economy is no substitute for real jobs, they complain, while every day there seem to be more laws and more things being outlawed.
Instead of addressing these concerns, the Democrats at times appear preoccupied with banning plastic straws and ever-tighter controls on struggling smokestack industries. Meanwhile, Trump woos disaffected Democrat voters with promises to drain the swamp of smug politicians and their cronies, and tear up lousy trade deals. In his usual take-no-prisoners style, the president portrays his opponents as privileged East and West Coast liberals with scant regard for the folk in the geographical middle. As a case in point, the Democrats were odds-on to win the governorship of the Midwestern state of Ohio last month, and made the race one of the party’s top priorities. They lost after Trump visited the state on the eve of the poll to attack Richard Cordray, the Democratic candidate, calling him “a bad person who will do a terrible job”. Trump didn’t say what Cordray had done wrong, but the Democrats had talked about renewable energy and showing leniency towards drug offenders.
Perhaps the Democrats should have taken their lead from Springsteen, whose protest song Youngstown focused on more pressing problems, those of Ohio’s Rust Belt. A few decades ago, the skies were lit up by blast furnaces smelting iron ore that came ashore from Lake Erie and turning it into steel that fed the nation’s manufacturing industries.
It all changed when the steelworks — which had once “built the tanks and bombs that won this country’s wars”, Springsteen sings — were shut down by faceless bosses who “did what Hitler couldn’t do”, leaving industrial blight.
Youngstown had started to recover, but then General Motors laid off 2,500 employees, shifting production of its Chevrolet cars to Mexico, where the hourly wage is less than $3, one-tenth that of its American workers.
In a stirring pre-election speech, Trump reassured a Youngstown rally: “Those jobs [that] have left Ohio — they’re all coming back. We’re going to fill up those factories or rip them down and build brand new ones.” He promised tariffs on imported vehicles to protect local jobs, and described laid-off workers as America’s “forgotten men and women”. As a result, many Democrat voters switched allegiance, even though the promised tariffs were never imposed and the jobs have yet to return. Is this an example of why Trump is heading for a second White House term?
“I think that there are a lot of reasons people became Trump voters,” Springsteen says. “You had severe blows to working people in the 1970s and 1980s as all the steel mills shut down. Then you had an explosion of information technology. These are life-changing, upsetting occurrences. You can find yourself in a country that you may not feel part of, or you feel that your [concerns are] being dismissed. So [you’ve had] an enormous amount of insecurity and instability. Add to that, someone comes in and plays on your racial anxieties, and blames an enormous amount of this on the ‘other’ from the southern side of the border, and you’re going to have an audience for those views. I basically think that [the problem] is the incredibly rapid pace of change that’s occurred in the United States that’s gone unaddressed by both administrations, Democrat and Republican.”
Would Springsteen back tariffs on foreign imports to help places like Youngstown? “I feel, like most Americans, I’d like to see American jobs stay in the States. I don’t believe Donald Trump is the solution. I haven’t seen he’s somebody with answers. He’s kept to a pretty conventional path. You know, tax cuts for the better off. I’m not sure about the power of those tariffs to do what he claims they might do. I don’t know if there is a way to really bring those jobs back and I think that’s what’s causing so much anxiety to so many Americans.”
His undisguised contempt for Trump — he’s called him a “deeply damaged man” and a “moron” — has inevitably alienated some fans, a fact he’s resigned to and the price, he says, of sticking to his beliefs.
Unusually, Trump has never hit back at Springsteen, even though he hasn’t refrained from socking it to other celebrities. After Robert De Niro denounced Trump from the podium at this year’s Tony awards ceremony, the president suggested the actor may be brain damaged, tweeting: “Robert De Niro, a very Low IQ individual, has received too many shots to the head by real boxers in movies”. But on Springsteen he’s maintained a respectful silence, wary perhaps of forcing his voters to choose between the president and the Boss.
