J’ai Springsteen dans la peau.

Je ne sais pas vraiment pourquoi un soir, je me suis mis à chercher toutes ces images. Sans doute parce que depuis quelques temps, j’y pense un peu. Pas un truc extrême, mais une petite phrase sur le bras. Une petite phrase de the River : Is a dream a lie if he don’t come true. La crise de cinquantaine sûrement. La portée de la phrase aussi sans doute. On peut l’appliquer quel que soit le thème abordé à mon avis. Mais je n’ai pas encore franchi le pas.

Et en faisant des recherches, histoire de voir des exemples, je suis évidemment tombé sur des cas où la limite du tatoueur devait être le plafond de carte bleue du client.

Personnellement, autant une petite phrase, je trouve cela sympathique. Permet d’attirer l’attention et de poser des questions. Mais j’avoue avoir du mal avec des bras, des jambes des dos entiers décorés à l’artiste américain. Surtout sur un seul artiste. Et quelques soit l’artiste. Ne fonce t’on pas plus dans la folie que dans la passion pour un artiste ?

Après chacun l’exprime à sa manière. Je ne juge pas. Mais juste, comme plein de sujets, quand on tombe dans le trop, on franchi une limite. Même si oui, chacun fait ce qu’il veut de son corps et de sa peau. Après, quand on regarde bien, ils ont l’air de tous assumer.

Et vous alors ? Avez vous déjà franchis le pas ? Que ce soit en mode discret ou total voyant ? Et si, oui, pouvez vous nous expliquer pourquoi et éventuellement nous montrer le tattoo ?

Si un jour je franchis le pas … je viendrais le poster ! Promis.

PS : le tatouage billet de concert … pratique quand même pour retrouver sa place. Même si pour le concert suivant … c’est mort !!!

Laisser un commentaire