The deaths of some of Springsteen’s closest friends have recently made him take stock. “Life is finite, and you’ve got just so much time,” he says. Along with the Castiles, two members of his E Street Band are dead: Clarence Clemons, the saxophonist, and Danny Federici, the accordionist. He thinks about them every day, he sighs. “You know, ghosts live among us. They don’t ever quite leave us and there’s something beautiful and hopeful in that. I enjoy visiting the spirits of my father and Clarence, and my friends and family, which I do on stage each night.”
He’s now a regular visitor to the Catholic church in Freehold where he was an altar boy. Surprising, given that over the years he has railed against his strict Catholic upbringing. Harsh treatment meted out by nuns at the Saint Rose of Lima primary school in Freehold sowed the seeds of angst that haunts him to this day.
“You get more spiritual as you grow older,” he explains. “You’re closer to the other world, so maybe that has something to do with it. I’m sort of past the dogmatic religion. That got burnt out of me when I was a kid. But what never leaves you are those eight formative years of Catholic education. I do still find myself drawn to the Catholic church. I visit my small church quite often. I’m not sure whether that’s for religious or nostalgic purposes, but I continue to feel the Catholic church’s imprint on me rather strongly.”
Does he go to confession?” No, he laughs. “I haven’t done that in quite a while.”
As well as bouts of depression, he’s fought a battle with tendonitis, brought on by many years of guitar strumming, had “nerve-wracking” throat surgery and an operation to repair the damaged discs in his neck that were causing numbness down one side. As Indiana Jones is reminded by a friend in the last Raiders film: “Indy, we’ve reached the age where life stops giving us things and starts taking them away.”
All the more reason why Springsteen is determined to stay on top of his game (and keep breathing, he jokes). He works out, though less vigorously than before. “The older you get I find the less you have to do.
A little bit of walking two or three times a week and I still lift weights very moderately three or four times a week, for short periods. That’s all it takes for me now. Then [there’s] your diet; you can’t eat anything you like. I’ll have oats and some fruit when I get up, a vegetarian chilli or something for lunch, then a light dinner.”
Vegetarian? Is he one? “No, I’m not,” he says quickly, perhaps mindful of how that might sound to fans in the Chicago stockyards. “I have a pretty basic diet.”
Older musicians than him are still rocking, he points out. “Your Mick Jagger [75] does very well,” he says. “So does Paul McCartney [76]. BB King and Chuck [Berry] played into their eighties. I sang with Pete Seeger when he was 90.” And longevity is in his genes, he says. His aunts Dora and Ida lived to 92 and 90 respectively, and his mother, Adele, is still active at 93, albeit with Alzheimer’s disease.
He’s said: “I’m suited for the long haul. I’m interested in what I might accomplish over a lifetime of music making. I would like to have a 70-year-old Elvis reinventing his talents and [seen] where Jimi Hendrix might’ve next taken the electric guitar.”
When he tours in the next few months with the E Street Band, he may have to forgo the energetic knee slides across the stage and crowd surfing that were once trademark features of concerts that stretched to four hours and more. But otherwise he’s making no concessions.
It’s welcome news for the millions who look back on their lives to the soundtrack of five decades of Springsteen’s music. And he has a clear message for those watching him for their cue to ease off the throttle, kick back and retire: “Don’t stop … keep going.”
Can we look forward to another decade of rocking?
“Sure. Why not.”
Springsteen on Broadway is out on Columbia Records on December 14. The film of the show premieres on Netflix on December 15.


Entretien exclusif avec Bruce Springsteen sur la manière dont Donald Trump a séduit ses fans de cols bleus
C’est un démocrate convaincu, mais son auditoire de la classe ouvrière a embrassé le président républicain. Bruce Springsteen explique à Nick Rufford comment Trump s’est fait mal à la peau.

L’adversaire le plus dangereux de Donald Trump n’est peut-être pas un homme politique, mais un rocker à col bleu appelé Bruce Springsteen, qui partage des millions de partisans identiques à ceux du président républicain et qui comprend également ce qui fait vibrer l’Amérique populaire. Donc, Trump devrait être agréablement surpris d’apprendre que Springsteen, un démocrate de longue date qui a fait campagne pour Barack Obama, pense que Donald se prépare pour un deuxième mandat à la Maison Blanche. Le président a un talent pour convaincre les électeurs de la classe ouvrière que les démocrates ne peuvent rivaliser. En bref, Trump est né pour courir, et peut être imparable.
“Je ne vois personne là-bas pour le moment … l’homme qui peut battre Trump, ou la femme qui peut battre Trump”, a déclaré Springsteen. “Vous avez besoin de quelqu’un qui parle un peu la même langue [comme Trump] … et les démocrates n’ont pas de candidat évident et efficace pour la présidence.”
C’est une mauvaise nouvelle pour le parti de Springsteen, qui vient s’ajouter à sa performance décevante lors des élections de mi-mandat du mois dernier. Malgré leur campagne la plus coûteuse de tous les temps, soutenue par des stars hollywoodiennes et les prédictions d’une “vague bleue” de soutien à travers le pays, les démocrates ont remporté la majorité à la Chambre des représentants, mais n’ont pas réussi à faire suffisamment de gains pour suggérer que le parti était sur la bonne voie. pour la Maison Blanche. Au Sénat, ils ont perdu des sièges au profit de leurs rivaux républicains, en particulier dans les endroits où Trump avait rendu visite.

Springsteen convient que les résultats ont été décourageants. «Oui, c’était bien de récupérer la Chambre, mais j’aimerais bien voir un [rejet] beaucoup plus vif des deux dernières années», soupire-t-il. «Le pays est très divisé en ce moment. Beaucoup de gens boivent de l’huile de serpent. C’est donc une période très difficile ici aux États-Unis. ”
La nation a besoin de pétrole pour les eaux troubles, dit-il. «Nous sommes allés trop loin et avons travaillé trop dur. Trop de braves gens ont payé un prix trop élevé pour permettre cela [la fracture de l’Amérique que craint Springsteen]. ”
Se pourrait-il que le parti ait besoin d’un nouveau candidat? Quelqu’un qui ressemble plutôt à Trump, qui a des racines nues dans le New Jersey, où le président a bâti son empire de la boxe et du jeu? Une célébrité multimillionnaire, sans bagage politique, qui parle le langage de la rue et du relais routier, et qui se connecte avec des gens ordinaires?
Quelqu’un, en d’autres termes, comme Springsteen. Après tout, il a 69 ans, l’âge auquel Trump a déclaré sa candidature. Comme le président, il est un enfant des années 1940 qui s’est frayé un chemin au sommet en évitant le projet du Vietnam. Le frère de Trump était un grand buveur, tout comme le père de Springsteen, les incitant tous les deux à adopter une vie plus saine. Les deux font campagne pour les vétérans du combat et les foules du stade de rallye sur fond de drapeau américain. Ils encouragent même la même équipe de baseball, les Yankees de New York.
Va-t-il jeter son bandana sur le ring pour une dernière chance? Springsteen rit. «Non, pas du tout, sous aucune forme», dit-il. “Je serais terrible.” En tout cas, il sera bientôt “de retour à mon travail quotidien” – faire une tournée avec le E Street Band, notamment au Royaume-Uni. Il sortira également un nouvel album, le premier depuis cinq ans: «Faute de mots, c’est un album auteur-compositeur-interprète, mais plutôt un album solo.» Ses fans préféreraient voir «The Boss» sur scène. la souche, dit-il.

Springsteen est assis dans son dressing. Il a l’air un peu plus âgé que la dernière fois que nous nous sommes rencontrés il y a quelques années, les sourcils tachetés de gris. Lorsqu’il parle de la politique américaine, il choisit ses mots avec soin, dressant le portrait d’une Amérique plus inégalitaire, plus divisée que jamais.
Il se prépare à monter sur la scène du théâtre Walter Kerr, qui compte 960 sièges, pour son spectacle solo: Springsteen on Broadway. C’est un marathon de deux heures et demie qu’il effectue cinq soirs par semaine depuis octobre 2017, chaque spectacle étant vendu à guichets fermés. Il sera fermé peu de temps avant Noël, quand une version télévisée sera diffusée sur Netflix. Il y aura également un album comprenant les 15 chansons qu’il interprète chaque soir.
Le Stars and Stripes est accroché au mur de sa loge et son miroir est recouvert de vieilles photos, notamment une photo des Castiles, le groupe qu’il a rejoint alors qu’il était adolescent. Springsteen est le seul survivant des cinq membres. Bart Haynes, le batteur, a été tué au combat au Vietnam. George Theiss, le chanteur principal, est décédé plus tôt cette année d’un cancer du poumon. «C’est un peu étrange d’être le seul gars qui reste», déclare Springsteen.
Peu de musiciens ont le pouvoir de rester. La raison simple pour laquelle il continue, dit-il, est que le public continue à venir. Sa tournée la plus récente a été le plus gros bénéfice mondial en 2016, avec 268,3 millions de dollars dans le monde. C’est la tournée la plus rentable depuis 2014 pour tous les artistes (battant la tournée 2015 de Taylor Swift, qui a rapporté 250,1 millions de dollars).
Une grande partie de l’humour dans son spectacle est à ses propres frais. “Je n’ai jamais occupé un travail honnête de toute ma vie”, admet-il. «Je n’ai jamais fait de travail dur. Je n’ai jamais travaillé cinq jours par semaine jusqu’à présent. Je n’ai jamais vu l’intérieur de l’usine et pourtant c’est tout ce sur quoi j’ai écrit. ”

Il fait vibrer les baby-boomers du public en leur disant, à voix basse, que nous pourrions quitter notre ville natale, mais que la ville ne nous quitte jamais. «Je suis M. Born to Run… Chez moi, dans le New Jersey? C’est un piège mortel. C’est un coup sec, d’accord? [Pourtant] je vis actuellement à 10 minutes de ma ville natale. Born to Come Back, qui aurait acheté cette merde? »De même, il a écrit à 21 ans l’une de ses chansons les plus célèbres, Racing in the Street, alors qu’il n’avait pas de permis de conduire et, avoue-t-il,« il n’avait pas conduit le bloc”.
Il y a un silence de réflexion alors qu’il partage des histoires sur les luttes de la vie quotidienne des Américains qui ont façonné sa musique. «Mon père a travaillé comme garçon de 16 ans au moulin à tapis, puis est parti en guerre. Quand il est rentré à la maison, ils ont fermé l’usine de tapis et il est allé travailler sur la chaîne de production de Ford Motor au Nouveau-Brunswick. Il a travaillé à l’usine de Nescafé à Freehold. Il travaillait dans une usine de plasturgie en ville. Il était chauffeur de camion, chauffeur de bus et conduisait un taxi. ”
La famille a travaillé dur pour joindre les deux bouts. Ils n’ont jamais mangé ni possédé un téléphone («Pas de téléphone, pas de factures de téléphone»). La ville de New York n’était qu’à une heure de son enfance à Freehold, mais il aurait tout aussi bien pu être sur la lune car il n’y avait pas d’argent pour voyager, se souvient-il.
C’est ce souvenir de moments difficiles qui est à la base de sa raison moins connue: continuer à collecter des fonds pour de bonnes causes. Il y a beaucoup de gens affamés à travers le pays qui ont bénéficié de repas chauds, ou dont le toit ou le toit ont été réparés au cours d’un hiver glacial, sur la côte est, grâce à un bienfaiteur anonyme.
Insistant sur le sujet, il déclare: «La faim en Amérique est toujours un problème. [Nous sommes] dans l’un des pays les plus riches du monde, alors quelque chose ne va pas là-bas, vous savez. ”
Depuis la tournée Born in the USA en 1984, il a généralement reversé 10 000 dollars par émission à des œuvres caritatives, remettant des millions de dollars au fil des ans. «J’avais 34 ans et je cherchais un petit coup de main, explique-t-il en expliquant comment tout a commencé. «À cette époque, de nombreuses aciéries fermaient leurs portes. J’ai rencontré le responsable du syndicat local de la Monongahela Valley [dans la Rust Belt américaine négligée] et il m’a transformé en un réseau de banques alimentaires qui a été le début d’un réseau national. Nous avons donc grandi avec cela. C’est juste quelque chose que je continue de faire, et ce n’est pas un gros problème. ”

La crise des opioïdes, accusée de 48 000 décès en Amérique l’année dernière, principalement parmi les pauvres et les sans chance, est «un problème énorme aux États-Unis», a-t-il déclaré. Aucune des deux parties n’a traité de manière adéquate la pauvreté qui la sous-tend, ni lancé un effort de secours à l’échelle requise, fait-il valoir. «Si vous envisagiez de sauver certains de nos centres-villes, des endroits où [la faim] est un problème énorme, vous auriez besoin de quelque chose au niveau d’un plan Marshall national. Vous auriez besoin d’un véritable programme sérieux, qui semble ne jamais être mis en place. ”
Il joue les concerts de bienfaisance Stand Up for Heroes, qui permettent de recueillir des fonds pour les anciens combattants blessés en Afghanistan et en Iraq. «Je joue de la guitare et amasse de l’argent. Encore une fois, ce n’est pas une grosse affaire, mais c’est vraiment nécessaire.
Bien sûr, en plus de lutter pour les opprimés et les dépossédés, Springsteen prend soin de lui-même. Le produit de la vente de 135 millions d’albums dans le monde, ainsi que de tournées, de produits dérivés et d’autres retombées, lui a permis d’acquérir une ferme de 380 acres dans le New Jersey, où lui et sa femme, Patti Scialfa, élèvent des chevaux. De plus, il ya la maison à Los Angeles, une autre dans une communauté fermée en Floride et une collection enviable de voitures classiques et de motos.
Ses enfants ont fréquenté une école payante connue pour ses normes strictes et son code vestimentaire qui aurait poussé Springsteen à se faire mettre à la porte dès sa plus tendre enfance. Evan, 28 ans, est diplômé en musique du Boston College et écrit des chansons tout en travaillant comme producteur radiophonique. Jessie, 26 ans, est une championne du monde du spectacle qui se marie bien avec l’élite internationale des sports équestres. Sam, 24 ans, a quitté le collège pour devenir pompier et agriculteur, en restant fidèle aux racines de son père, ses cols bleus. Selon des estimations non confirmées, la fortune de Springsteen serait de 200 millions de dollars ou plus. Dans son autobiographie, il admet: «Je vis très haut sur le porc, je navigue autour de la Méditerranée et je suis un avion privé entre deux rendez-vous chez le dentiste.”
Parmi ses amis haut placés, on compte Barack Obama, qui lui a remis la Médaille présidentielle de la liberté – le plus grand honneur civil des États-Unis – en 2016. Peu après, Springsteen a donné un concert privé pour Barack, Michelle et leur personnel avant de quitter la Maison-Blanche: un soirée de chansons et de contes qui a évolué pour devenir son spectacle actuel à Broadway. Le couple reste des amis proches.
Springsteen a des relations politiques, admet-il (et est assez riche) pour se présenter aux élections, mais insiste sur le fait que les bons rockeurs ne font pas de bons politiciens, quel que soit le nombre de disques vendus. “À la fin de la journée, vous êtes juste un musicien avec une bouche forte.”
Il y a dix ans, il a activement fait campagne pour Obama, organisant des concerts gratuits et levant des fonds. En l’absence de successeur évident – pas de favori démocrate avec un coup franc à la Maison Blanche – Springsteen hésite à s’engager à faire de même pour la prochaine course à la présidentielle. “Je ne sais pas exactement ce que je vais faire cette fois-ci, mais j’ai tendance à penser que plus vous vous rendez disponible, peut-être que moins votre parole a de poids”, dit-il prudemment.

Au lieu de cela, il a récemment mis son poids dans les mouvements de citoyens, organisés non par les démocrates mais par des coalitions de militants. Il s’agit notamment d’une marche des jeunes réclamant des lois plus sévères sur les armes à feu, encouragées par les tirs d’école en Floride plus tôt cette année, et d’une campagne sur les droits des femmes qui a attiré des milliers de manifestants dans les rues de Washington et de villes américaines. «Nous sommes à vos côtés», a-t-il déclaré dans un message envoyé en Australie, où il se trouvait en tournée. “Nous sommes la nouvelle résistance américaine.”
Il se peut que Springsteen soit devenu désenchanté par la direction que prend la politique américaine. Les ouvriers des chaînes de montage, les mères célibataires, les agriculteurs, les camionneurs, les habitants des scieries du nord-ouest du Pacifique, des villes de chalutiers du Massachusetts et des mines de charbon des Appalaches – le peuple de Springsteen – se sentent inquiets ces jours-ci, admet-il. Les salaires déprimés, les importations de moins en moins chères qui nuisent aux produits américains et le rythme du changement à l’ère numérique ont laissé des millions de personnes déçues. L’économie du marché du spectacle ne remplace pas les vrais emplois, se plaignent-ils, alors que chaque jour, de plus en plus de lois semblent interdites.
Au lieu de répondre à ces préoccupations, les démocrates semblent parfois préoccupés par l’interdiction des pailles en plastique et par des contrôles de plus en plus stricts sur les industries en difficulté des cheminées industrielles. Pendant ce temps, Trump cherche à mécontenter les électeurs démocrates en leur promettant de drainer le marécage de politiciens insatisfaisants et de leurs copains, et de mettre en place des accords commerciaux moche. Dans son style habituel à ne pas prendre de prisonniers, le président décrit ses adversaires comme des libéraux privilégiés de la côte Est et de la côte Ouest, ne se souciant guère des peuples du centre. À titre d’exemple, les démocrates avaient tout intérêt à remporter le mois dernier le poste de gouverneur de l’État de l’Ohio dans le Midwest américain et ont fait de la course une des grandes priorités du parti. Ils ont perdu après la visite du président Trump à la veille du scrutin pour attaquer le candidat démocrate Richard Cordray, le qualifiant de “personne de mauvaise foi qui fera un travail épouvantable”. Trump n’a pas dit ce que Cordray avait mal fait, mais les démocrates ont parlé d’énergie renouvelable et de clémence à l’égard des délinquants toxicomanes.
Les démocrates auraient peut-être dû prendre exemple sur Springsteen, dont la chanson de protestation Youngstown était axée sur des problèmes plus pressants, ceux de la Rust Belt de l’Ohio. Il y a quelques décennies, le ciel était éclairé par les hauts fourneaux qui transformaient le minerai de fer provenant du lac Érié et le transformaient en acier qui alimentait les industries manufacturières du pays.
Tout a changé lorsque les aciéries – qui avaient jadis “construit les chars et les bombes qui ont remporté les guerres de ce pays”, ont été fermées par des patrons sans visage qui “ont fait ce que Hitler ne pouvait pas faire”, laissant le fléau industriel.
Youngstown avait commencé à se redresser, mais General Motors avait alors licencié 2 500 employés, transférant la production de ses voitures Chevrolet au Mexique, où le salaire horaire était inférieur à 3 dollars, soit un dixième de celui de ses travailleurs américains.
Dans un discours préélectoral émouvant, Trump a rassuré un rassemblement de Youngstown: «Ces emplois [qui] ont quitté l’Ohio – ils sont tous en train de revenir. Nous allons remplir ces usines ou les démolir et en construire de toutes nouvelles. »Il a promis des droits de douane sur les véhicules importés pour protéger les emplois locaux et a décrit les travailleurs licenciés comme des« hommes et des femmes oubliés »en Amérique. En conséquence, de nombreux électeurs démocrates ont changé d’allégeance, même si les tarifs promis n’ont jamais été imposés et que les emplois n’ont pas encore été rétablis. Est-ce un exemple de la raison pour laquelle Trump se dirige vers un second mandat à la Maison Blanche?
«Je pense qu’il y a beaucoup de raisons pour lesquelles les gens sont devenus des électeurs de Trump», a déclaré Springsteen. «Dans les années 1970 et 1980, les travailleurs ont été durement frappés par la fermeture de toutes les aciéries. Ensuite, vous avez eu une explosion de la technologie de l’information. Ce sont des événements bouleversants et bouleversants. Vous pouvez vous retrouver dans un pays dont vous ne sentez peut-être pas partie ou dont vous estimez que vos préoccupations sont rejetées. Donc, vous avez eu une énorme quantité d’insécurité et d’instabilité. Ajoutez à cela que quelqu’un entre et joue sur vos angoisses raciales, et blâme énormément cela sur “l’autre” du côté sud de la frontière, et vous allez avoir un public pour ces points de vue. Je pense fondamentalement que [le problème] est le rythme incroyablement rapide des changements survenus aux États-Unis qui n’ont pas été résolus par les deux administrations, démocrate et républicaine. ”

Springsteen reviendrait-il sur les tarifs des importations étrangères pour venir en aide à des villes comme Youngstown? «Comme la plupart des Américains, j’ai envie de voir les emplois américains rester aux États-Unis. Je ne crois pas que Donald Trump soit la solution. Je n’ai pas vu quelqu’un avec des réponses. Il reste sur un chemin assez conventionnel. Vous savez, des réductions d’impôts pour les nantis. Je ne suis pas sûr du pouvoir de ces tarifs de faire ce qu’il prétend qu’ils pourraient faire. Je ne sais pas s’il existe un moyen de vraiment ramener ces emplois et je pense que c’est ce qui cause tant d’inquiétude à tant d’Américains. ”
Son mépris non dissimulé pour Trump – il l’appelle “un homme profondément blessé” et un “abruti” – a inévitablement aliéné certains fans, un fait auquel il s’est résigné et le prix, c’est-à-dire, de rester fidèle à ses convictions.
Fait inhabituel, Trump n’a jamais réagi à Springsteen, même s’il ne s’est pas abstenu de le céder à d’autres célébrités. Après que Robert De Niro a dénoncé Trump sur le podium lors de la cérémonie des Tony Awards cette année, le président a laissé entendre que l’acteur était peut-être endommagé au cerveau, en tweetant: «Robert De Niro, un individu dont le QI est très faible, a reçu trop de coups à la tête de vrais boxeurs. dans les films”. Mais à Springsteen, il a gardé un silence respectueux, craignant peut-être de forcer ses électeurs à choisir entre le président et le chef.
La mort de certains des amis les plus proches de Springsteen l’a récemment amené à faire le point. «La vie est finie et vous avez tellement de temps», dit-il. Aux côtés des Castiles, deux membres de son groupe E Street sont morts: le saxophoniste Clarence Clemons et l’accordéoniste Danny Federici. Il pense à eux tous les jours, il soupire. «Vous savez, des fantômes vivent parmi nous. Ils ne nous quittent jamais tout à fait et il y a quelque chose de beau et d’espoir dans cela. J’aime visiter les esprits de mon père et de Clarence, ainsi que de mes amis et de ma famille, ce que je fais sur scène tous les soirs. ”
Il est maintenant un visiteur régulier de l’église catholique de Freehold où il était un garçon d’autel. Surprenant, étant donné qu’au fil des ans, il s’est élevé contre sa stricte éducation catholique. Un traitement sévère infligé par des religieuses à l’école primaire Sainte-Rose-de-Lima à Freehold a semé les germes de l’angoisse qui le hante encore aujourd’hui.
«Vous devenez plus spirituel en vieillissant», explique-t-il. «Vous êtes plus proche de l’autre monde, alors cela a peut-être quelque chose à voir avec cela. Je suis un peu dépassé la religion dogmatique. Cela m’a brûlé quand j’étais enfant. Mais ce qui ne vous quitte jamais, ce sont ces huit années formatrices d’éducation catholique. Je me trouve toujours attiré par l’église catholique. Je visite souvent ma petite église. Je ne suis pas sûr que ce soit à des fins religieuses ou nostalgiques, mais je continue de sentir l’impression de l’église catholique sur moi assez fortement. ”
Est-ce qu’il va se confesser? »Non, il rit. “Je ne l’ai pas fait depuis longtemps.”
Outre des épisodes de dépression, il a également eu une tendinite provoquée par de nombreuses années de grattement à la guitare, une opération à la gorge «énervante» et une opération de réparation des disques endommagés au cou causant un engourdissement sur un côté. Dans le dernier film de Raiders, un ami rappelle à Indiana Jones: “Indy, nous avons atteint l’âge où la vie cesse de nous donner des choses et commence à les emporter.”
Raison de plus pour laquelle Springsteen est déterminé à rester au top de son jeu (et à respirer, plaisante-t-il). Il s’entraîne, bien que moins vigoureusement qu’avant. «Plus vous vieillissez, moins vous avez à faire.
Un peu de marche deux ou trois fois par semaine et je soulève toujours des poids très modérément trois ou quatre fois par semaine, pendant de courtes périodes. C’est tout ce qu’il faut pour moi maintenant. Ensuite, il y a votre régime alimentaire; vous ne pouvez pas manger ce que vous voulez. Je prendrai de l’avoine et des fruits quand je me lèverai, un piment végétarien ou quelque chose du genre pour le déjeuner, puis un dîner léger. ”
Végétarien? Est-il un? “Non, je ne le suis pas”, dit-il rapidement, peut-être conscient de la façon dont cela pourrait sembler aux fans des parcs à bestiaux de Chicago. “J’ai un régime assez basique.”

Les musiciens plus âgés que lui bercent encore, fait-il remarquer. “Votre Mick Jagger [75] s’en sort très bien”, dit-il. “Paul McCartney [76] fait de même. BB King et Chuck [Berry] ont joué jusqu’à quatre-vingts ans. J’ai chanté avec Pete Seeger quand il avait 90 ans. »Et la longévité est dans ses gènes, dit-il. Ses tantes Dora et Ida vivaient respectivement à 92 et 90 ans, et sa mère, Adele, est toujours active à 93 ans, bien qu’elle soit atteinte de la maladie d’Alzheimer.
Il a déclaré: «Je suis apte à long terme. Je suis intéressé par ce que je pourrais accomplir au cours d’une vie de création musicale. Je souhaite qu’Elvis, âgé de 70 ans, réinvente ses talents et [voit] où Jimi Hendrix pourrait éventuellement prendre la guitare électrique. ”
Lors de ses tournées au cours des prochains mois avec le E Street Band, il devra peut-être renoncer aux énormes glissades de genou sur la scène et au surf surfant sur la foule, qui étaient autrefois les traits caractéristiques des concerts qui duraient jusqu’à quatre heures et plus. Mais sinon, il ne fait aucune concession.
C’est une bonne nouvelle pour les millions de personnes qui se souviennent de la bande originale de cinq décennies de la musique de Springsteen. Et il envoie un message clair à ceux qui le surveillent pour leur demander de ralentir les gaz, de se détendre et de se retirer: “Ne vous arrêtez pas… continuez.”
Pouvons-nous espérer une autre décennie de bercement?
“Sûr. Pourquoi pas.”
Springsteen à Broadway sort à Columbia Records le 14 décembre. Le film du spectacle sera projeté sur Netflix le 15 décembre.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire